Lauréat d’un projet Ecole numérique, 48 iPads ont été remis à des élèves de 3e de l’Institut Saint-Joseph de Ciney

DSC_0776.JPGL ‘an dernier, l’Institut Saint Joseph de Ciney a participé à l’appel à projets «Ecole numérique. Le 18 novembre dernier, parmi les 180 projets remis, 28 ont été retenus dont celui de l’ISJ «l’informatique interactive et mobile au service des apprentissages et des remédiations ». Depuis cette date, professeurs et direction travaillent d’arrache-pied afin de respecter le calendrier du déploiement d’iPad près des élèves. Une rencontre de présentation aux parents a eu lieu fin janvier, les informations des professeurs ont débuté et les formations aux élèves ont débuté depuis quelques jours. Afin de célébrer d’une manière officielle l’entrée de l’école dans l’ère numérique mobile, une remise officielle du matériel s’est déroulée ce mercredi matin dans les locaux de l’école en présence des élèves de 3e C et 3e F, leurs professeurs, Jean-Luc Leveau, directeur et Raymonde Yerna, la représentante du ministre Marcourt.

DSC_0002.jpgPour Jean-Luc Leveau, «aujourd’hui, naissance et connaissances vont rimer ? Nous sommes aujourd’hui réunis pour célébrer un nouveau projet qui va rejoindre la grande famille des projets à l’Institut Saint Joseph de Ciney comme les échanges linguistiques, vieux de 28 ans et l’Eurodyssée, âgé de 27 ans ou le plus jeune, celui de l’utilisation des intelligences multiples pour l’apprentissage de l’anglais. Ce nouveau projet est, au départ, la volonté d’un professeur, Luc Viatour, qui fut rapidement rejoint par de nombreux collègues enthousiastes. Longue vie au projet iPad, merci à la Région wallonne d’oser le pari de l’intelligence avec nous. »

DSC_0001.jpgPour Raymonde Yerna, représentante du Ministre Marcourt, «Félicitation pour ce beau projet. Au départ, en lançant cet appel à projets, les ministres Marcourt et Simonet se demandaient si les écoles allaient réagir, prendraient-elles le risque d’une nouvelle approche pédagogique ? 180 projets ont été déposés qui démontrent une prise de conscience des enseignants. Vous avez été sélectionnés comme 27 autres écoles. Votre projet est porté par une équipe pédagogique et il est réfléchi. Vous les jeunes, vous êtes nés dans le monde informatique, une souris en main, les réseaux sociaux, vous vous en servez tous les jours pour votre communication. Le monde éducatif doit en tenir compte. La fracture numérique se monte encore à 30% en Wallonie pour les familles qui n’ont pas encore de connexion à Internet à la maison. L’école doit vous apprendre à bien utiliser les outils de l’information. En 2025, nous espérons que chaque élève soit en possession d’une tablette numérique, selon les vœux de l’Europe."

DSC_0004.JPGPour Luc Viatour, professeur et porteur du projet, "peut-être ai-je été influencé par mon école primaire au cours de laquelle une institutrice nous faisait écrire sur une ardoise avec une touche ! Si les TIC sont très présentes à Saint Joseph, il faut encore se rendre dans des salles spéciales. Avec les tablettes, l’informatique est vraiment mobile, immédiat, tout terrain. Les tablettes seront de plus en plus présentes dans les écoles. Peut-être, sans doute même, contiendront-elles les livres et les cahiers qui alourdissent les mallettes de nos élèves. Les programmes sont de plus en plus nombreux et sont des aides à la découverte, à la création, à la compréhension et à la remédiation. La Région wallonne nous donne la possibilité de rêver, mais aussi d’être des pionniers, des inventeurs. Tout reste à faire et rien ne sera simple. » Le projet est basé sur le matériel suivant : 48 iPads, 2 bornes Wi-Fi, 3 adaptateurs CPL et 2 malles de transport et de synchronisation.

Pour découvrir les 101 photos prises ce matin, il suffit de cliquer, à droite, sur l'album intitulé "Saint Joseph Ecole numérique".

Commentaires

  • L'album photos "Saint-Joseph école numérique" a été réalisé par Renaud Delieux.

  • A l'heure où l'on nous ressasse que le budget 2012 peine à être bouclé, que les prix augmentent, que les retraites sont menacées, que chacun doit, ou va devoir se serrer la ceinture; je trouve extrêmement dommage de voir autant d'argent jeté par les fenêtres. Pourquoi?

    D'une part, à cause du matériel. La durée de vie moyenne des batteries équipant ces tablettes avoisine les trois ans, et bien souvent leur remplacement coûte cher. Sans parler du fait qu'au rythme auquel évolue la technologie, dans cinq ans ces iPad seront devenus complètement obsolètes.

    Ensuite vient la question de leur réel apport à l'enseignement. Certes les élèves eux y trouveront leur compte: aller sur Internet pendant les cours ou jouer sur l'une ou l'autre application semble une perspective très plaisante. Mais qu'apportent-elles réellement qui n'était pas faisable sur papier? Rien de bien transcendant je présume, vu que cet article n'en fait même pas objet. De beaux mots mais un propos vide.
    Quand à l’argument à la mode qu'est l'écologie; je suis convaincue que de jeter du papier qui sera ensuite recyclé polluerait au final beaucoup moins que la production puis le rejet des plastiques et autres substances chimiques composant l'Ipad.

    J'en viens finalement au constat. Le prix d'un iPad étant d'environ 500 euros pour sa version la moins chère -car en plus vous avez choisi l'une des marques de tablette les plus onéreuses-, l'équipement actuel a du vous coûter plus de 24000 euros, et ce pour une seule classe! Ceci sans compter le reste du matériel, ni les remplacements de batteries ou rachats de tablettes que vous devrez inévitablement effectuer dans les années à venir.
    Les avantages (si réels avantages il y a) doivent être mis en balance avec le coût et la longévité potentielle de l'investissement. Et là clairement, ça n'en valait pas la peine.

    Dernière chose: Nous ne parlons ici que d'une école. Mais si l'on pense dans la globalité, des sommes d'argent faramineuses pourraient être économisées de-ci de-là si tous ces petits projets inutiles (ou du moins dont on pourrait grandement se passer) n'étaient pas financés.

Les commentaires sont fermés.