Exposition

  • Rétrospective Marcel Warrand du 16 septembre au 7 octobre au Centre Culturel de Ciney

    Le Centre Culturel de Ciney a le plaisir d'accueillir, du 16 septembre au 7 octobre, une exposition rétrospective consacrée à un peintre namurois, Marcel Warrand.

    Deux ans après sa mort, voici l'occasion de rendre hommage à cet artiste qui n'a pas laissé le paysage artistique régional indifférent. Ceux qui ont connu Marcel Warrand parlent d'une personne chaleureuse, d'un artiste pratiquant son art avec sincérité et passion.

    Visiter son atelier Place Saint-Aubain était un poème, « une véritable leçon de passion ». C'était aussi un professeur qui a marqué des générations et formé de «nouveaux regards» tout au long de son parcours d’enseignant.

    Né à Namur en janvier 1924, diplômé de l'Académie des Beaux-Arts de Namur, il a enseigné pendant 35 ans : d'abord à l'Ecole des Métiers d'Art de Maredsous, puis à Saint-Luc (Bruxelles), à l'Institut d'Art Décoratif des Soeurs de Ste-Marie (Bruxelles), et enfin à l'Institut des Arts et des Techniques Artisanales (Namur) où il a terminé sa carrière en 1989. Il est décédé le 4 juin 2015 à l'âge de 91 ans.

    Adepte de la diversité, toujours en quête de nouveau, il a traversé les grands courants artistiques du XXe siècle, produisant une grande quantité d'oeuvres, tantôt figuratives, tantôt abstraites. Nombre de ses œuvres se trouvent dans des musées (dont le musée des Beaux-Arts de Bruxelles) et collections privées, tant en Belgique qu’à l’étranger.

     

    Ref1998 Warrand Marcel quadrillage aux pigeons.jpg

     

    Quelques témoignages

    « Il est aussi le cofondateur de groupes d’artistes namurois contemporains: AXE 59, ROUE, AXE 66, Rez-de-chaussée 28, avec les Lapeirre, Londot, Pirrard, Souply et Van Espen... Gustave Cambier et surtout Yvonne Perrin, l’ont poussé à se départir du post-impressionnisme, enseigné alors. L’expérimentation du cubisme le conduit à l’abstraction.

    La survenance d’éléments humains, même parcellaires, sont les signes avant-coureurs du retour de la figuration, tels, les bodybuildeurs aux couleurs flamboyantes et aux formes tellement démesurées, étalés, à l’huile, sur des formats imposants; la femme, elle, apparaît sensuelle, lumineuse, aux multiples facettes, la carnation quasi translucide détourée par la couleur du décor. Des objets insignifiants, en un agencement scénarisé par l’artiste, envahissent les murs de l’atelier et deviennent les animateurs de la poésie de ses toiles et de ses boîtes. »

    (Jacques Patris, in Emmène-mois n°154, p.7)

     

    Louis Richardeau, critique d'art et ami du peintre, en dit :

    « Parler de Marcel Warrand. Du peintre ou de l'homme ? Impossible de favoriser le peintre en reniant l'homme ; mal venu de privilégier l'homme en soustrayant le peintre. Il est sa peinture. Curieux, le personnage, comme son art. Unique en sa diversité, ascète et gourmand, jovial et féroce, bavard et contemplatif, impulsif et recueilli, poli et provocateur. Il est de ces gibiers que l'on ne peut apprivoiser ».

    « Si d’un mot, je devais résumer le monde de Marcel Warrand, c’est ce mot qui me viendrait à l’esprit : l’étrangeté. N’est-il pas extraordinaire, le mystère de cet homme à qui l’on ne demandait rien et qui donnait tout ce qu’il avait de plus profond, de plus beau ? D’un carton festonné de pâtisserie, il faisait un noble blason, d’un biscuit Destrooper, il traçait un motif sculptural, du poupée celluloïd, une déesse éthérée, d’un visage d’homme ou de femme, une icône hiératique.

    Finalement, Marcel Warrand était un poète. Il suffisait de suivre son commentaire improvisé dans un musée pour constater ses talents de bateleur de l’art, son inimitable capacité d’attraction. Mais il était aussi et surtout poète du langage pictural, graphique, spatial. Poète au sens radical grec de « celui qui fait ». Chaque jour, il travaillait, il offrait dans la solitude, l’amertume, la rage parfois, la jubilation le plus souvent, sa part d’émerveillement ».

    Le vernissage aura lieu au Centre Culturel de Ciney le vendredi 15 septembre à 19h. 

    Une date à noter également à vos agendas en clôture de l'exposition : le samedi 7 octobre à 15h, vous pourrez suivre une visite et une conférence retraçant la carrière de l'artiste, avec Louis Richardeau.

    En pratique

    Exposition du 16 septembre au 7 octobre accessible du lundi au vendredi de 9h à 17h, le samedi de 9h30 à 12h30 au Centre Culturel de Ciney, place Roi Baudouin 1, Ciney. Entrée libre.

    Vernissage le vendredi 15 septembre à 19h

    Visites guidées sur réservation : 083 21 65 65

    Informations : culture@ciney.be

    En lien avec l'exposition : parcours de l'exposition et conférence retraçant la carrière de l'artiste, par Louis Richardeau, critique d'art et ami du peintre : le samedi 7 octobre à 15h.

  • Expo « la consigne, coffres et malles d’artistes » du 21 août au 9 septembre au Centre Culturel de Ciney

    Une malle, un coffre, un coffret à ouvrir... Une septantaine d'interventions artistiques à découvrir dans l'obscurité au Centre Culturel de Ciney !

    La Consigne est un projet artistique participatif imaginé par l'artiste Bernard Boigelot et mis en place au printemps 2016 par un collectif d'amateurs d'art contemporain composé de Philippe Luyten, Philippe Marchal et Jacques Patris. Depuis cet été 2017, il est soutenu par la Province de Namur.

    Le projet "La Consigne" consiste à présenter une malle, un coffre ou un coffret dans l'état de sa découverte dans un grenier, une cave, un entrepôt ... et de susciter la curiosité du visiteur pour l'amener à l'ouvrir et y découvrir une intervention artistique.

    En tout, une septantaine d'artistes se sont approprié ce petit meuble lié au rangement, à l'enfouissement d'objets chers ou précieux, au souvenir, au secret quelque part… et l'ont exploité à leur sauce.

    Des coffres et coffrets de toutes tailles, des approches artistiques très variées, inventives, surprenantes... qui ne vous laisseront pas indifférent.

    A découvrir, tel un explorateur, dans l'obscurité, armé d'une lampe de poche !

     

    Voici ce qu’en dit Bernard Boigelot

    « Exclus des lieux de vie, silencieux, calmes, en chômage obligé, ils attendent qu'un archéologue s'intéresse à eux.  Nul doute qu'une telle punition crie à l'injustice. 

    Leur crime, celui d'avoir voyagé par mer, par air et pour certains par dos de chameaux, des jours et des jours, parfois des semaines pour acheminer tout le nécessaire à notre survie dans des régions refuges.  Pour les autres, les sédentaires, leur condamnation implique leur rôle de complicité d'avoir emprisonné une mémoire qui s'efface au fond d'un grenier. 

    Tous sommeillent actuellement dans un endroit discret totalement oublié, dans une totale négligence pour certains.  Le réveil de ces objets ne pouvait se concevoir qu'entre les mains d'un créateur, celles d'un artiste habitué à donner vie aux objets morts, aux sentiments invisibles qui réapparaissent avec luminosité aux yeux de tous. 

    Défi difficile pour l'artiste de confiner dans cet espace clos un dialogue avec le visiteur-explorateur que nous sommes tous devenus aujourd'hui et avec nos prochaines générations à venir.  Osons parier que cette fin de consigne leur soit bénéfique avec le partage d'une nouvelle relation intime dans notre quotidien ».

    Les artistes

    75 artistes ont participé à La Consigne. Il s'agit d'artistes confirmés invités et d'étudiants en écoles d'art. Un bon florilège d'entre eux seront présentés au Centre Culturel de Ciney :

    Cécile AHN, Isabel ALMEIDA, Gérard BETHUME, Vinciane BINARD, Bernard BOIGELOT, Marina BOUCHEI, BOUL (Quentin De Meyer), Valérie CEULEMANS, Ingrid CHARLIER & Michèle DEMESMAEKER, Tania CLOSSET, Luc COECKELBERGHS, Fred COLLIN, Françoise COLMANT, Pierre COURTOIS, Lucie COUTURIER, André DAGNIAU, Julie DEBOIS, André DELALLEAU, Anne DE MEYER, Dominique DERUISSEAU, Rosette DE STEFANO, Michaela DE ZOLT SAPPADINA, Lory DI DONATO & Steve EVRARD, Michèle DONIS, Philippe DUBIT, Nathalie DURY, Franca GAGGIANO, Stéphane GILLES, Isabelle GREVISSE, Valérie HEINEN, François HUON, Cédric JADIN, Marie-Sophie JOIE, Murielle JOUNIAUX, Tamar KASPARIAN, Emmanuel KERVYN, Catherine LABOUREUR, Martine LALOUX, Marie-Noëlle LAMBOTTE, Françoise LANSH, Mélanie LEFEVRE, Robert LEMAIRE, Jacques LENNEP, Colette LEROY, Sophie LESTRATE, Bernadette LORGE, LORKA (Laurence Vankerkhove), Philippe LUYTEN, Denis MAHIN, Gabrielle MALHERBE, Mariette, Jean-Georges MASSART, Quentin-Marie NOEL, Anne-Sophie OTTO, Jacques PATRIS, Muriel PEERS, Marie-Claire PHILIPS, Alain RANZY, Dominique RAPPEZ & Catherine PLEYERS, Romina REMMO, Vincent SMETS, Bernard SERCU, Lucas THONNARD, Marie-Paule THOMMES, Pauline TONGLET, Monique TRANSON, Bob VAN DER AUWERA, Nathalie VANDE VELDE, Hilde VERMEULEN, Lionel VINCHE, Bern WERY, Fabienne WITHOFS, Sébastien WOUTERS, Léon WUIDAR, Thierry ZENO.

    En pratique

    Du 21 août au 9 septembre au Centre Culturel de Ciney, place Roi Baudouin à Ciney. Entrée libre.

    Ouverture le samedi 19 août de 10h à 16h (Journée des Associations).

    Exposition accessible en semaine de 9h à 16h et à partir du 1er septembre en semaine de 9h00 à 17h et le samedi de 9h30 à 12h30.

  • Une très belle exposition durant tout l’été à La Spirale à Natoye

    mail1.JPGUne superbe exposition « Pierre et Métal » se tient au Centre des Métiers d’Art de La Spirale à Natoye durant tout l’été. 17 artistes vous invitent à découvrir leurs œuvres uniques.

    Les sculptures en pierre bleue, en marbre de Mazy et en marbre de Carrare de Branchina Giuseppe, Dejonge Nicolas, Deltour Guy, Leroy Luc, Nicodeme Philippe, Sterckx Michèle et Roland Véronique côtoient les créations en métal, en étain patiné, en bronze et en fer de Burlet Alexandre, Cornil Karbonyl, Dufrane Jacques, Pirson Alice, Poncin Jacques Puleo Maria, Rodhain Max, Roulin Félix , Seidoff Eric et Wery Vinciane.

    Chacun, dans son style qui lui est propre, décline ces deux matériaux au gré de son imaginaire. Tantôt très réalistes, tantôt plus modernes ou encore décalées, toutes les œuvres interpellent et permettront aux visiteurs de se poser un instant sur ce travail de très grande qualité artistique et plastique.

    DSC_0411.jpgLes deux salles consacrées à cette exposition thématique agrémentent parfaitement le site et les 5 autres salles où exposent les 53 membres permanents du Centre des Métiers dans toutes les autres matières bois, textile, verre, osier, papier … Soit un total d’un peu plus de 70 créateurs à découvrir !

    L’exposition est ouverte jusqu’au 3 septembre tous les jours de 13h à 18h et le dimanche de 10h à 12h et de 13h à 18h. Une belle occasion pour découvrir aussi le joli potager et son jardin de 67 ares arborés de nombreuses sculptures monumentales.

    Info : www.laspirale.be – 083 690 790

  • Expo Ciney au temps de la Guitare d'or du 24 juin au 28 juillet

    C'est devenu une tradition pour le Centre Culturel de Ciney de proposer chaque été une exposition patrimoniale sur le Ciney d'antan. L'édition 2017 est un peu singulière, puisque Ciney fêtera le 24 juin prochain le retour d'un festival qui a connu dans les années 60-70 un franc succès : le Festival de la Guitare d'Or. Ce festival a connu 10 éditions, de 1962 à 1971. Lancé par le dynamique maïeur de l’époque, Joseph Lambert, ce Festival attira, sous un immense chapiteau Place Monseu, des milliers de jeunes venus écouter, outre les groupes concurrents de la région, des stars internationales : Donovan, Jacques Dutronc, The Animals, Sandie Shaw, André Brasseur ...

    TheCarltons.jpeg

    L'exposition sera aussi l'occasion de se replonger dans l'univers de ces années Sixties/Seventies : événements-clés, photos, posters, revues, robes d'époque, et quelques images de la ville de Ciney.

     Vernissage le samedi 24 juin à 10h30

    Au Centre Culturel de Ciney - Place Roi Baudouin 1 – Ciney – Entrée libre.

    Exposition accessible le samedi 24 juin toute la journée.

    Du 26 juin au 28 juillet, exposition ouverte du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h00 à 16h00. 

    Festival de la Guitare d'or le 24 juin, place Roi Baudouin 

    Ciney, capitale du Condroz, avait à la tête de sa commune, Joseph Lambert, un bourgmestre particulièrement dynamique. Celui-ci a très vite compris l'engouement des jeunes vis à vis de la musique. Ainsi décida-t-il dès 1962, de disposer sur la grand place de sa commune un énorme chapiteau destiné à accueillir des dizaines d'orchestres belges amateurs.

    C'était ce qu'il appelait " sa fête de la musique". Mais il fallait trouver un nom plus prestigieux, ce fut : Le Festival de la Guitare d'Or.

    10 ans durant, ce festival a fait la renommée de la ville de Ciney par la qualité du concours qui se déroulait la journée et par la renommée des artistes qui venaient s'y produire en soirée. La dernière édition eu lieu en 1971.

    En 2017, Nicolas Constant et Nicolas Tillieux, via leur Asbl NCT SQUARE, en collaboration avec le Centre Culturel, avec le soutien de la Ville de Ciney ont décidé de donner une seconde vie à ce fabuleux festival !

    Le 24 Juin 2017, place Roi Baudouin, vous retrouverez les jeunes groupes de notre région qui deviendront peut-être les stars de demain pour un concours de folie. Ensuite, la journée continuera en nous faisant voyager des années 1960 à 2017 ! 3 Covers, reprenant les Cranberries, Supertramp et Muse ! Et pour têtes d'affiches, Mr André Brasseur & Laura Crowe !

    L'accès y sera entièrement gratuit et sécurisé.

    Programme de la journée :

    De 11h à 16h : Concours Jeunes Talents

    Baggy Trousers
    Gueules de Loup
    Warlus
    Behind The Pines
    BAC One-Eleven
    Newt
    So Mary

    A 16h30 : The Blackberries - Tribute To CRANBERRIES

    A 18h00 : Cannon Ball - Tribute To SUPERTRAMP

    A 19h30 : Hullabaloo - Tribute To MUSE

    A 21h00 : Résultats du concours

    A 21h30 : André Brasseur & His Band

    A 23h00 : Laura Crowe

  • Expo des travaux des élèves de l’Académie des Beaux-Arts de Ciney du 10 au 21 juin

    ExpoAca17Enfant.jpgL’Académie des Beaux-Arts de Ciney présentera mi-juin au Centre culturel de Ciney, une exposition des travaux de l’ensemble des élèves enfants, adolescents, adultes.

    Cette exposition met en évidence la diversité des thématiques et techniques proposées aux élèves de tous âges. Chacun se les approprie et développe son travail en fonction de ses compétences et de sa sensibilité.

    Vous pourrez ainsi découvrir chez les plus jeunes un monde féérique peuplé d’insectes, de mangeurs, de voyantes, de forêts mais aussi de mises en boîtes de squelettes et de portraits recomposés. Ces thématiques proposées par leur professeur, Monique Simon et Nathalie Henin pour les 6-11 ans et Kathleen Lamand pour les 12-14 ans, ne sont que des prétextes pour sensibiliser les jeunes élèves au monde des formes et aux différentes expressions de la création et ce par le biais des techniques du dessin (encre de chine, feutre, fusain…), de la peinture (gouache) et du volume (découpage, assemblage, pliage).

    Les adultes des ateliers de peinture de Marie-Lore Lonneux et Laurence Burvenich ont appréhendé diverses techniques liées à la peinture à l’huile ou à la tempera (peinture à l’œuf). Ces « mediums » servent de fil conducteur aux professeurs pour aborder les thèmes de l’objet, des expressions faciales, du mouvement ou de l’arrêt sur image d’inspiration cinématographique (cadrage insolite, instant non-accompli, sensation de mouvement).

    Quant aux élèves de l’atelier de dessin conduit par Marie-Sophie Joie, ils se sont confrontés à leur propre mémoire à travers les objets, les paysages et les souvenirs d’enfance. Ces souvenances ont pris forme grâce à diverses techniques propres au dessin (fusain, encre de chine, pastel, techniques mixtes) mais aussi le pliage. Toutes ces étapes permettent aux élèves d’entrer en relation avec l’histoire de l’art et de comprendre les liens existant entre la découverte et l’usage des pigments jusqu’aux tablettes numériques.

    Une fois certaines compétences acquises, chacun, du plus jeune au plus âgé, trouve un épanouissement dans l’acte de peindre, dans le geste graphique ou dans la 3ème dimension.

    En pratique

    Vernissage ce vendredi 9 juin à 18h30. 

    Exposition accessible au Centre Culturel de Ciney, place Baudouin 1 du 10 au 21 juin du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h, le samedi de 9h30 à 12h30, fermé le dimanche. Entrée libre.

    Infos : Centre Culturel de Ciney, 083/ 21 65 65, culture@ciney.be, http://centreculturel.ciney.be

  • Expo sur les couleurs, matières et intuitions du 20 mai au 3 juin au Centre Culturel de Ciney

    Au cours de cette exposition, vous découvrirez les œuvres d'un collectif de six peintres, un sculpteur, un photographe : Christophe Graulich, photographe naturaliste de Hamois, Béatrice Graulich-Vandeputte, peintre de Hamois, Joëlle Hubeaux, de Hamois, peintre figurative, Sophie Pirot, peintre d'Arlon, Rose Kondrativ, peintre de Marche, Lucien de Waleffe, dit Korpuss, sculpteur de Clavier. Chacun exprime sa propre sensibilité et sa propre technique pour un ensemble où les créations se parlent et se répondent en couleurs et en matières. Vernissage le vendredi 19 mai à 19h.

    Détails sur chaque artiste

    Christophe GRAULICH,  photographe naturaliste d'Hamois amateur passionné (membre du club photos de la Spirale de Natoye), chasseur d'images, immortalise la beauté d'un chevreuil, un insecte, une fleur, un paysage.... https://christophegraulich.jimdo.com/

    DSC_0019.JPG

     

    Béatrice Vandeputte.jpgSon épouse, Béatrice GRAULICH-VANDEPUTTE, peintre de Hamois, mixe les couleurs, matières et silhouettes inspirée par la relation à soi, aux autres et à la nature. http://www.beapeinturlure.sitew.be

    Joëlle HUBEAUX, de Hamois, peintre figurative, réaliste des trompes-l’œil de chevalet saisissants, un challenge technique mais un réel plaisir... http://www.jelpeinture.be

    Sophie PIROT, peintre d'Arlon, propose des œuvres issues d'images qu'elle découpe, torture ou magnifie de manière intentionnellement sobre et monochrome. http://www.sophiepirot.be

    Rose KONDRATIV, peintre de Marche, met en scène les couleurs pures et le graphisme des courbes féminines qui l'inspirent sans cesse.

    Lucien de WALEFFE, dit « KORPUSS », sculpteur de Clavier, conçoit ses sculptures en mélangeant diverses matières.

    En pratique

    Expo ouverte au Centre Culturel de Ciney du 20 mai au 3 juin (fermé pendant le pont de l’Ascension) du lundi au vendredi de 9h à 17h et le samedi de 9h30 à 12h30. Présence des artistes les samedis et dimanches de 14h à 17h. Vernissage le vendredi 19 mai à 19h00, en présence des artistes.

  • Vernissage de l'expo "1917, le tournant de la guerre" à l'OCTC de Hamois

     

    Pour découvrir les 42 photos prises lors du vernissage de l'expo qui se déroule jusqu'au 5 juin, de 14h à 18h à l'OCTC de Hamois, il suffit de cliquer, en haut, à droite, sur l'album intitulé "Expo Hamois, mai 2017".

    DSC_0088.jpg

    DSC_0106.jpgDiscours de Jacques de Cartier d'Yves, président de la Maison de la Mémoire

    Je remercie sincèrement monsieur le conseiller provincial pour son discours. Je saisis à nouveau cette opportunité pour remercier la Province de Namur et, en particulier, Mélodie Brassinne de la cellule du patrimoine culturel pour son soutien précieux et sa collaboration efficace dans l'organisation de l'exposition parallèle à la nôtre sur le thème "14-18, le grand brassage des populations". Je saisis cette occasion pour vous informer de notre journée de commémoration franco-belge du vendredi 12 mai prochain qui nous permettra de nous souvenir de la tragédie des évacués français des départements de l'Aisne et du Pas-de-Calais, chassés de France en 1917 par l'occupant allemand et évacués de force vers nos provinces, nos villes et nos villages. Ils sont plus de 2500 à avoir séjourné dans les sept villages de l'entité. Une plaque et un panneau historique explicatif seront inaugurés en leur souvenir ce 12 mai à 14 h 30 sur la place devant l'église de Natoye. Vous êtes toutes et tous cordialement invités à participer à cette cérémonie.

    1917..."Et l'espoir changea de camp".

    Aujourd'hui, nous inaugurons donc la cinquième exposition de notre cycle de commémorations de la Première Guerre mondiale. Elle évoque les évènements majeurs de l'année 1917 et tout d'abord l'entrée en guerre des Etats-Unis d'Amérique, fait déterminant pour l'issue finale de ce conflit mondial. L'année 1917 souligne aussi d'un trait rouge toutes ces offensives inutiles et fort coûteuses en vies humaines : le "Chemin des dames", Bullecourt, Vimy, Arras, Cambrai, Ypres et Passchendaele, Caporetto sont autant de croix plantées au prix du sang sur le chemin tortueux qui devait conduire à la victoire... 1917 ouvre avec fracas la porte du changement en Russie, la fin d'un monarchie plus que tricentenaire, la révolution bolchévique et une ère d'incertitudes, de combats fratricides en prélude à l'idéal soviétique. Ici encore, ce fut en payant le prix fort en vies humaines, le nombre exact de victimes restant enfoui dans le tombeau des statistiques...

    Nous sommes heureux de vous présenter, en complément à l'exposition de 2016 consacrée aux tranchées, une collection unique d'objets d'artisanat de tranchées jamais présentée au grand public, rassemblée depuis de nombreuses années par un amateur passionné.

    Il était enfin utile de rappeler que la Première Guerre mondiale est le premier conflit industriel de l'Histoire et que la technologie a vite pris une place prépondérante dans ce conflit. Nous ne pouvons que rester perplexes devant cette capacité qu'à l'humain de fabriquer en très grand nombre et de manière très perfectionnée les outils de sa propre destruction... Vous pourrez ainsi découvrir le développement gigantesque de l'artillerie et son rôle capital dans les deux camps des belligérants, la montée en puissance de l'aviation, née peu de temps auparavant, et son utilisation à des fins multiples ainsi que la première apparition des tanks sur le champ de bataille et le poids, au propre et au figuré, que cette arme va bientôt prendre dans la conduite des opérations militaires.

    Comme d'habitude, deux conférences sont prévues durant cette période d'expositions : le vendredi 12 mai à 18 heures, Jean-Luc Lefèvre nous parlera, ici à l'OCTC, du "Printemps 1917, des évacués français en Condroz namurois" et le vendredi 19 mai à 20 h cette fois, toujours à l'OCTC, le colonel BEM Bruno Smets évoquera un "Retour à Sarajevo, éclairage sur l'échec yougoslave". Nous ne doutons pas que vous serez nombreux à venir écouter ces deux orateurs.

    Avant de conclure, je remercie, une fois encore, tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à faire de cette exposition un futur succès. Alain vous les détaillera dans quelques instants, mais je m'en voudrais de ne pas citer les autorités et services communaux pour leur soutien sans faille, les collectionneurs, prêteurs d'objets aussi intéressants que rares, tous ceux qui n'ont pas compté leurs heures de travail pour atteindre le but fixé... par notre infatigable et dévoué commissaire des expositions Alain Piette, les journalistes de tous les médias qui assurent notre publicité et nos amis de la Confrérie de la Gatte d'Or qui sont fidèles à ce rendez-vous annuel de la Maison de la Mémoire avec leurs délicieux produits de bouche.

    DSC_0107.jpgDiscours d’Alain PIETTE, commissaire des expos 14-18,

    Pour la 5ème fois depuis 2013, nous avons de nouveau rendez-vous avec l’Histoire ! Un siècle, tout juste, nous sépare des événements que nous illustrons dans l’exposition que nous vous proposons dès aujourd’hui et ce, durant un mois.

    Comme chaque année, procédons au macabre décompte des jours de guerre. Aujourd’hui, 05 mai 1917, il y a exactement 1006 jours que la 1ère guerre mondiale a débuté. Et les belligérants en ont encore pour 555 journées de guerre !

    A l’Ouest, rien de nouveau, pour paraphraser le célèbre titre de Erich Maria Remarque.
    Rien de nouveau, dans le sens où les offensives inutiles et terriblement meurtrières ont encore entraîné la mort de centaines de milliers de militaires et de civils, et tout cela pour rien !  
    Le front occidental n’a quasiment pas bougé. A l’Est, l’armée russe subit de multiples revers et la révolution bolchevique va bientôt la forcer à demander un armistice. Sur le front austro-italien, l’armée italienne ne parvient pas à prendre le dessus. Pire, dans un peu moins de 6 mois, elle va connaître la pire de ses défaites à Caporetto, un véritable désastre pour l’Italie.

    Au Moyen-Orient, l’empire Ottoman vit également un véritable cauchemar. Les Britanniques vont remporter victoire après victoire et se rendre maître des grandes villes allant de Jérusalem à Bagdad.

    Mais cette 4ème année de guerre est encore plus mondiale que jamais. Un grand pays va devenir notre allié en entrant dans le conflit de plein pied. Les Etats-Unis vont enfin nous prêter main forte.

    Sur l’Yser, par un curieux paradoxe, les soldats belges tiennent le coup en face d’une armée allemande qui n’arrête pas de s’embourber dans la terre de Flandre.
    Sans doute, cela tient-il à ce que nos soldats considèrent comme une garde sacrée le fait de conserver, libre, ce petit bout de Belgique sur lequel ils tiennent depuis si longtemps. Et cela, malgré les terribles privations, les conditions de vie inhumaines, l’éloignement de plus en plus douloureux avec leur famille, leurs proches, et la mort qui peut vous tomber dessus, à tout moment et souvent sans prévenir.

    Nous avons également le plaisir d’accueillir la superbe et très émouvante exposition organisée par la Province de Namur, qui a pour titre « 14-18 – Le grand brassage des populations » et qui a pour thème, entre autres, de parler de ces milliers de personnes du Nord de la France, qui chassées de chez elles par les Allemands, ont été envoyées , de force dans notre pays et plus particulièrement dans notre Condroz.

    Nous remercions tous les responsables du service historique de la Province et tout particulièrement Mme Mélodie BRASSINE pour avoir bien voulu associer leur exposition à la nôtre.

    Puisque nous sommes aux remerciements, nous les adressons tout particulièrement à la Commune de Hamois, à son bourgmestre Luc JADOT, à ses deux échevins, Pierre-Henri ROLAND (échevin de la culture) et José TATON (échevin des travaux), ainsi qu’à son équipe, pour leur aide particulièrement efficace dans la préparation du montage de l’exposition et le déplacement du canon du Musée de l’Armée.

    Un immense merci également au club d’aéromodélisme « Le Spirit of St-Louis » de Modave, spécialement à Monsieur BURTIN (président) et à ses amis du club. D’abord, pour la démonstration dont nous venons d’être les spectateurs mais aussi pour les magnifiques avions exposés.

    Merci aussi au Musée de l’Armée pour le prêt du superbe canon allemand de 105 mm qui rehausse notre manifestation et tout particulièrement le général POCHET, directeur et Ellen LEFEVRE, du service de gestion des collections du Musée.

    Merci aussi à ceux qui nous ont prêté des objets ou des documents ou qui nous ont aidés de près ou de loin pour la préparation de cette exposition
    Il s’agit de :

       -   André BAR

       -   Jean-Marie de BRUYN (journaliste)

    • Jacques de CARTIER d’YVES
    • Benoît de CARTIER d’YVES
    • Joseph CLETTE
    • Amand COLLARD
    • Guy DEGRUNE
    • Bernard DESCLEE
    • Jean, David et Nicolas DIDION de la firme C.G. Mat. S.A.
    • Francine DUTILLEUX
    • Jean EVARISTE
    • Francis GAUTHIER
    • Jean-Marie GILLET
    • Christian GREGOIRE
    • Benoît GUILLEAUME
    • Roland de TIMARY et Dany KOHL (du Musée « Héritage » de Goesnes »
    • Luc JADOT
    • Françoise LECHIEN
    • et Mme LECLEF-DEREPPE
    • Jean-luc LEFEVRE
    • Emilie MARTIAL
    • Michel MOTTE (Journaliste l’Avenir)
    • Agnès et Brigitte DERBOIS
    • Marie-Pierre ABDOULI
    • Michel TIMPERMAN
    • Jean-François d’OULTREMONT
    • Walther SCHMIDT
    • Marie-Paule SCHOUBBEN

         -   Jean-Baptiste van EX

    • Jean-Pierre HENROTIN
    • Guido SMEYERS (cornemuse)

    DSC_0105.jpgMais surtout mon ami Patrick HILGERS qui m’a une nouvelle fois prêté de nombreux objets de sa fabuleuse collection et Serge NOEL qui a bien voulu exposer une partie de son incroyable collection d’artisanat de tranchée (sans doute une des plus belles de Belgique !).

    Ensuite, un tout grand merci aussi à l’équipe de l’O.C.T.C. où nous nous trouvons. Je pense à Stéphanie SENZOT, Sarah LECLERCQ et Marie de MOREAU, qui sont toujours prêtes à nous rendre service de manière très sympathique.

    Merci aussi à mes confrères et consoeurs de la Maison de la Mémoire.
    Tout d’abord à mes confrères de la Commission des expos 14-18 : notre président d’honneur, M. Jean Marie GILLET, notre président M. Jacques de CARTIER, Joseph CLETTE et notre bourgmestre M. Luc JADOT.

    Merci aussi aux confrères et consoeurs qui sont venus travailler à la réalisation de cet événement, en particulier à Claude ROUARD, véritable « cheville ouvrière » de cette expo mais également à Claudine WARNON, Daniel ROSSOMME, Joseph CLETTE et Gilbert CELLIER.

    Grand merci à Marie SCHMIDT-NICAISE qui a encore réalisé des miracles en restaurant d’anciens vêtements datant de plus de 100 ans et en en créant quelques autres, en se servant de patrons d’époque !

    Merci aussi aux membres de la confrérie de la « Gatte d’Or » qui vont nous régaler, comme chaque fois, de leur divin breuvage dans quelques instants.
    Rendez-vous l’année prochaine, même date, pour la 6ème exposition sur le thème de la grande guerre qui aura pour titre « 1918 – l’offensive libératrice ».

    Du discours introductif de Luc Jadot, bourgmestre, retenons cette phrase: "nous sommes tous des migrants !" (il faisait trop froid pour prendre note, désolé)

  • Commémoration de la première guerre mondiale à l'OCTC de Hamois du 6 mai au 5 juin

    L'année 1917, le tournant de la guerre, une expo de la Maison de la Mémoire de Hamois

    Lire la suite