Médaille de Saint-Aubain pour 50 ans d'organiste pour Jean-Luc Goffin de Schaltin

En ce premier dimanche d'octobre, à l'église de Schaltin, Jean-Luc Goffin, organiste depuis 50 ans a reçu la médaille de Saint-Aubain de première classe dans le cadre de ses fonctions.

 
L'événement s'est déroulé en présence des autorités communales de Hamois, des représentants de la fabrique d’église et de la chorale paroissiale.

image1.jpeg

C’est suite au décès au printemps 1968 de son papa Camille alors organiste de la paroisse que l’abbé Hoppe demande à Jean-Luc Goffin durant les vacances de 1968 s’il veux bien le remplacer.

 « Tu vas essayer, on verra bien » … lui dit-il à l’époque !

En octobre de la même année, le Conseil de Fabrique nomme Jean-Luc chantre organiste attitré. Nomination qui revient de la Députation vers le Conseil de Fabrique demandant s’il n’y a pas une erreur dans la date de naissance car il n’avait que 13 ans et quelques mois ! Il entame alors en plus des cours de piano qu’il suivait à l’Académie de musique de Ciney, des cours d’orgue avec l’organiste et professeur Joseph Guiot.

Parmi les nombreuses anecdotes de sa carrière d’organiste, épinglons le fait que Jean-Luc jouait au football en équipe d’âge et qu’un jour, les matchs furent décalés du samedi après-midi au dimanche matin. Il déclare alors à l’abbé Hoppe qu’il ne peux plus assurer sa nouvelle charge d’organiste : « Ni une ni deux (avec notre bouillant abbé il n’y avait pas de tergiversations) l’abbé a décalé la grand-messe du dimanche matin au samedi soir. Schaltin fut ainsi une des premières si pas la première paroisse a avoir une grand-messe le samedi soir. Le vieil harmonium à soufflets actionnés par deux pédales me donnait un bon entrainement ! »

Autre anecdote concernant le bouillant abbé Hoppe : lors d’une messe, Jean-Luc se trompe et entame un mauvais chant. L’abbé le regarde de son regard noir, fait tourner son index sur sa tempe agrémenté d’un « m’enfin » tonitruant. Jean-Luc Goffin referme le couvercle de l’harmonium et quitte l’église ! Leurs prises de bec furent moins démonstratives par la suite …

Quelques chiffres enfin, 50 ans d’organiste c’est un peu plus de 3.000 messes avec d’abord l’abbé Robert Hoppe pendant près de 40 ans, puis l’abbé Paul François, puis l’abbé Jean-Christophe Rakotoarison et maintenant les abbés Jean-Urbain Ngombe Masikini et Bruno Ndaye . C’est aussi +/- 4.000 heures de répétition de chorale avec plusieurs chefs de chœur depuis l’abbé Hoppe à mes débuts jusqu’à sa fille Clarisse actuellement.

 

Les commentaires sont fermés.