Dinant - Page 4

  • La nouvelle grille de MAtélé !

    Le téléspectateur au coeur des programmes, c'est sur MAtélé !

    Lire la suite

  • Dinant a offert un sax et un costume à Manneken-Pis

    Manneken-Sax (©Ph. Dehuit) (21).jpgDans le cadre du Bicentenaire de la Naissance d'Adolphe Sax, l'Association Internationale Adolphe Sax et la Ville de Dinant ont offert, ce mardi 30 septembre, un costume et un saxophone miniature à Manneken-Pis.

    La délégation dinantaise, au sein de laquelle se trouvait une quinzaine de membres de la Confrérie Royale des Quarteniers de la Flamiche Dinantaises, a été reçue à l'Hôtel de Ville de Bruxelles par l'échevine de la Culture Karine Lalieux. Cette dernière a rappelé le lien particulier qui lie Dinant à Bruxelles par le biais d'Adolphe Sax, né à Dinant mais qui a passé la majeure partie de sa jeunesse à Bruxelles. Avant de mettre à l'honneur Françoise Perot, de l'Association Internationale Adolphe Sax, qui a confectionné les différentes pièces du costume d'un bourgeois du milieu du 19e siècle, inspiré des différentes représentations photographiques du personnage. Il s'agit du 925e que reçoit Manneken Pis, le premier donné par la Ville de Dinant.

    Manneken-Sax (©Ph. Dehuit) (5)_redimensionner.jpg

    Manneken-Sax (©Ph. Dehuit) (21).jpgLe saxophone miniature, d'une hauteur de 25cm, a été réalisé par l'entreprise "Vigo Universal" basée à Namur, spécialisée en impression 3D.

    En cortège et en musique, la Confrérie des Quarteniers de la Flamiche Dinantaise, l'Ensemble International de Saxophonistes du Conservatoire de Bruxelles, l'Ordre des Amis de Manneken-Pis et les officiels ont rejoint le Manneken-Pis où, devant de nombreux touristes sensibilisés par la musique, a été découvert le costume.

    Il est prévu que Manneken-Pis revête à nouveau ce costume  le 06 novembre, date anniversaire de sa naissance. Entre-temps, le costume sera exposé au Musée de la Ville de Bruxelles. 

  • Le bus Roi Albert Ier fait escale à Dinant les 1er et 2 septembre

    DSC_0010.JPGLe bus Roi Albert 1er fera escale à Dinant (Place Reine Astrid) ces lundi 1er et mardi 2 septembre. Le bus Albert 1er 1914 parcourt le pays en présentant une exposition destinée à transmettre à la population l’histoire de l’armée belge et du Roi Albert 1er pendant la première guerre mondiale.  

    Pendant cinq mois, ce bus va parcourir l’ensemble du pays. Pour plus d’informations : www.albertibus.be .

  • Journée exceptionnelle sur Matélé le 23 août

    Cent ans après, Matélé se souvient des villes et villages martyrs de l'arrondissement de Dinant

    Lire la suite

  • Dinant, août 1914, les rives sanglantes, sort de presse dès aujourd’hui !

    DSC_0004.JPGMercredi en fin de matinée, dans les locaux de la Citadelle de Dinant s’est déroulée la présentation à la presse du livre «Dinant, août 1914, les rives sanglantes », en présence des auteurs, des autorités communales dinantaises, des membres du comité 14-18 et de membres de l’ASBL Espère en Mieulx.  

    Pascal Saint Amand, responsable du service du patrimoine de la ville de Dinant a d’abord expliqué le pourquoi de ce livre, le bourgmestre souhaitant la réédition de la liste des victimes du 23 août : il était dommage de louper l’occasion de réexaminer le dossier et de pouvoir y apporter un nouvel éclairage au vu des documents retrouvés et compulsés. Ce explique l’édition de ce livre de 350 pages contenant plus d’une centaine d’illustrations, dont certaines inédites. Je cède maintenant la parole à chacun des auteurs. »

    DSC_0001.JPG

    DSC_0002.JPG-       De Sarajevo à Dinant, l’été 1914 dans le sillage de l’armée saxonne par Axel Tixhon.

    Dans cette première partie, Axel Tixhon s’est attaché à démontrer comment on peut comprendre que ce soit à Dinant que s’est déroulé le massacre le plus important. Avec 674 civils fusillés, Dinant paye le plus lourd tribut, une grande partie de la ville est saccagée. L’armée présenté était composée de Saxons qui entrent en Belgique avec la phobie (fausse et inventée) du franc-tireur.

    -       Radioscopie des pertes françaises, un autre regard sur les combats de Dinant par Vincent Scarniet.

    Dans cette seconde partie, Vincent Scarniet évoque les 2 combats de Dinant des 15 et 23 août. Au lendemain du 15 août,  la presse française loue le succès de ses soldats, silence au lendemain du 23 août ! 50 % de perte française le 15 août (246 tués), une bonne centaine le 23 avec 500 prisonniers. De grosses lacunes au niveau médical sont constatées au niveau de l’armée française. Le massacre de civils dinantais a permis au régiment français composé de réservistes de tenir anormalement longtemps le 23 août !

    DSC_0006.jpg-       Chronique d’une descente en enfer par Michel Coleau

    Si cette conférence de presse s’est déroulée ce mercredi 6 août et pas avant, c’est qu’elle coïncide avec le centenaire du premier Hulan à Dinant. Comme les soldats français tiennent bien leurs positions, la population dinantaise est très euphorique, puis perplexe et enfin anxieuse à partir du 18 août car les troupes françaises se cantonnent à protéger la rive gauche. Dans cette 3e partie, j’ai contribué à écrire un apport inédit comme l’organisation des secours, l’action des congrégation religieuses et même que des soldats allemands ont porté secours à des Dinantais.

    -       Lieux de souffrance, lieux de mémoire en terre dinantaise par Michel Coleau

    Michel Coleau y décrit les différents monuments mémoriaux principaux de l’entité de Dinant

    -       Répertoire des victimes (15 et 26 août 1914) tuées à Dinant et dans les environs (Anseremme et Bouvignes) par Michel Coleau et Michel Kellner

    Cette liste n’est peut-être pas complète ! Elle corrige et complète des listes des victimes publiées dans l’entre-deux-guerres. Les rescapés des fusillades du 23 août y figurent également (une première !). Tous ces noms sont gravés dans le monument situé dans les jardins du CPAS qui sera inauguré officiellement le samedi 23 août à 12h30 en présence de sa Majesté le Roi Philippe.

    DSC_0003.jpg« Le fleuve enlarmé », en texte de Claude Donnay, poète et enseignant à l’Institut Saint Joseph de Ciney, écrit sous forme d’un calligramme représentant le rocher Bayard, figure également dans ce livre après une préface de Laurence Van Ypersele.  Il peut être obtenu séparément via Bleu d’Encre Editions. L’idée de ce recueil est d’évoquer l’horreur de ce mois d’août 1914 à Dinant et de délivrer un message d’espoir dans l’avenir.

    Où peut-on trouver le livre ?

    «Dinant, août 1914, les rives sanglantes » est en vente dès ce jeudi 7 août dans les différentes libraires de Dinant, au Centre Culturel, à la Citadelle, à l’hôtel de ville de Dinant et à la Maison du Patrimoine Médiéval de Bouvignes.

  • Programme complet des commémorations Dinant août 1914 en ce mois d'août

    Le Roi Philippe sera présent le 23 août !

    Lire la suite

  • Le carillon qui prendra place dans le bulbe de la Collégiale Notre-Dame est arrivé à Dinant !

    Il sera présenté officiellement le dimanche 29 juin à 18h !

    Lire la suite

  • Suite du programme des commémorations 14-18 à Dinant

    Dinant Comité 1914.jpgLe 04 août 1914, l’Allemagne adresse un ultimatum au Gouvernement Belge pour obtenir le libre passage de ses troupes en vue d’attaquer la France. Face au refus de la Belgique, l’armée allemande envahit le pays, violant la neutralité belge établie par le traité de 1831. La rupture de ce traité, garanti par les puissances européennes, entraîne l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne. Au début de la campagne, l’armée belge inflige de sérieux revers à l’armée allemande, retardant les plans d’invasion. Les Allemands, pris de panique, commettent des massacres au sein de la population civile – plus de 5.000 personnes pour le seul mois d’août 1914 – dans certaines localités (Dinant, Termonde, Visé, Andenne, Louvain,...).

    Pour commémorer ce triste anniversaire des sombres journées d’août 1914, de nombreuses manifestations seront organisées, toute l’année, à Dinant. Les Territoires de la Mémoire de Dinant et le Centre Culturel Régional de Dinant ont inscrit cette actualité dans leur programmation, à travers du théâtre, une exposition et un concert.

    Lettres à des Morts (affiche).jpgThéâtre : Lettres à des Morts le mardi 20 mai

    par les Elèves du Cours d’Art d’Expression de l’Athénée Royal Adolphe Sax de Dinant, mise en scène: Antoine Patigny à la Salle Sax du CCRD de Dinant à 20h. Une Coproduction Territoires de la Mémoire de Dinant/ARAS/CCRD

    Lettres à des Morts est un recueil de lettres écrites par des parents, des épouses, des enfants, des amis,… aux soldats français qui se trouvaient sur le front durant la guerre de 1914-1918. Ces courriers ne sont malheureusement jamais arrivés à leurs destinataires. Avec l'aide du comédien-conteur Antoine Patigny, les élèves de l’Athénée Royal Adolphe Sax de Dinant porteront ces messages sur les planches, ouvrant une porte sur autant de vies brisées.

    En pratique

    Entrée: 8€ (Prévente: 6€)

    Renseignements et réservations: 082/22.22.99 – territoires_memoire_dinant@hotmail.com (Territoires de la Mémoire), 082/21.39.39. – info@ccrd.be (CCRD)

    Il était une fois... Dinant en 14 (2).jpgUne exposition : Il était une fois… Dinant en 14

    Dinant – CCRD – Salles d’Exposition du 21 juin au 5 octobre

    Du Ma 24|06 au Ve 29|08|2014 – 14h à  18h

    Du Ma 02|09 au Ve 03|10|2014 – 13h à 17h

    Les Sa, Di et Jours Fériés de 14h à 18h, Fermé le lundi. Entrée libre

    Coproduction Territoires de la Mémoire de Dinant/CCRD avec la collaboration de la Maison de la Laïcité de Dinant, de Collectionneurs Privés et avec le soutien du Gouvernement Fédéral, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Wallonie, de la Province de Namur, de la Ville de Dinant, de la Fédération des Maisons de la Laïcité et du Centre d’Action Laïque de la Province de Namur.

    Visites commentées scolaires en septembre: sur réservation.

    Il était une fois... Dinant en 14 (1).jpgJuillet 1914. Dinant s’étire paisiblement le long de la Meuse. Les Dinantais et les Dinantaises vaquent tranquillement à leurs occupations. Le boulanger de la Rue Sax enfourne sa dernière cuisson de Couques de Dinant, le dinandier de la Place St-Nicolas termine sa commande pour le Grand Hôtel de la Meuse, la famille Bourdon prépare les retrouvailles annuelles dans sa maison près du Rocher Bayard. Les touristes prennent d’assaut les petits bateaux qui s’en vont vers Anseremme, d'autres se retrouvent aux terrasses des cafés dinantais. Tout n’est que paix et tranquillité dans cette petite ville sans problèmes. Personne ne sait qu’un mois plus tard, la prospère et insouciante Dinant de la Belle Epoque, avec ses manufactures, son tourisme et ses beautés naturelles, plongera dans le drame. Tout ne sera plus que ruines, cendres et cadavres.

    Il était une fois... Dinant en 14.jpgL'exposition Il était une fois… Dinant en 14 retracera la vie quotidienne des Dinantais avant, pendant et après les dramatiques événements, l'inexorable enchaînement de faits qui aboutira aux massacres des populations civiles et à la destruction de la ville. Et ce, par le biais de panneaux didactiques reprenant des textes rédigés par Michel Coleau, archiviste de la Ville de Dinant, et par la présentation de témoignages, de photographies, de cartes postales, de correspondances et de nombreux objets réunis avec l’aide de collectionneurs. Ces documents évoqueront le combat du 15 août, entre les forces armées françaises et allemandes, qui scellera le sort de la cité des Copères.

    La violence barbare se déchaînera une semaine plus tard. Prisonnière de l’étau manœuvré par l’armée saxonne (rive droite) et les troupes françaises (rive gauche), la population civile subira les abominations du terrorisme de guerre et paiera le prix fort: destruction systématique des bâtiments, fusillades collectives, déportations. Dinant perdra ainsi près d’un dixième de sa population et verra les deux tiers de son patrimoine bâti détruits.

    Il était une fois... Dinant en 14 (3).jpgDinant pansera ses plaies et se souviendra. Après le conflit, des témoignages dénonçant la barbarie saxonne et tordant le cou à la légende des francs-tireurs seront publiés. Des monuments commémoratifs seront élevés et des cérémonies seront organisées. La cité peaufinera son image de ville martyre. En fin de compte, un rapprochement avec l’Allemagne sera amorcé. Il aboutira à l’acte de repentance de l’Etat allemand, en 2001. Dans le cadre des commémorations 14-18, les organisateurs souhaitent rendre hommage à toutes ces victimes et à leurs familles. Qui étaient ces Dinantais d’il y a 100 ans? Quelles étaient leurs préoccupations? Que faisaient ces familles que les balles des assassins ont endeuillées?

    Des visites commentées de l’exposition seront organisées à destination du tout public, des associations et du public scolaire (5e et 6e primaires et les 6 années du secondaire).

    En pratique

    Visites commentées tout public: Sa 23 août de 14h et 16h (sur réservation),  sa 13 et Di 14 septembre – 10h30, 12h, 13h30, 15h et 16h30 (dans le cadre des Journées du Patrimoine). Di 5 octobre – 14h et 16h (sur réservation). Coproduction Territoires de la Mémoire de Dinant/Maison de la Laïcité de Dinant/CCRD.

    Renseignements: 082/21.39.39. – info@ccrd.be – www.dinant.be/culture (CCRD)

    Chansons de Guerre, chansons de paix (Affiche).jpgDe la musique : Chansons de Guerre, Chansons de Paix le 20 juin

    Par le Groupe Musical des Territoires de la Mémoire de Dinant, avec Jean Loubry (textes, poèmes), Edith Bertrand (chant), Richard Bourdeaux (chant, guitare), Christian Limbrée (chant, guitare), Antoine Patigny (chant, guitare), Chantal Zuinen (violoncelle), Patricia Zuinen (hautbois, cor anglais) et Pierre Gilet (accordéon)

    Dinant – CCRD – Salle Bayard le vendredi 20 juin à 20h30.

    Coproduction Territoires de la Mémoire de Dinant/CCRD avec la collaboration de la Maison de la Laïcité de Dinant et avec le soutien du Gouvernement Fédéral, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Wallonie, de la Province de Namur, de la Ville de Dinant, de la Fédération des Maisons de la Laïcité et du Centre d’Action Laïque de la Province de Namur

    Après Hommage à Jacques Brel, Chansons d'Amour et de Résistance et Les Territoires en Balade, le groupe musical des Territoires de la Mémoire de Dinant présente, dans le cadre des commémorations 14-18, un concert en rapport avec la Grande Guerre, mais aussi avec d'autres conflits.

    De La Chanson de Craonne au Déserteur, en passant par Le Cri du PoiluLe Chant des Marais ou Mourir pour des Idées, les musiciens et chanteurs rappelleront toutes ces chansons qui parlent si bien de la stupidité de la guerre. Outre des textes bien connus du répertoire français, on entendra aussi In Flanders Fields, Where have all flowers gone, Bella Ciao, Lili Marlène et Duizend Soldaten, preuve que la souffrance des hommes ne connaît pas de frontières.

    En pratique

    Entrée: 10€ (prévente: 8€)

    Renseignements et réservations: 082/22.22.99. – territoires_memoire_dinant@hotmail.com (Territoires de la Mémoire), 082/21.39.39. – info@ccrd.be (CCRD)