• Gauthier Daube , de Hamois, aux J.O. de Tokyo en 2020 pour la gymnastique ?

    GauthierDabe1.jpgChez les Daube, à Hamois, le sport est roi, si les parents pratiquent le tennis, ils emmènent leurs  4 enfants depuis des années aux 4 coins de la province (et parfois plus loin) pour leurs entraînements et les compétitions : Edith, à la gym et Tristan, à la gym depuis 3 ans, Inès au judo depuis 4 ans et Gauthier, également à la gym depuis 4 ans. Aujourd’hui, c’est de Gauthier, 12 ans, que l’on va en plus évoquer.

    10961992_10205613743360013_538022555_n.jpg

    961394_10205613742639995_1785941403_n.jpgComme des copains pratiquaient la gym à la Vaillante Saint Georges de Ciney, tout naturellement il les a rejoint il y a 4 ans. Sophie Caverenne, qui lui donnait les cours d'éducation physique à l’école communale de Hamois l’avait encouragé à rejoindre le club, lui trouvant de nombreuses prédispositions pour pratiquer la gym.

    Gauthier a rapidement progressé, d’abord en suivant les cours de Didier Lefebure durant un an, puis de Mathieu Lefebure qui l’avait déjà repéré. Il contacte le C.H.N. établi à la Sapinette à Mons. Les fédérations francophones de tennis et de gymnastique y ont établi leur Centre de Haut Niveau. Les jeunes enfants et ados sélectionnés par leur fédération combinent études et entraînement à Mons (Justine Henin et Olivier Rochus y sont passés).  

    10966905_10205613744200034_695111521_n.jpg

    10967782_10205613742920002_1548919597_n.jpgC’est ainsi que le 1er septembre, il entre à l’Athénée Royal Marguerite Bervoets de Mons pour y suivre, en internat, en humanités sportives de haut niveau avec 25 h de gym en horaire adapté. Gauthier pourra ainsi se tester durant 2 ans en vue de pouvoir participer au championnat d’Europe une fois en catégorie junior. En première année d’adaptation, ils sont 4 dans la section gym. Leur alimentation est surveillée : alors que ceux qui pratiquent le tennis-études peuvent manger une omelette au petit déjeuner, les gym-études ont du cacao !

    Gauthier fait de la compétition depuis 4 ans. En 2014, il a été 1er au championnat provincial (comme son frère Tristan dans sa catégorie), 3e au championnat francophone et 8e au niveau belge. Après les vacances de Noël (où il a pu skier en famille, mais en faisant très attention de ne pas se blesser, étant actuellement le seul de sa classe a ne pas l’être!), il a pu suivre un stage de gymnastique à Barcelone, une des meilleures salles d’Europe.

     

     

    10917673_10205613743600019_34562690_n.jpgPour les prochaines compétitions au niveau francophone, rendez-vous à Malmédy les 7 et 8 mars. Pour son entraîneur, Laurent Hendrickx, son poulain dispose de toutes les qualités qui pourraient l’amener au plus niveau, c’est-à-dire le niveau olympique.

    Rêvons un peu et projetons-nous déjà aux J.O. de Tokyo dans 5 ans avec Gauthier qui pourrait nous faire vibrer ! Il lui reste sans aucune doute beaucoup de chemin à parcourir (et du temps devant lui), mais, Gauthier sait ce que travailler veut dire. Patiemment, il y arrivera !

  • Agenda culturel de Ciney jusqu'au 18 février

    CentreCulturel.jpgMercredi 4 février à 20 h au Théâtre : CINEYCINEMA « Gemma Bovery », comédie dramatique d'Anne FONTAINE, avec Fabrice LUCHINI, Gemma ARTERTON, Jason FLEMYNG, Niels SCHNEIDER, Elsa ZYLBERSTEIN...

    Renseignements : Centre Culturel de Ciney – 083/21 65 65culture@ciney.be  

     

    Vendredi 6 février à 14 h30 au Centre culturel : Conférence UTAN - Ecritures saintes, Père SONVEAUX S.J. « Lire la Bible : pénétrer les dimensions d'un univers »

    Renseignements : UTAN – 0476 96 96 93 – 0475 51 64 44

    Samedi 7 février à 18h à l'école de Haversin : Marche nocturne 4 – 8 – 12 km

    accessible à toute la famille – apporter sa lampe torche

    Renseignements : Comité des parents de l'école de Haversin – 0473 50 66 51carole.petit@outlook.com

    Lundi 9 février de 17h30 à 20h30 au CPAS : Soirée « comparez futé »

    Vous voulez comparer les tarifs de l'électricité et du gaz ?  Vous souhaitez savoir quel fournisseur va vous coûter le moins cher ?  Le service de guidance sociale énergétique se tient à votre disposition afin de répondre à vos questions...

    Possibilité de fixer un rendez-vous.

    Renseignements : 083 23 08 83 – 083 23 14 83 – 083 23 14 84

    RefMars.jpgMercredi 11 février à 20 h au théâtre : Mars (théâtre) de Fritz Zorn

    Renseignements : Centre Culturel de Ciney – 083/21 65 65culture@ciney.be

     

    Jeudi 12 février à 20 h à la bibliothèque : Amour et coquineries – contes d'amour et contes coquins avec Karine MOERS et Thérèse MANSION

    Tout public, dès 16 ans – réservations souhaitées

    Renseignements : Bibliothèque l'Air Livre – 083 21 58 00bibliotheque@ciney.bewww.bibliothequeciney.be

    Vendredi 13 février à 10h30 à la Bibliothèque l'Air Livre : Bébé bib lit – comptines, chansonnettes, livres, jeux de doigts,... avec Maïté DUJEUX

    Renseignements : Bibliothèque l'Air Livre – bibliotheque@ciney.be – 083 21 58 00

    logo_Ligue_Alzheimer.jpgVendredi 13 février de 14 à 16 h au Centre culturel : Alzheimer Café

    Rencontre et échanges patients, proches et professionnels

    Renseignements : 0498 19 14 12 – 0474 79 00 85botte.alzheimer.cafe@skynet.be

    Accéder à l'information 24 heures / 24 et 7 jours / 7 : 0800 15 225

     

    Vendredi 13 février dès 17 h au Parc Saint-Roch : le p'tit marché

    Dans une ambiance conviviale,  divers producteurs locaux proposent des produits tels que fromages, pains, légumes, pâtisserie, miel, café, thé,...

    Durant les sessions d'hiver, le marché se déroule à l'intérieur et le bar de la MJ propose bière bio et soupe « maison ».

    Renseignements : Maison des Jeunes – 083 21 28 12mjciney@gmail.com

    cineyexpo.pngLes 13 – 14 et 15 février ainsi que les 20 – 21 et 22 février à Ciney Expo : Décojardin : deux week-ends consacrés uniquement au jardin. Les vendredis de 16h à 21h, les samedis et dimanches de 10h à 19h.

    Renseignements : Ciney Expo – 083 21 33 94www.cineyexpo.be

     

    Samedi 14 février à 15h30 au théâtre : CINEMOI – Arrietty, le petit monde des chapardeurs – un premier regard sur le septième art... dès 4 ans

    Renseignements : Centre Culturel de Ciney – 083/21 65 65 – culture@ciney.be

     

    Dimanche 15 février - de 8 à 12 h à la salle polyvalente :  Bourse toutes collections

    Renseignements : Centre Culturel de Ciney – 083/21 65 65culture@ciney.be

     

    Mercredi 18 février à 20 h au Théâtre : CINEYCINEMA « Tracks » - drame de John CURRA

    Renseignements : Centre Culturel de Ciney – 083/21 65 65culture@ciney.be

  • Nettoyage du Bois de Cheumont à Hamois par les jeunes conseillers !

    DSC_0069.jpg

    DSC_0081.jpgDans le cadre d'un des projets du Conseil communal des enfants de Hamois, les enfants du CCE de Hamois se sont rendus, ce dernier mercredi de janvier, dans le bois de Cheumont à Hamois pour le nettoyer et réaménager ses sentiers afin de lui rendre sa praticabilité. Ils étaient aidés par Harold et Patrice, du service communal des travaux, le tout sous la houlette de Sarah Leclercq, responsable de l’Accueil Temps Libre et de l’Accueil Extrascolaire de la commune. Le travail de cet après-midi de devrait pas un one shot, il devrait se poursuivre, soit avec les enfants de l’extrascolaire et pourquoi dans le cadre d’un projet intergénérationnel.

    Pour découvrir une vingtaine de photos prises ce mercredi après-midi, il suffit de cliquer, à droite, sur l'album intitulé "Bois de Cheumont, conseil communal des enfants".

  • Découvrez toutes les photos de la classe de neige de Braibant

    IMG_8282.jpg

    Samedi dernier, les élèves et les enseignants de l'école communale de Braibant rentraient en Belgique après 8 jours passés à La Chapelle d’Abondance dans le Chablais entre lac Léman et Suisse dans le cadre d'une classe de neige.

    Pour découvrir 33 photos de leur séjour, il suffit de cliquer, à droite, sur l'album intitulé "Braibant 2015 classe de neige".

     

     

     

  • Telles mères, telles filles, expo au Centre Culturel de Ciney du 31 janvier au 14 février

    CentreCulturel.jpgAprès être passées par Liège et Beauraing, les mères et filles s'installent au Centre Culturel de Ciney pour une exposition de peintures et d'illustrations haute en couleurs, du 31 janvier au 14 février : une famille, quatre femmes, trois générations d'artistes, avec Andrée Jans, Noëlla Brahy, Christine Brahy (peintures) et Chloé Dijon (illustrations)

    Venez découvrir ce parcours d'artistes peu commun, qui amène à la constatation que  c'est parfois grâce à l'élément familial que peut se transmettre une passion, de générations en générations. Ce fut leur cas. Trois générations de femmes, trois générations d'artistes.

    - Andrée, 75 ans, est styliste de formation et diplômée de cours du soir en peinture et céramique. Après avoir fait pendant plusieurs années de l'artisanat, elle s'est redirigée vers la peinture acrylique et aquarelle. Elle y a développé un style subtil qui mélange l'abstrait et le concret.

    - Sa fille Noëlla, 48 ans, est diplômée de peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Liège. Un personnage haut en couleurs, dont les peintures à l'huile ne manquent pas de pigments ni de piment.

    - Christine, son autre fille, 45 ans, habite Ciney. Diplômée en animation artistique à St-Luc Liège, elle anime différents ateliers dont celui d'aquarelle avec Vie Féminine, ou encore les ateliers d'ALTEO (au Centre Culturel de Ciney). Proche de la nature et des sensations, les peintures de Christine cherchent à vous emporter dans son monde en deux ou trois dimensions.

    - La génération suivante est représentée par Chloé (la fille de Christine), 23 ans, diplômée en illustration à St-Luc Liège. Entre recherche de l'humour et de la beauté, les illustrations de Chloé ont un style impulsif, simple et coloré.

    RefExpo.jpeg

    Pour les rencontrer, rendez-vous au vernissage de l'exposition, ce vendredi 30 janvier à 19h ou encore lors d'une de leur permanence les samedis 31/01, 07/02 et 14/02 de 14h00 à 16h00. Christine Brahy y proposera un petit atelier d'initiation à l'aquarelle (sur réservation au 083 21 65 65).

    En pratique

    Exposition «Telles mères, telles filles», du 31 janvier au 14 février 2015 au Centre Culturel de Ciney – Place Roi Baudouin 1 –Ciney

    Vernissage le vendredi 30 janvier à 19h.

    L'exposition est accessible du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h et le samedi matin de 9h30 à 12h30.

    Permanence des artistes : les samedis 31/01, 07/02 et 14/02 de 14h à 16h.

    Christine Brahy y proposera un petit atelier d'initiation à l'aquarelle (sur réservation au 083 21 65 65).

    Entrée libre.

  • Départ à la retraite du Commissaire Divisionnaire Patrick De Buck à Ciney

    DSC_0052.JPG

    DSC_0053.JPGC’est en présence de la plupart des membres de la zone de police Condroz-Famenne, du conseil et Collège de la zone, du gouverneur de la province de Namur, des responsables judiciaires de la province et de l’arrondissement de Namur, de la famille du Commissaire Divisionnaire de police, que s’est déroulé, vendredi en fin d’après-midi, dans les locaux de Ciney Expo, la cérémonie officielle de départ à la retraite de Patrick De Buck, chef de corps de la zone de police 5314 Condroz-Famenne.

    C’est à l’aide de nombreuses photos que Baudoin Leclercq, chef de corps ff, a évoqué les grandes lignes de la carrière du Commissaire Divisionnaire Patrick De Buck.

    DSC_0051.JPGAuparavant, il a évoqué la mémoire des 17 victimes françaises froidement assassinées récemment dont 4 policiers : je suis indigné, je suis policier ! Ces actes de barbarie me rappellent que notre métier n’est pas sans risque ! Notre zone de police n’a pas subi de diminution : 50 % en plus depuis son origine, mais sans augmentation de son effectif ! 7,5% en plus pour le budget 2015 mais nos infrastructures ne sont plus adaptées. Nous espérons que des décisions seront prises pour le bien être de notre personnel et l’accueil des victimes. Nous sommes les garants de la démocratie. Une augmentation des faits de violence envers les policiers est constatée. Nous devons garder notre sang-froid, guidés par les valeurs qui sont les nôtres ! Nous espérons que le futur chef de corps réponde à notre attente. Baudoin Leclercq a ensuite évoqué les 38 années au sein de la police du Commissaire Divisionnaire Patrick De Buck : «  j’ai eu le privilège de la saluer en votre nom. Depuis 2000, j’ai la chance d’être un de ses collaborateurs. Vous avez toutes les qualités d’un chef de corps :

    DSC_0057.JPG-       entré à l’école des cadets en 1973

    -       école royale militaire en 1977

    -       licence en criminologie à l’université de Liège

    -       lieutenant de gendarmerie au 3e groupe mobile de Charleroi en 82

    -       dirige le POSA de 85 à 88

    -       commandant de district à Ciney en 88

    -       adjoint au mégadistrcit de Dinant en 96, capitaine commandant

    -       responsable en 2000 de la zone de police Condroz-Famenne

    -       chef de corps de la zone de police le 5 janvier 2001

    -       commissaire divisionnaire en 2004

    … la zone de police a été efficacement dirigée en bon père de famille, félicitation pour votre investissement hors pair. Vous avez toujours tenu copte de notre avis avant de prendre une décision. J’ai apprécié votre savoir-faire, votre savoir-être et votre savoir transmettre. Une page se tourne, mais vous avez communiqué votre virus à vos filles Aurélie et Pauline.

    Il s’en suit une salves d’applaudissement !

    DSC_0062.jpgVoici l’intervention de Luc Jadot, bourgmestre de Hamois, président de la zone de Police Condroz-Famenne : «votre formation d’officier de la gendarmerie à l’école royale militaire et votre expérience en tant que chef de corps vous ont permis de réussir avec brio l’assestment, qui a fait de vous en 2001, le premier Commissaire Divisionnaires de la zone de la police Condroz-Famenne. Ce fut le début d’une nouvelle ère, ce fut un challenge que vous avez relevé avec succès en collaborant avec les 8 bourgmestres qui se sont succédés au sein du Collège de police depuis la fusion. Vous n’êtes pas sans savoir combien l’histoire de cette fusion entre la gendarmerie et la police a été constellée de difficultés. Votre méthode de travail et votre calme ont permis de venir à bout des situations la plus complexes. Le Collège de police s’appuyait sur vous et chaque bourgmestre savait qu’il pouvait en toute circonstances compter sur vous. Votre sens des responsabilités était si aigu que nous seulement on pouvait être assuré que tout ce qui vous avait été confié serait terminé dans les délais, mais que vous en auriez, dans le même temps, examiné les conséquences. Avec vos hommes, vous avez fait preuve de pédagogie en expliquant des concepts parfois difficiles. Vous avez fait preuve d’une bonne humeur toujours égale malgré les gros problèmes de santé que vous avez eu à surmonter. Lorsqu’on assume des responsabilités, c’est encore plus difficile, j’en sais quelque chose. Ce sont vos qualités d’homme qui vous ont aidés à faire face tout en assurant la continuité du service. Vos hommes peuvent être fiers d’avoir pu servir sous vos ordres. Nous avons eu un réel plaisir de travailler avec vous au sein du Collège et du Conseil de police. C’est pourquoi, nous souhaitons que votre départ ne corresponde pas à une cassure, mais que nous puissions, au contraire, continuer à pouvoir compter sur vos conseils. J’adresse aussi nos remerciements à votre épouse et votre famille qui vous ont accompagné tout au long de ces années faites de joies et de soucis. Au nom des membres du Collège et du Conseil de police, je souhaite vous exprimer tous nos remerciements pour cette longue et franche collaboration. Je vous souhaite une retraite longue et bien remplie en vous disant, merci et à bientôt. »

    DSC_0063.jpgVoici l’entièreté de l’intervention Commissaire Divisionnaire Patrick De Buck : «au cours de ma carrière, il m’a été donné à moult reprises d’honorer un collaborateur ou une collaboratrice admis à la retraite. Mais, aujourd’hui, me trouvant de l’autre côté de la barrière, c’est la gorge nouée par l’émotion et enrhumé que je m’adresse à vous. D’abord pour vous remercier de votre présence nombreuse qui atteste indéniablement de la nature des liens privilégiés et indéfectibles que nous avons tissés et entretenus au fil des années écoulées. Votre attachement me va droit au cœur et je caresse l’espoir que nos chemins puissent encore se croiser à l’avenir, si toutefois l’emploi du temps lié à mon nouveau statut fraîchement endossé m’y autorise car la plupart des retraités rencontrés me confient qu’ils sont fortement occupés.

    En jetant un coup d’œil dans le rétroviseur, je réalise non seulement que ma carrière a été bien remplie mais également que j’ai eu le privilège de n’exercer quasi exclusivement que des commandements. En effet, comme l’a évoqué le commissaire Leclercq, c’est très tôt, à l’âge de l’insouciance de l’adolescence, soit à 15 ans, que m’est venue la vocation de servir mes concitoyens et mon pays. A l’issue d’une formation que me conduit successivement à l’école royale des cadets, l’école royale militaire, l’université de Liège et l’école royale de gendarmerie, je savoure enfin avec fierté ma première affectation le 4 janvier 1982 comme commandant de peloton des patrouilles anti-banditisme et terrorisme au sein de l’escadron de reconnaissance du 3e groupe mobile à Charleroi. Fin 85, j’y suis chargé de créer le peloton POSA, unité spéciale affectée à des missions de protection, d’observation, de soutien technique et d’arrestation. A peine installés, nous sommes engagés dans deux  des plus gros dossiers qui ont défrayé la chronique judiciaire de notre pays, les tueries du Brabant wallon avec son volet de la filière borraine et les attentats des CCC. Il s’agit là, sans conteste, de la période la plus grisante de ma carrière mais aussi la plus lourde sur le plan familial car je brillais régulièrement par mon absence. Fort heureusement, j’ai pu compter sur le soutien inconditionnel de mon épouse et de mes enfants durant toute ma carrière et je leur en suis infiniment reconnaissant.

    DSC_0066.JPG

    Un accident de sef défense à l’entraînement me contraint ensuite à modifier mon plan de carrière et m’amène dès le 18 avril 1988 à découvrir cette magnifique région du Condroz et de la Famenne où je prends le commandement du district de gendarmerie de Ciney. Quelques années plus tard, le général Derrider, commandant de la gendarmerie, fait appel à un consultant externe en vue de développer un vaste projet de qualité au sein de la police de base. Figurant parmi les districts pilotes, nous constituons une équipe de projet qui élabore des recommandations visant à assurer un suivi aux victimes d’une infraction. Le 1er janvier 1996, les districts de Ciney, Dinant et Philippeville fusionnent pour former le mégadistrict de Dinant. D’emblée, j’accepte d’intégrer le staff du nouveau patron, le colonel Guy Jomaux, que me charge d’implémenter un concept novateur au sein des 22 brigades de la nouvelle entité. Progressivement, cette démarche se généralise au sein de la gendarmerie et préfigure la philosophie de la police de proximité. Aujourd’hui, l’assistance policière aux victimes constitue l’une des 7 fonctionnalités de base imposées aux zones de police afin de garantir à la population un service minimum équivalent sur l’ensemble du Royaume. Une des pionniers et compagnon de route de cette formidable aventure, l’inspecteur Marc Gilissen est toujours actif actuellement au sein de la zone de police Condroz-Famenne. Bravo à lui et à cette remarquable équipe.

    DSC_0067.JPG

    Nonobstant une ambiance de travail conviviale et un management valorisant l’initiative propice à l’épanouissement individuel, je garde un souvenir plus mitigé de mon passage à Dinant, et ce essentiellement en raison de deux événements tragiques qui m’ont particulièrement marqués. D’abord, le 1er septembre 1997, comme chaque matin, la fille unique du AMDC chef Guy Duverger est en route pour aller saluer ses parents à la brigade de Ciergnon avant de se rendre à son travail. Dans la traversée du bois de Villers-sur-Lesse, deux jeunes toxicomanes, évadés d’un centre louvaniste, l’attirent dans un guet-apens, la massacrant pour faciliter le vol de son véhicule. Quelques jours plus tard, le 12 septembre, lors d’un Fort Chabrol à hogne, le 1MDL Henri Michat est froidement abattu à sa sortie du combi par un forcené muni d’une arme de guerre. Son équipier, le 1MDL Tony Gouverneur, en sortira miraculeusement indemne, mais restera marqué psychologiquement à vie. Le souvenir effroyable de l’annonce de ces nouvelles atroces que j’ai accomplie en tant qu’ancien commandant de district de Ciney aux familles éplorées, reste gravé à tout jamais en ma mémoire.

    DSC_0072.JPG

    DSC_0076.JPGDébut de l’année 2000, la zone interpolice Ciney-Hamois-Havelange-Somme-Leuze fait partie des zones de police pilotes choisies pour concrétiser la réforme des polices. D’emblée, les 4 commandants de brigade et les 4 chefs de corps de police effectuent une démarche inattendue et touchante en me proposant avec l’assentiment de la concertation pentagonale de relever avec eux cet énorme défi en qualité de responsable opérationnel. Plus tard, ils m’invitent à postuler l’emploi de chef de corps. Lors du premier conseil de police qui suit ma désignation comme chef de corps, à l’époque, Willy Borsus me congratule en ces termes : «je vous félicite Monsieur le Chef de Corps, je vous remets la baguette et vous confie l’orchestre, mais n’oubliez pas, c’est nous qui composons la musique et payons l’orchestre, il ne vous reste plus à présent qu’à vous souhaiter bon travail. » Bref, Monsieur le Ministre, un discours clair et précis comme clarinette. Ou encore comme on dit en langage militaire : « gauche, droite, en avant ! » ce qui n’est pas nécessairement vrai en politique ! Nanti d’une éducation militaire et d’une discipline intellectuelle indissociable, je me suis immédiatement attelé avec mes collaborateurs à cet énorme challenge. Je dois cependant vous confesser que j’ai apporté ma touche personnelle dans l’interprétation de votre partition sans toutefois en dénaturer l’esprit tout en pouvant compter sur un grand orchestre. J’en profite d’ailleurs pour remercier le Collège et le Conseil pour la confiance accordée et le dialogue constructif, positif et permanent que nous avons entretenu en dépit de difficultés majeures, notamment financières. Ma gratitude profonde s’adresse également à Monsieur le Gouverneur et ses services dont je souligne le vif intérêt qu’il porte à la sécurité et en particulier aux zones de police. Celle-ci est également destinée à Madame la Procureur de division et le Parquet, notre partenaire privilégié dans la chaîne judiciaire. Sont également associés dans ces remerciements, le Directeur Coordinateur, l’ancien et le nouveau, le Directeur Judiciaire et leurs services, le CIC Namur, la police de la route et la police des chemins de fer pour leur collaboration fructueuse. Et enfin, les zones de police de la province et voisines avec qui nous avons de nombreux protocoles de coopération.

    DSC_0084.JPGA présent, je me tourne vers mes chers collaborateurs et collaboratrices pour vous dire combien je suis fier d’avoir réussi avec vous et surtout grâce à vous à relever cet immense défi que constitue la création de la zone de police Condroz-Famenne. Ce succès n’a pas été acquis sans mal, le mérite en revient à une large majorité d’entre vous qui a adhéré aux changements avec enthousiasme et détermination. Animés du souci permanent de placer le collaborateur policier dans des conditions de travail optimales, les membres des services d’appui de la direction générale zonale y ont également largement contribué.

     

    DSC_0074.jpg

    Avant de conclure mes propos, je souhaite rendre hommage aux officiers er en particulier au commissaire Baudouin qui a non seulement assuré remarquablement mon intérim durant mon absence ces derniers mois pour raison de santé, mais s’est aussi révélé depuis le début, être un collaborateur précieux dont tout chef souhaite d’entourer. Merci Baudouin. Tes grandes compétences, ton comportement exemplaire, ta loyauté et ta disponibilité sans faille font que je te tiens en très haute estime. Un petit conseil si tu me le permets : ménagé-toi ! Je voudrais y associer dans ce vibrant hommage, Dominique Leruth, ma secrétaire, secrétaire de la zone, du Collège et du conseil, constamment au four et au moulin, elle n’a de cesse de se remettre en question, de vouloir s’améliorer et de contrôler au bon fonctionnement de la zone. Vous l’avez donc compris, tous les arguments non exhaustifs que je viens d’énumérer m’incitaient évidemment à faire encore un bout de chemin avec vous, mais mon corps et mes proches m’ont amené à en décider autrement et à opter pour la voie de la sagesse. Merci à vous tous, vous me manquez déjà ! Vive la zone de police Condroz-Famenne. »

  • A cause de la neige, peu de marcheurs à la marche des Culs de Jatte au départ de la Haie Jadot !

    DSC_0080.JPG

    DSC_0050.jpgSi, l’an dernier, tous les records avaient été battus lors de la première marche de l’année organisée par le club des Culs de Jatte du Mauge, cette année, ce fut plutôt la bérézina ! Alors que la neige était prévue dans la nuit de vendredi au samedi, elle n’est finalement tombée dans le Condroz, au pire moment, peu avant 7h, heure à partir de laquelle les marcheurs pouvaient partir de la salle de la Haie Jadot à Hamois. Conséquence, des voitures bloquées dès la première côte, au viaduc de Beez, des marcheurs abandonnant même leur véhicule au pied de la côte d’Hubinne pour rejoindre à pied la salle de départ ! Pour beaucoup d’autres, pas question de sortir de chez eux ! Néanmoins, 250 courageux se sont élancés sur les 5 parcours proposés, 6 km court, 6 km long, 12 km, 20 km et 30 km et en sont revenus très satisfaits : qualité et précision du fléchage, beauté des chemins empruntés magnifiés par la neige qui tombait souvent en averse, accueil chaleureux aux endroits de contrôle, …

    DSC_0072.JPG

    DSC_0069.JPGSi on ajoute la cinquantaine de Culs de Jatte au four et au moulin toute la journée (et les jours précédents), plus de 300 personnes ont vécu une magnifique journée qui s’est achevée sans aucun problème, les routes secondaires étant bien dégagées, la neige commençant à fondre. Merci à tous les courageux qui ont participé à la première marche 2015 des Culs de Jatte et rendez-vous le dimanche 14 juin au départ de Nettinne pour la marche Prélude d’été.

    En cliquant, à droite, sur l'album intitulé "Marche Haie Jadot culs de Jatte janvier 2015", vous découvrirez près de 80 photos prises tout au long de la journée.

  • Goûter des Rois chez les aînés de Hamois

    goûterHamois15.JPG

    Un nouveau comité des aînés à Hamois a vu le jour il y a quelques mois. Présidé par Solange Lemaire, il comprend également Gisèle Ska, secrétaire, Marie Sidonie Mathy, trésorière, Octave Broers, Joseph Jadot et Viviane Moreau, membres. Parmi les activités déjà proposées, un repas festif, la visite du Père Noël et la fête des Rois ce jeudi après-midi. Léon Chabotier et Anne-Marie Dawance ont été tirés au sort pour porter la couronne de Roi et Reine d’un jour. Les aînés de Hamois (les autres sont également les bienvenus) se retrouvant tous les 4e jeudis de chaque mois, dès 13h30, à la Maison des Jeunes de Hamois. Au programme des joyeuses après-midi, jeux de cartes, scrabble, … Un dîner choucroute et des excursions figurent également au programme 2015 des aînés. Pour tout renseignement complémentaire, il suffit de prendre contact avec la présidente au 0476/89.25.72.