La chapelle de Biron à Ciney vient de fêter son centenaire en présence de ses paroissiens et amis !

100ansBiron2.JPGC’est en présence des autorités communales de Ciney, du comité d’animation du quartier, des paroissiens anciens et actuels de la chapelle qu’a été fêté dimanche, le centenaire de la chapelle de Biron. L’office religieux était célébré par le Doyen Léonard. En introduction de la messe dominicale, animée par la chorale de Ciney, Maria Lallemand a raconté l’histoire de la chapelle : «1910, Biron, petit village de 53 maisons où tout le monde est affairé comme dans une fourmilière car l’abbé Herbek a fait don de son jardin dans le but de pouvoir ériger une chapelle dont le village est privé depuis 230 ans … Le coût de l’édifice s’élèvera finalement à 14.000 francs de l’époque. Notons que les villageois amèneront les matériaux, notamment les pierres provenant de la carrière Istasse proche. L’édifice se termine en juillet 1911 et sera ouvert par le Doyen Mottet. Sa marraine est Marguerite de Cerf, châtelaine de Biron, ce qui explique que la cloche porte le nom de Marguerite. Elle a été inaugurée le 1er octobre 1911 lors de la kermesse de Biron. Le programme de la journée était le suivant :

100ansBiron1.jpg-       14h, vêpres en l’église de Ciney

-       14h30, procession avec le Saint Sacrement à Biron

-       15h15, salut à la chapelle de Biron

-       16h30, concert par l’harmonie royale de Ciney

-       20h, grand feu d’artifice sur la place de Biron

Lors de son sermon, le Doyen a souligné la joie pour les paroissiens de voir autant de monde pour son centenaire : «que de rencontres ici durant un siècle, que de personnes qui y ont rencontré Dieu, je pense à tous les collègues et principalement Jules Warzée qui y sont venus célébrer les offices. » Il a rappelé que le mot église signifie en grec rassemblement.

Après l’office religieux, un vin d’honneur a été servi, animé par la Fanfare royale de Hamois ainsi qu’une paella pour ceux qui désiraient dîner sur place et faire déjà un peu la fête une semaine avant la kermesse du quartier.

Dans l’entrée de la chapelle, on pouvait lire un texte écrit par Anne Berny, un souvenir émouvant de ses 4 ans, quand elle pénétra pour la première fois dans l’église.

 

100ansBiron3.jpgVoici un autre texte d’un Bironi que l’on pouvait lire sur les tables pendant la réception:

Née en 1911, te voici devenue centenaire.

Toi qui as connu les guerres, tu es toujours notre emblème dans tous les domaines,

Tu resteras toujours la même

Tu vois tes fidèles, toujours les mêmes

Tu as vu partir tes enfants sans jamais les voir revenir.

Il y en a même un qui a sacrifié sa vie devant toi.

Un sacré Coco celui-là.

Si les guerres font des dégâts, nos routes n’en restent pas là.

Entre toi et moi, c’est la fierté avant tout.

Certains de nos petits gars ont lancé des œufs sur toi, ce n’était pas méchant.

Autrefois, de ton clocher résonnait la sirène des pompiers.

Maintenant, avec la modernité, tout est calme et nous vivions dans la sérénité.

Et au dos du souvenir remis à tous les participants, un texte d’Anne Berny :

Elle a cent ans notre chapelle

et dans nos cœurs de Bironis,

elle est toujours aussi belle.

Que de secrets, de prières, de douleurs

ne garde-t-elle pas en son chœur ?

Elle fut toujours notre refuge, notre abri

telle la mère, la sœur ou l’ami.

Elle reste, malgré les années,

le seul refuge qui nous unit.

Que l’on soit ami ou ennemi, ici tout se

pardonne et nous réunit.

Les commentaires sont fermés.