Ciney - Page 3

  • Echos d'Echoes of the sun, 10e edition au théâtre communal

    Superbe soirée au théâtre communal de Ciney pour revisiter, dans l'ordre (avec, en bonus, les grands moments du groupe et de leurs différents albums) les pépites de Pink Floyd. On a même eu droit à un Pierre's Psychedelic Breakfast sur scène.

    DSC_0126.jpg

    Au hasard, un des nombreux magiques avec Marie-Laurence Tombal et ses montées de voix dans The Great gig in the Sky.

    DSC_0132.jpg

    Pour découvrir 56 photos prises hier soir (jusqu'à minuit, désolé, il fallait rentrer à la maison !!), rendez-vous en haut, à droite, à la rubrique Albums photos et cliquez sur "Echoes of the Sun 2018)

  • Ciné-débat autour du film "the sessions" le jeudi 18 octobre au théâtre communal de Ciney

    Handicap(s) et sexualité(s) : ouvrir le champ des possibles, une co-production du collectif « Osons la relation » et du Centre Culturel de Ciney

    Lire la suite

  • Expo itinérante dans différents lieux de Ciney du 15 octobre au 15 novembre par l'AMO Le Cercle

    L’expo itinérante "Nos désirs font désordre" réalisée par le CIDJ de Rochefort en collaboration avec l’AMO Le Cercle commencera le lundi 15 octobre et s’achèvera au 15 novembre. Différentes créations de jeunes seront visibles. Ils parlent de leurs aspirations, de leurs rapports à l'espace public, à la citoyenneté et à la démocratie. Cette expo invite ceux qui les découvriront à poser un autre regard sur la jeunesse et peut-être sur eux-mêmes.

    L'exposition sera visible dans différents lieux de Ciney régulièrement fréquentés par tous comme la Maison citoyenne, le CPAS, l’office du tourisme, la maison des jeunes, la bibliothèque l’Air Livre, la maison communale, l’EFT "à l'Ovradge" et l'AMO.  Le but étant d'amener l'expo à la population sans que celle-ci n'ait besoin de se déplacer.

    Photo 1.jpg

  • Tout le réseau TEC gratuit ce dimanche à l'occasion des élections communales !

    À l’occasion des élections communales et provinciales du 14 octobre 2018, tout le réseau TEC sera gratuit afin de permettre aux citoyens de se rendre facilement aux urnes.

    Comment profiter de cette gratuité ?

    Bien que le transport à bord des véhicules soit gratuit ce jour-là, la validation reste obligatoire.

    • Vous disposez d’un titre valide sur votre carte MOBIB/MOBIB basic ou sur votre ticket sans contact ? Validez-le lors de votre montée dans le bus comme d’habitude : aucun trajet ne sera décompté !
    • Vous ne disposez pas de titre de transport valide ? Adressez-vous au chauffeur qui vous délivrera un billet gratuit.

    Plus d’infos sur infotec.be

  • Toutes les conditions climatiques lors de la 9e Fête de la courge à Corbion !

    Petit passage chez mon ami Philippe Lhoas pour y acheter quelques produits dont le Cin'Kin Gin qui était en dégustation aux jardins fleuris !

    DSC_0041.jpg

    Pour découvrir une vingtaine de photos prises avant l'arrivée du soleil, il suffit de se rendre, en haut, à droite, à la rubrique albums photos et de cliquer sur l'album "fête de courge 2018"

  • inauguration officielle du nouveau magasin Oxfam-Magasins de Monde à Ciney le 12 octobre

    Inauguration officielle du nouveau magasin Oxfam-Magasins de Monde 10, rue Edouard DINOT à Ciney le vendredi 12 octobre de 17h à 21h.

    Heures d'ouverture: du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. Samedi, fermeture à 17h. Renseignements: 083 68 92 63

  • Lancement de Cin'Kin gin, le premier gin au monde à base de potiron du Condroz !

    Sylvie et Cédric Van Den Brande, un couple cinacien, sont amateurs de gin depuis quelques années. Cette passion les emmène à goûter et à visiter plusieurs distilleries de gin, entre autre durant leurs vacances, et notamment Outre- Manche et au Canada, leur permettant de se rendre compte de la grande diversité des gins existants.

    DSC_0006.jpg

    Un soir d’hiver 2017, ils préparaient une soupe au potiron bleu de Hongrie ramené de la 8efête de la courge organisée par Philippe Lhoas chaque premier dimanche d’octobre aux Jardins Fleuris à Corbion (Ciney). Cédric lance l’idée un peu folle de créer et développer leur propre gin à base de ce cucurbitacée en sachant que cela risquait d’être une première mondiale ! Sylvie le suit sans hésiter dans ce projet commun.

    DSC_0011.jpg

    L’aventure commence pour la création d’un gin cinacien (le gin de Binche est né début de cette année, on en reparlera dans la suite de ce texte !).

    L’ingrédient de base étant trouvé, il fallait lui donner un nom et une image, car comme ils ont pu l’apprendre par la suite en discutant avec leur maître distillateur : il n’aurait jamais pu collaborer avec eux s’il n’y avait pas une histoire autour de leur gin.

     

    Un packaging original pour un gin du terroir !

     

    Sylvie et Cédric décident de lier leur gin aux sorcières, puisque nécessairement elles doivent être présentent au Clos des Macrales où ils vivent !

    2.jpg

    DSC_0009.jpgIls contactent Marc Dejongh pour dessiner une sorcière sur la future bouteille. Les couleurs de celles-ci représentent en partie la palette de couleur du potiron. Comme ils finiront par choisir une bouteille en verre pour leur gin, en partenariat avec un décorateur, Sylvie et Cédric choisiront l’émaillage plutôt qu’une étiquette autocollante pour leur sorcière d’un côté et raconter l’histoire de leur gin (en anglais et en français) au dos. La bouteille (sans le gin) a même été sélectionnée pour le Luxe Pack ou salon du packaging qui s’est tenu à Monaco du 1erau 3 octobre !

     

    3.jpg

    Quant au nom, il semblait logique à Sylvie et Cédric d’intégrer tant le nom de leur ville Ciney que le nom de leurs filles, Kiara et Nora, d’où le nom Cin’Kin !

     

    DSC_0012.jpg

    Cédric devait convaincre son ami Philippe Lhoas, producteur des potirons, de planter suffisamment de potirons bleu de Hongrie pour pouvoir élaborer un spiritueux cinacien en gardant le secret jusqu’à la présentation de celui-ci ce jeudi au Clos des Macrales.

    9.jpg

    10.jpg

    Entre-temps, ils ont fait connaissance avec un maître distillateur, à qui ils ont demandé de finaliser la recette (qui ne sera pas copiée pour d’autres) et de la distiller : avec 40 kg de potirons pour 400 bouteilles, des baies de genévrier, un alcool de céréales, 9 épices, … pour un gin à 43° dont toutes les bouteilles sont numérotées (un numéro du batch en garanti le même goût dans les années à venir). 

    DSC_0010.jpg

    Il fallait choisir aussi un bouchon (chromé) et la clavette de sécurité transparente !

    13.jpg

    De par ce produit, Sylvie et Cédric souhaitent faire découvrir un gin prémium de qualité et mettre en valeur une plante cultivée dans la région : « en commercialisant ce spiritueux, ce sera également une opportunité de mettre en avant le terroir et la région de Ciney. Cin’Kin Gin, un gin Belge, un gin Wallon, un Gin Cinacien, un gin de Qualité ! » D’autres produits vont suivre, …, l’histoire du Cin’Kin Gin n’est donc qu’un début !

    DSC_0027.jpg

    (première dégustation ce jeudi en fin de journée au Clos des Macrales !) 

    Le verre !

     

    DSC_0020.jpg

    12.jpgComme chacun le sait, l’amateur d’alcool, de bière, de vin, de soft, … l’apprécie mieux avec un verre spécial, Sylvie et Cédric se sont rendus chez Durobor et ont choisi un verre pour personnaliser leur gin sur lequel on retrouve le balai de la sorcière et le nom Cin’Kin Gin. Comme par hasard, c’est aussi le verre choisi pour le gin de Binche !

    Pour découvrir et goûter le Cin’Kin Gin, rendez-vous ce dimanche 7 octobre de 10h à 18h aux Jardins Fleuris de Corbion pour la 9efête de la Courge. De nombreux artisans y seront également présents.

    Pour plus d’infos sur le Cin’Kin Gin, vous pouvez rejoindre leur page Facebook CinKin, surfez sur www.cinkin.be ou contacter Cédric via le 0475.59.52.01.

  • La démarche Prix Juste Producteur soutenue par Carrefour Belgique : vers un bio juste et pas juste du bio

    Dossier de presse reçu, je ne fais aucune publicité, mais pour votre information vous pouvez lire ce quelques lignes, bonne lecture:

    Suite au lancement de la campagne d’envergure Act for Food de Carrefour Belgique, qui a provoqué l’inquiétude des producteurs vis-à-vis d’une guerre des prix bas dans le bio, le Collège des Producteurs a récemment fait entendre son mécontentement : du bio juste plutôt que juste du bio.

    Mais Carrefour rassure et l’assure : « nous ne voulons pas niveler par le bas l’agriculture biologique, nous voulons aider à la développer encore davantage, et que les producteurs nous remercient de les avoir aidés à réussir commercialement leur conversion ; sans toucher à leurs mages. ».

    Oui à un bio accessible à plus de consommateurs, mais surtout, oui à un bio local, qui réponde à une juste rémunération des producteurs et à la prise en compte de la valeur de leur travail. Pour rappel, en moyenne, un agriculteur perçoit seulement entre 5 et 20% de la valeur finale d’un produit sur le marché.

    Grâce à des entretiens constructifs, les 2 acteurs affirment aujourd’hui leur volonté de collaborer. Carrefour l’affirme : « nous nous engageons à travailler en partenariat avec les producteurs bio belges et de les rémunérer correctement, en prenant en compte la démarche du label « Prix Juste Producteur » (https://prixjuste.be). Le Collège des Producteurs qui soutient cette volonté, restera vigilant et mettra tout en œuvre pour qu’elle soit une réalité.

    « Du bio plus juste » : le casting des acteurs est bon, reste les scènes à valider.  Rendez-vous est donné le 5 novembre lors de l’Assemblée sectorielle Bio du Collège des Producteurs lors de laquelle Carrefour Belgique expliquera en détail aux agriculteurs son action et affirmera son engagement de rémunérer correctement les producteurs bio.

    Cette question d’un « Prix Juste Producteur » sur des produits commercialisés dans la grande distribution est un enjeu de taille : à titre d’exemple, 84 % des fruits et légumes consommés en Wallonie sont commercialisés en grande distribution.  E.Grosjean, « Pour le monde agricole, il est capital de faire comprendre aux consommateurs que manger du porc bio payé à 1€ les 500gr au producteur, alors qu’il a été élevé, nourri, et soigné pendant de nombreux mois, ce n’est juste pas possible ! Personne n’accepterait ça, et les producteurs ne peuvent pas non plus… Acheter équitable, ça commence aussi avec nos productions agricoles. »  

    A l’occasion de la semaine du commerce équitable (du 3 au 13 octobre) le Collège des Producteurs lance donc un appel à l’ensemble des enseignes pour adhérer à la démarche.