Inauguration des nouvelles salles de réception du château du domaine provincial de Chevetogne

chateaucheve14.jpgPrésentation du livre d’Angeline Sedran «Chevetogne, de la villégiature aristocratique au tourisme social intégré »

chateaucheve12.JPG

C’est en présence de nombreux mandataires politiques des communes proches du domaine provincial de Chevetogne que s’est déroulé l’inauguration officielle des nouvelles salles de réception situées au rez-de-chaussée du château de Chevetogne ainsi que la présentation du livre écrit par Angeline Sedran «Chevetogne, de la villégiature aristocratique au tourisme social intégré ».

chateaucheve11.jpgJean-Marc Van Espen, député-président de la province de Namur a évoqué quelques rétroactes du dossier de rénovation du château de Chevetogne. Le château néobaroque date de 1868. En 1969, suite au décès de Valéry Cousin, la province de Namur achète le domaine en vue de l’utiliser pour le tourisme social. Si les travaux de rénovation ont duré 2 ans, ils montent à près de 2 millions d’euros (hors centre d’interprétation de la littérature pour l’enfance et la jeunesse qui devrait être inauguré à l’automne) subsidiés à 90 %.

chateaucheve10.JPGLa présente inauguration porte sur la rénovation du rez-de-chaussée en salles de séminaires, réunions (2 salles pouvant accueillir 60 personnes au maximum), conférences et réceptions. La location journalière du château (collations, entrée du parc) s’élève à 350 pour 60 personnes pour une mise au vert et à 750 € pour une journée sociétés commerciales avec obligation à prendre un repas dans l’Horeca du parc.

chateaucheve19.jpg

chateaucheve9.JPGQuelques chiffres du parc

D’une superficie de plus de 60 ha, plus de 400.000 visiteurs le fréquentent annuellement. C’est un gros pourvoyeur d’emplois dans la région : 63 équivalents temps pleine plus 10 saisonniers et quelques étudiants. Depuis 20 ans, son essor est exponentiel avec quelques événements importants comme Passion Robinson, week-end Martine, nuit du feu, …. et peut-être la 2e édition d’Italia Chevetogne. Parmi les attractions phares, citons 14 jardins et plaines de jeux, 5 établissements Horeca, divers modes d’hébergement (hôtel, gîtes, chalets, maisons forestières, …), 3 piscines en plein air et 3 pagodes lacustres chinoises.

chateaucheve13.jpg«Chevetogne, de la villégiature aristocratique au tourisme social intégré »

Angeline Sedran, historienne d’art et d’origine dinantaise travaille depuis 13 ans au domaine provincial de Chevetogne en tant qu’animatrice et guide. En écrivant ce livre de 112 pages disponible dans toutes les bonnes librairies de la province, elle a voulu évoquer la chronologie du fait historique qui débuta à Ciergnon et à Ardenne où un domaine royal sortit de terres en 1842 et 1843 et celle du domaine de Chevetogne, lieu de villégiature depuis 1828. En 1865, le château est construit en tant pour servir de résidence secondaire. En 1929, Alice Wielemans offre le parc de Chevetogne à Valéry Cousin, son époux qui, pendant près de 40 ans, organisera de chasses fastueuses pour attirer des investisseurs pour ses affaires.

Les commentaires sont fermés.