Vie sociale - Page 4

  • Tout le réseau TEC gratuit ce dimanche à l'occasion des élections communales !

    À l’occasion des élections communales et provinciales du 14 octobre 2018, tout le réseau TEC sera gratuit afin de permettre aux citoyens de se rendre facilement aux urnes.

    Comment profiter de cette gratuité ?

    Bien que le transport à bord des véhicules soit gratuit ce jour-là, la validation reste obligatoire.

    • Vous disposez d’un titre valide sur votre carte MOBIB/MOBIB basic ou sur votre ticket sans contact ? Validez-le lors de votre montée dans le bus comme d’habitude : aucun trajet ne sera décompté !
    • Vous ne disposez pas de titre de transport valide ? Adressez-vous au chauffeur qui vous délivrera un billet gratuit.

    Plus d’infos sur infotec.be

  • Médaille de Saint-Aubain pour 50 ans d'organiste pour Jean-Luc Goffin de Schaltin

    En ce premier dimanche d'octobre, à l'église de Schaltin, Jean-Luc Goffin, organiste depuis 50 ans a reçu la médaille de Saint-Aubain de première classe dans le cadre de ses fonctions.

     
    L'événement s'est déroulé en présence des autorités communales de Hamois, des représentants de la fabrique d’église et de la chorale paroissiale.

    image1.jpeg

    C’est suite au décès au printemps 1968 de son papa Camille alors organiste de la paroisse que l’abbé Hoppe demande à Jean-Luc Goffin durant les vacances de 1968 s’il veux bien le remplacer.

     « Tu vas essayer, on verra bien » … lui dit-il à l’époque !

    En octobre de la même année, le Conseil de Fabrique nomme Jean-Luc chantre organiste attitré. Nomination qui revient de la Députation vers le Conseil de Fabrique demandant s’il n’y a pas une erreur dans la date de naissance car il n’avait que 13 ans et quelques mois ! Il entame alors en plus des cours de piano qu’il suivait à l’Académie de musique de Ciney, des cours d’orgue avec l’organiste et professeur Joseph Guiot.

    Parmi les nombreuses anecdotes de sa carrière d’organiste, épinglons le fait que Jean-Luc jouait au football en équipe d’âge et qu’un jour, les matchs furent décalés du samedi après-midi au dimanche matin. Il déclare alors à l’abbé Hoppe qu’il ne peux plus assurer sa nouvelle charge d’organiste : « Ni une ni deux (avec notre bouillant abbé il n’y avait pas de tergiversations) l’abbé a décalé la grand-messe du dimanche matin au samedi soir. Schaltin fut ainsi une des premières si pas la première paroisse a avoir une grand-messe le samedi soir. Le vieil harmonium à soufflets actionnés par deux pédales me donnait un bon entrainement ! »

    Autre anecdote concernant le bouillant abbé Hoppe : lors d’une messe, Jean-Luc se trompe et entame un mauvais chant. L’abbé le regarde de son regard noir, fait tourner son index sur sa tempe agrémenté d’un « m’enfin » tonitruant. Jean-Luc Goffin referme le couvercle de l’harmonium et quitte l’église ! Leurs prises de bec furent moins démonstratives par la suite …

    Quelques chiffres enfin, 50 ans d’organiste c’est un peu plus de 3.000 messes avec d’abord l’abbé Robert Hoppe pendant près de 40 ans, puis l’abbé Paul François, puis l’abbé Jean-Christophe Rakotoarison et maintenant les abbés Jean-Urbain Ngombe Masikini et Bruno Ndaye . C’est aussi +/- 4.000 heures de répétition de chorale avec plusieurs chefs de chœur depuis l’abbé Hoppe à mes débuts jusqu’à sa fille Clarisse actuellement.

     

  • Inauguration des Loups lous, une infrastructure communale à Hamois mise à la disposition du service des co-accueillantes

    DSC_0029.JPGEn ce premier vendredi d’octobre, le soleil était au rendez-vous sur la petite terrasse qui surplombe l’office de tourisme de Hamois à l’occasion de l’inauguration officielle par les autorités communales d’une infrastructure communale mise à la disposition du service des co-accueillantes des Arsouilles.

     

    fullsizeoutput_22f5.jpegPour Luc Jadot, bourgmestre, «de ce lieu qui surplombe la plaine de Hubinne, on ne peut qu’imaginer combien il sera aisé, aux futurs écoliers, de se rendre à leur future école en traversant le Ravel alors que plus jeunes ils ont fréquenté une crèche à cet endroit !»

    Pascal Leclercq, échevin, a rappelé l’histoire l’histoire de cette nouvelle infrastructure : « c’est en avril 2013 que Nadine et Stéphanie sont arrivées comme accueillantes dans la commune. Elles se sont installées au rez-de-chaussée de ce bâtiment et y sont restées jusqu’en février 2016. A cette date, elles ont été transférées à Emptinne, rue du Relais. Enfin, en mai 2018, elles ont réintégré ce bâtiment, au 1eret 2eétage.

    DSC_0030.JPGCette idée de co-accueillante à cet endroit à été initié par Valérie Caverenne. Les travaux ont débuté en juin 2016, moment où je suis entré en fonction en tant qu’échevin de la petite enfance. Les travaux ont été longs, très longs, trop longs car l’entreprise générale a changé quatre fois de conducteur de chantier ! Des malfaçons nous ont obligés à recommencer, à corriger, … et cela n’a fait qu’augmenter la durée de ces travaux. Enfin, après beaucoup de patience, Manon et Didi ont aménagé dans ces locaux ! Le coût des travaux s’élève à 157.391  en y incluant la classe de première année primaire, tout cela, sur fonds propres.

     

    fullsizeoutput_22e1.jpeg

    fullsizeoutput_22e2.jpegLe responsable technique a respecté scrupuleusement les normes de sécurité requises. Les équipes « entretien et bâtiment », composée de François, Imné, Valentin et Bruno ont assurés les finitions, les couleurs et les derniers aménagements. L’escalier a été financé par la province (ce fut long !). Les Loups Lou de Manon et Didi accueillent journellement dix enfants. Ils sont 15 inscrits, mais certains boutchous ne viennent pas tous les jours. D’après les échos des Arsouilles, dont les responsables sont présentes, la commune de Hamois propose une offre intéressante en matière de nos petits enfants : avec plus d’une centaine d’enfants équivalents temps plein accueillis sur 230 enfants âgés de 0 à 2,5 ans, la commune de Hamois est dans le peloton de tête et le chiffre de 48 % pourrait être atteint prochainement ! »

    DSC_0032.JPG

  • Cocoricoop, une nouvelle coopérative de circuit-court en Condroz, bientôt opérationnelle

    La coopérative a rassemblé coopérateurs et sympathisants sur le site des Chemins d’Ariane, aux IMS de Ciney

    Lire la suite

  • Balades & vous, festival de la balade à thèmes au départ du château de Ry (Hamois), le dimanche 23 septembre

    Voitures interdites sur le site - suivre le fléchage - parking dans les prairies à proximité du château. Adresse du jour: château de Ry, rue de Ry, 4 - Mohiville (Hamois)

    Lire la suite

  • La brasserie du Condroz, nouvelle coopérative pour créer de la bière artisanale avec des partenaires de la région

    La Brasserie du Condroz est une nouvelle coopérative qui a été lancée par 4 amis en juin de cette année. Leur but est de produire une bière artisanale dans une dynamique participative. Ils ont finalement créé une société coopérative à finalité sociale (SCRL FS) où les associés recherchent un bénéfice patrimonial limité. Afin de redynamiser la filière de l’orge brassicole en permettant aux agriculteurs d’être sûr d’avoir un prix convenable pour leurs produits, ils vont collaborer avec l’Houblonnière du Condroz et de la Coopérative Cultivae qui les fourniront en orge brassicole. De nombreux brassins ont été nécessaires afin de trouver la recette de leurs bières, une blanche, une ambrée et une noire, une blonde et une brune étant en préparation. Deux cuves de filtration et d’ébullition ont déjà été acquises dans la région de Montpellier ainsi qu’un moulin à grain, une cuve de 1.200 litres étant en projet. Dans le cadre de la création de leur nouvelle brasserie, les créateurs lancent un appel public à l’épargne et aux coopérateurs afin de pouvoir assurer leur développement et pour les aider à financer le matériel manquant (système de production d’eau chaude, embouteilleuse, étiqueteuse autocollante, …).

    La Brasserie du Condroz est située dans les bâtiments de la ferme de Jet à Sovet où, depuis quelques mois, les 4 amis sont au four et au moulin pour transformer les lieux (chambre chaude, chambre froide, …) en une brasserie aux normes agréée par l’AFSCA, Vinçotte, les pompiers et les douanes et accises. Afin d’obtenir un meilleur ratio que beaucoup de brasseries (8 litres d’eau pour un litre de bière), un système original de récupération sera mis en place.

    Pour toute question supplémentaire, vous pouvez vous adresser au Secrétariat de la Brasserie du Condroz, Jet 2 à Ciney ou joindre les 4 administrateurs : Cédric (0496/257691), Olivier (0476/254960), Jérôme ( 0497/440894) et Matthieu (0479/241728). Plus d’infos pour les investisseurs via info@brasserieducondroz.be ou via Facebook.

     Une soirée d'info le 19 septembre !

    Une soirée d'info sur la coopérative Brasserie du Condroz se déroulera le mercredi 19 septembre de 20h à 23h dans les locaux du Centre Culturel de Ciney. Les fondateurs de la coopérative souhaitent détailler aux personnes présentes leur projet et de faire le point sur l’avancée de leurs travaux. A cette soirée seront présents des représentants de l’Houblonnière du Condroz et de la Coopérative Cultivae qui les fourniront en orge brassicole. Ce sera évidemment aussi l'occasion de continuer l'appel aux coopérateurs et coopératrices pour les parts financières et de répondre à toutes les questions afin de mieux comprendre leurs besoins pour les mois à venir avant le lancement prévu au plus vite !

  • 40 bougies pour Les Arsouilles, service d’accueillantes d’enfants en province de Namur

    Le service Les Arsouilles est un service d’accueillantes d’enfants créé à l’initiative de Vie Fémine pour offrir, aux femmes, dès 1978, un accueil de qualité pour leurs enfants de 0 à 3 ans. Son siège social est situé rue Edouard Dinot à Ciney, ce qui explique que pour marquer ses 40 ans, que sa partie académique se soit déroulée dans les locaux du Centre Culturel de Ciney en présence de mandataires politiques de la province, des partenaires de l’ASBL, d’une représentante de la ministre Alda Greoli et d’accueillantes. L’ASBL est gérée par un Pouvoir Organisateur composé de représentants de Vie Féminine, de bénévoles ayant un intérêt pour la petite enfance et des représentants de pouvoirs politiques locaux.

     

    DSC_0114.jpg

    Un peu d’histoire (racontée par Bernadette Denemoustier, directrice de l’ASBL et présente depuis le début)

     

    DSC_0115.jpgLe service fut agréé en 1978 par l’ONE (aujourd’hui Office de la Naissance et de l’Enfance) pour une capacité de 20 gardiennes au départ. 20 ans plus tard, le service compte 90 gardiennes pour 307 enfants en accueil. Entre temps, deux maisons communales ont ouvert leurs portes en 1992 et 1993. En 1995, un service de garde d’enfants malades « l’Ourson enrhumé » voit le jour, à l’initiative des Arsouilles : en 2017, on y recense 14 puéricultrices, 1.954 dépannages dont 24 % sur Namur, 8,4 sur Gembloux, 8 sur Andenne, 6,5 sur Gesves, 6,2 sur Dinant, 996 refus, 30 % des malades entre 1 et 2 ans. Le premier duo d’accueillantes est ouvert en 2009 dans les locaux de l’école communale d’Achêne. Aujourd’hui, on en compte 25 dont 5 au domicile d’une accueillante. Si, dans un premier temps, le secteur desservi par l’ASBL concernait exclusivement l’arrondissement de Dinant/Philippeville, les communes d’Andenne, Profondeville, Assesse, Ohey et Gesves se sont ajoutées. En 2017, 156 accueillantes ont accueilli 1240 enfants pour un total de plus de 100.000 présences. 40 ans plus tard, la capacité est de 146 accueillantes pour un service qui s’étend désormais sur 26 entités dont les CPAS et les communes subventionnent complémentairement la présence des enfants. La répartition des enfants par commune en 2017 est la suivante, pour les plus importantes : Ciney, 17 %, Andenne, 13 %, Havelange, 12%, Rochefort, 11,5 % et Hamois, 9 %.

     

    DSC_0117.jpg

    Si, au départ, on parlait de gardienne encadrée, puis d’accueillante sociale encadrée, le combat en faveur d’un statut complet pour les accueillantes d’enfants aboutit enfin au 1erjuin 2018 à un projet pilote pour 7 postes de salariés attribués aux Arsouilles pour des accueillantes en fonction. Pour Laurence Lesire, présidente de l’ASBL, « il restera dont à offrir le statut et la reconnaissance à toutes les accueillantes en service ! Nous devrions avoir un véritable droit à l’accueil comme cela existe en Scandinavie, un juste financement, une réelle politique de l’enfance. Les besoins des familles évoluent, les parents travaillent à deux, les horaires s’allongent. Pour le financement, c’est l’éclatement des institutions. Nous sommes fiers d’avoir tenu bon et d’avoir toujours été au plus près des besoins des familles. »

     

    DSC_0122.jpgDes pôles de travail ont été créés sur base des besoins et des réalités de terrain : un espace pour l’étude, la recherche et l’événementiel, la communication interne et externe pour assurer une meilleure accessibilité, la logistique et la gestion du matériel de puériculture pour améliorer l’équipement des milieux d’accueil, l’éveil culturel des touts petits en milieu d’accueil dans le but d’élargir le champ des découvertes et le recrutement et la sélection des accueillantes comme professionnelles de la petite enfance.

     

    DSC_0116.jpgPendant la partie académique, deux témoignages de terrain ont été apportés. Pour la première, qui n’est plus accueillante mais qui siège bénévolement au sein de l’ASBL, «il a fallu changer sa maison pour l’accueil, les parents sont parfois encombrants et de plus en plus exigeants (locaux aseptisés, horaires, …), les formations sont importantes ». Pour une des plus anciennes accueillantes (30 ans), « et si je tombe malade, que se passera-t-il ?, à ma pension, qu’est-ce que j’aurai ? et après mon divorce, … »

    Avant le vin d’honneur et le gâteau des 40 ans, un bouquet a été remis à Isabelle Pierson, de Rochefort, pour tout ce qu’elle a fait en faveur des Arsouilles.

    DSC_0119.jpg

    Au lendemain de la partie académique qui lancer les 40 ans de l’ASBL, une conférence sur le thème de l’hyper-parentalité, destinée autant aux accueillantes qu’aux patents, est organisée au Centre Culturel de Rochefort ce lundi 10 septembre à 19h. Une grande fête familiale ouverte au plus de mille familles inscrites sera organisée le samedi 22 septembre de 13h à 18h au Domaine des Grottes de Han, privatisé pour l’occasion.

  • Une bibliothèque d'objets en province de Namur ? Séance d'info à Ciney le 12 septembre

    dépôt2.jpgOn a tous des objets qui encombrent la maison et dont on ne se sert que très (trop) rarement. Et si on les louait plutôt que de les acheter ? C'est le principe de la bibliothèque d'objets Usitoo. C'est économique et écologique... Et si on en lançait une dans la province de Namur ? Intéressé.e ? Rendez-vous pour une séance d'info sur le projet le mercredi 12 septembre à 19h30 dans les locaux de la Maison des jeunes de Ciney (Avenue Sainfoin, 10). Contact : Jean-François Rasschaert - jrasschaert@hotmail.com

    Le concept

    Un concept de bibliothèque d'objets est active à Bruxelles et dans le Brabant wallon par une coopérative nommée Usitoo. Le principe, c'est de louer des objets dont on ne se sert que très peu souvent, plutôt que de les acheter (tonnelle, karcher, coffre de toit, chaussures de ski,...). La bibliothèque se constitue en grande partie avec des objets que des particuliers ont chez eux et qu'ils "revendent" à Usitoo (contre des usi-points pour pouvoir louer d'autres objets). Ca représente un gain d'argent (on n'achète plus), de place (on ne stocke plus) et ça permet de soulager l'environnement (on consomme moins, donc... on fabrique moins !!

    Usitoo équipe.jpg

    Pour la province de Namur 

    Une trentaine de personnes de la région se sont déjà inscrites sur une liste d' "usiteurs" potentiels (Usitoo en demande 25 pour livrer des objets au départ de Bruxelles). Si vous voulez en savoir plus sur Usitoo : www.usitoo.be