Havelange

  • Du changement à la tête de la rédaction de Matélé

    Voici un communiqué de presse de Matélé:

    La rédaction de Matélé, la télévision locale de l’arrondissement de Dinant, a désormais un nouveau duo, 100% féminin, à sa tête. Céline Sérusiaux a été nommée rédactrice en chef et Morgane Halloy, rédactrice en chef adjointe.

    Suite au congé politique pris par Anne Pirson devenue échevine à Ciney, le conseil d’administration de Matélé vient de nommer Céline Sérusiaux, rédactrice en chef. Jusque-là, elle travaillait comme journaliste au sein de la rédaction, en charge plus spécialement des magazines. A ses côtés, le CA a nommé Morgane Halloy, rédactrice en chef adjointe. Cette dernière devient éditrice en chef et poursuivra en outre sa mission de présentatrice de l’Actu.

    Matélé, toujours plus digitale

    La volonté de la rédaction de Matélé est de poursuivre son développement sur le web et les réseaux sociaux. A l’heure où les producteurs de contenus de toute nature se multiplient, les journalistes de Matélé ambitionnent de produire et de diffuser une information de qualité, dûment vérifiée, le plus rapidement possible tant sur l’antenne télé que sur Internet.

    Cette intention est encore renforcée par les excellents chiffres qu’enregistre Matélé sur le web : sa page Facebook compte 18.380 fans (+22% en un an) avec 256.000 vues des vidéos diffusées en une semaine ; son site Internet recense 285.000 pages consultées en novembre (+10% par rapport à la même période en 2017). Les groupes communaux sur Facebook (« Cinaciennes, Cinaciens », « Rochefortoises, Rochefortois »…) remportent également un beau succès (13.600 personnes au total), ils permettent notamment un dialogue constant entre la rédaction et les habitants de l’arrondissement.

    Dans cette optique également, Diederick Legrain se voit confier le poste de Manager Digital, un poste inédit dans les télévisions locales francophones où il aura notamment la charge de maintenir une veille constante quant à l’évolution des formats informatifs sur les réseaux sociaux. Cette fonction à caractère transversal l’amènera à développer des synergies avec notamment le secteur associatif.

     

  • Installation du 23e conseil communal des enfants à Havelange

    DSC_0174.jpgUne heure avant l’installation du conseil communal de Havelange, le 23econseil communal de enfants et des jeunes pour l’année 2018-2019 a été mis en place devant un public très nombreux. Comme l’a déclaré Nathalie Demanet, bourgmestre : « Vous êtes chaud ! Vous êtes dans la même situation que les 17 nouveaux conseillers de notre commune. Vous vous êtes portés candidats dans vos écoles afin de proposer des projets. Vous allez travailler avec Vincianne, qui a une énergie sans bornes pour trouver des nouveaux projets. » Elle a ensuite demandé aux anciens et aux nouveaux conseillers ou échevins de se présenter. Comme par hasard, pour beaucoup d’entre eux, ils avaient fait partie du conseil des enfants ou leurs enfants ont font ou en ont fait partie !

    DSC_0183.jpgVincianne Baudoin, l’animatrice, a rappelé le rôle et l’intérêt d’un conseil communal des enfants et des jeunes : il permet de donner la parole aux jeunes dès leur plus jeune âge, ils peuvent exprimer leurs points de vue et apprendre à débattre démocratiquement. Les 15 nouveaux conseillers ont ensuite prêté serment ainsi que Pedro Duchesne et Simon Frippiat de Havelange qui rejoignent le conseil des jeunes créé il y a 2 ans. Un projet autour du harcèlement, l’apprentissage du montage de vidéos et l’intergénérationnel font partie des activités déjà traitées par les jeunes.

    DSC_0219.jpgLors de leur première réunion et des discussions au sein de leurs écoles, une série de projets ont été proposés. Lors de la réunion suivante, il s’agira de trouver, ensemble, les projets prioritaires. Marie-Paule Lerude, dont c’était la dernière intervention en tant qu’échevine puisqu’elle n’a pas été réélue (Renaud Dellieu pour l’enfance et Antoine Mariage pour l’enseignement, la remplace désormais) et Vincianne Baudoin ont évoqué le projet intergénérationnel en cours : « un banc a déjà été installé à Miécret le 1ermai dernier, non loin de la Maison de repos. Un projet similaire, mais en plus grand avec un jardin participatif et l’école de dehors est projeté à Maffe. »

    DSC_0175.jpg

     

    Propositions des projets à voter en réunion

    • Pour l’école Symphorine : faire de la pub du site SAWHIS pour y créer des animations, aller à la découverte des autres villages, installer des boîtes à livres, redynamiser une kermesse à Havelange
    • Pour l’école de Miécret : faire un projet autour de la mobilité à vélo et organiser des après-midi jeux de sociétés
    • Pour l’école de village de Havelange : organiser une journée propreté, installer des boîtes à livres, créer un club de langues, installer plus de poubelles, faire un vrai trottoir dans la rue Ocolna et ajouter des modules de jeu à la plaine Plan B à côté du hall
    • Pour Barvaux : faire des repas et organiser des balades avec les personnes âgées, organiser des courses d’orientation, mettre des panneaux pour ralentir la circulation dans les villages, faire des balades dans la nature
    • Pour Barsy : réalisation de nichoirs, réaliser un labyrinthe avec la plantation de haies
    • Pour Méan : faire une journée interscolaire avec toutes les écoles de la commune, mettre des zones 30 devant toutes les écoles, proposer une balade à vélo une fois par mois, rencontrer des personnes qui pourraient encore témoigner de la guerre, sensibiliser pour ne pas gaspiller et éviter de polluer
    • Pour Maffe : s’organiser pour avoir des repas chauds dans les écoles et installer des coins lecture

     

    DSC_0218.jpg

    Liste des conseillers par implantation est la suivante :

    • Elise Ladouce et Laszlo Mareschal pour Barsy
    • Inès Ringlet et Hugo Honet en 5e, Mattéo Messina en 6epour Barvaux
    • Brice Orban et Tom Hans en 5e, Hanaé Meskine et Anaïs Othman en 6epour Méan
    • Valentine Lizin, Victoria Cote et Longo Da Mota Briaux Zélie pour Maffe
    • Maxime Marchal et Claudia Raes Yanis en 6pour Miécret
    • Lise Kleinkenberg et Elise Frippiat en 6e, Pablo Perez et Romane Fastrez en 5pour l’école de village de Havelange
    • Léa Guissard, Altin Abduli et Louis Jacques pour l’école Symphorine de Havelange

    Voici le site internet pour qu’on puisse suivre le travail du CCE : http://ccenfants-havelange.123siteweb.fr/  et du CCJ  http://ccjeunesse-havelange.123siteweb.fr/   

    DSC_0223.jpg

    Pour découvrir 53 photos (dont toutes les prestations de serment) prises hier soir, il suffit de se rendre, en haut, à droite, à la rubrique Albums Photos et de cliquer sur l'album intitulé "Conseil Enfants Havelange 2018"

  • 101 enfants ont participé à place aux enfants à Havelange

    DSC_0177.JPGDans la commune de Havelange, la journée place aux enfants rencontre toujours autant d’engouement, aussi bien du côté des hôtes d’un jour que des participants, puisqu’ils étaient 101 cette année (113 l’an dernier) venant des 4e, 5eet 6eprimaire de l’entité. A la différence des communes voisines, les activités proposées duraient toute la journée.

    Les lieux qui sont habituellement inaccessibles aux enfants leur étaient ouverts pour les emmener à la découverte du décor quotidien des adultes. Parmi les 40 professions à découvrir, outre les grands classiques comme les épiciers et les vendeurs, citons, un éleveur de chiens et chats, un avocaviste, un fromager, un meunier-boulanger, un guide nature, une semencière, des kinés, un presseur de pommes, ….

    fullsizeoutput_257f.jpeg

    Si les 5eet 6avaient déjà visité cette année à Liège l’expo « plus jamais ça » des Territoires de la Mémoire, le thème de l’édition 2018 des 70 ans de la déclaration universelle des droits de l’homme a été utilisé avec la projection du film « résiste » suivi du court métrage Mr Hublot. Vincianne Baudoin, organisatrice et coordinatrice de la journée place aux enfants proposera aux enseignants de travailler autour de la dynamique de « résiste ».

    DSC_0184.JPG

    DSC_0186.JPGSi chaque enfant amenait son pique-nique pour midi (il se déroulait dans la cour de la Ferme des Tilleuls de Havelange), un potage au potiron, fabriqué par Nicole Mariage-Lecomte leur a été offert. Petit plus cette année, les enfants ont eu l’occasion, en fin de journée, de déguster la première récolte de jus de pommes du verger du Sawhis avant de les avoir pressées eux-mêmes.

    DSC_0185.JPG

  • Expo photo du 23 au 26 octobre à Maffe "Osons un autre regard sur le CPAS"

    • le contexte du projet

    En 2016, année des quarante ans d’existence des CPAS, notre Fédération a, entre autres, diffusé une campagne d’information et de sensibilisation sur les missions des CPAS, à destination du grand public.

    Sur cette même lancée, le CPAS de Havelange souhaite mobiliser des participants, tant professionnels qu’usagers, autour de la thématique des préjugés qui touchent son travail ainsi que ses bénéficiaires.

    En effet, nos constats de terrain corroborent ce besoin d’information et de déconstruction des préjugés vis-à-vis de nos missions et de notre public-cible. Les idées reçues, ancrées au sein de la population, des médias et des autres secteurs, d’une part décrédibilisent le travail mené par les assistants sociaux du CPAS et d’autres part nuisent aux usagers. 

    Le travail social collectif/communautaire en CPAS n’est pas obligatoire légalement, il est facultatif. Havelange a décidé de financer un emploi pour permettre la mise en œuvre de projets sociaux et citoyens sur la commune. Celui-ci est donc mis en place depuis plusieurs années déjà, en complément de l’accompagnement individuel.

    Dans le cadre du travail social communautaire[1]qui vise à encourager la participation sociale de tous (usagers ET citoyens => mixité) , nous avons constitué un groupe de personnes désireux de travailler cette thématique dans une visée constructive et inclusive.  L’idée principale a résidé dans le fait de construire une campagne d’information  et de sensibilisation (sous la forme d’une exposition photo) à l’attention du public, à échelle locale.

    C’était l’occasion de rendre un moyen d’expression aux usagers du CPAS, aux personnes sous médiation de dettes ou administration de biens. Les travailleurs sociaux ont eu, eux aussi, leur place au sein de l’exposition.

    La travailleuse communautaire du CPAS a fait appel à une intervention de la Province pour pouvoir bénéficier d’un animateur photographe pour réaliser ce projet.

     

    0001.jpg

    • Le public visé par le projet

    Durant la réalisation : les travailleurs sociaux, usagers du CPAS et citoyens qui ont souhaité s’y investir et durant la Campagne, aboutissement du projet, l’ensemble de la population havelangeoise et environnante (ex : les enseignants, les propriétaires de logements, les employeurs, les voisins, les élus politiques, les médecins, etc. qui ont un lien de près ou de loin avec des usagers et des assistants sociaux du CPAS). Pour obtenir l'invitation en format pdf, cliquez sur afficheexpo.pdf. Ce projet pourrait être transposé sur d’autres territoires.

    IMG_3793.jpg

    • Les objectifs que le projet tente de poursuivre 

     

    • Briser la stigmatisation des usagers et travailleurs du CPAS mais aussi des médiés et administrés  
    • Déconstruire les préjugés d’une partie de la population locale 
    • Permettre aux usagers de prendre du recul vis-à-vis de leur situation précaire et de déculpabiliser 
    • Permettre aux usagers d’analyser la société et la précarité non pas via leur seul cas individuel mais de manière systémique, globale 
    • Appréhender un nouvel outil artistique (la photographie) et s’exprimer librement 
    • Se raccrocher à un groupe, respecter des horaires, vivre une expérience en groupe, etc.

     

    • La philosophie de travail 

    Ce projet a été réfléchi en concertation avec les travailleurs, le bureau permanent et la direction et validé par le Conseil de l’Action sociale. Il se veut constructif et dynamique. C’est-à-dire qu’il a évolué selon les réflexions émises par ses participants et animateurs. L’exposition photographique qui se déroulera à la Maison qui Bouge de Maffe les 24, 25 et 26 octobre (vernissage le 23 octobre à partir de 17h30) qui en est l’aboutissement s’est voulue à l’image des participants qui ont réalisé ce projet de A à Z.  

    Enfin, ce projet s’inscrit dans une philosophie d’éducation permanente et dans une optique pluraliste. Et ce, tout comme chaque projet communautaire du CPAS de Havelange.

     

  • Tout le réseau TEC gratuit ce dimanche à l'occasion des élections communales !

    À l’occasion des élections communales et provinciales du 14 octobre 2018, tout le réseau TEC sera gratuit afin de permettre aux citoyens de se rendre facilement aux urnes.

    Comment profiter de cette gratuité ?

    Bien que le transport à bord des véhicules soit gratuit ce jour-là, la validation reste obligatoire.

    • Vous disposez d’un titre valide sur votre carte MOBIB/MOBIB basic ou sur votre ticket sans contact ? Validez-le lors de votre montée dans le bus comme d’habitude : aucun trajet ne sera décompté !
    • Vous ne disposez pas de titre de transport valide ? Adressez-vous au chauffeur qui vous délivrera un billet gratuit.

    Plus d’infos sur infotec.be

  • La démarche Prix Juste Producteur soutenue par Carrefour Belgique : vers un bio juste et pas juste du bio

    Dossier de presse reçu, je ne fais aucune publicité, mais pour votre information vous pouvez lire ce quelques lignes, bonne lecture:

    Suite au lancement de la campagne d’envergure Act for Food de Carrefour Belgique, qui a provoqué l’inquiétude des producteurs vis-à-vis d’une guerre des prix bas dans le bio, le Collège des Producteurs a récemment fait entendre son mécontentement : du bio juste plutôt que juste du bio.

    Mais Carrefour rassure et l’assure : « nous ne voulons pas niveler par le bas l’agriculture biologique, nous voulons aider à la développer encore davantage, et que les producteurs nous remercient de les avoir aidés à réussir commercialement leur conversion ; sans toucher à leurs mages. ».

    Oui à un bio accessible à plus de consommateurs, mais surtout, oui à un bio local, qui réponde à une juste rémunération des producteurs et à la prise en compte de la valeur de leur travail. Pour rappel, en moyenne, un agriculteur perçoit seulement entre 5 et 20% de la valeur finale d’un produit sur le marché.

    Grâce à des entretiens constructifs, les 2 acteurs affirment aujourd’hui leur volonté de collaborer. Carrefour l’affirme : « nous nous engageons à travailler en partenariat avec les producteurs bio belges et de les rémunérer correctement, en prenant en compte la démarche du label « Prix Juste Producteur » (https://prixjuste.be). Le Collège des Producteurs qui soutient cette volonté, restera vigilant et mettra tout en œuvre pour qu’elle soit une réalité.

    « Du bio plus juste » : le casting des acteurs est bon, reste les scènes à valider.  Rendez-vous est donné le 5 novembre lors de l’Assemblée sectorielle Bio du Collège des Producteurs lors de laquelle Carrefour Belgique expliquera en détail aux agriculteurs son action et affirmera son engagement de rémunérer correctement les producteurs bio.

    Cette question d’un « Prix Juste Producteur » sur des produits commercialisés dans la grande distribution est un enjeu de taille : à titre d’exemple, 84 % des fruits et légumes consommés en Wallonie sont commercialisés en grande distribution.  E.Grosjean, « Pour le monde agricole, il est capital de faire comprendre aux consommateurs que manger du porc bio payé à 1€ les 500gr au producteur, alors qu’il a été élevé, nourri, et soigné pendant de nombreux mois, ce n’est juste pas possible ! Personne n’accepterait ça, et les producteurs ne peuvent pas non plus… Acheter équitable, ça commence aussi avec nos productions agricoles. »  

    A l’occasion de la semaine du commerce équitable (du 3 au 13 octobre) le Collège des Producteurs lance donc un appel à l’ensemble des enseignes pour adhérer à la démarche.

  • 40 bougies pour Les Arsouilles, service d’accueillantes d’enfants en province de Namur

    Le service Les Arsouilles est un service d’accueillantes d’enfants créé à l’initiative de Vie Fémine pour offrir, aux femmes, dès 1978, un accueil de qualité pour leurs enfants de 0 à 3 ans. Son siège social est situé rue Edouard Dinot à Ciney, ce qui explique que pour marquer ses 40 ans, que sa partie académique se soit déroulée dans les locaux du Centre Culturel de Ciney en présence de mandataires politiques de la province, des partenaires de l’ASBL, d’une représentante de la ministre Alda Greoli et d’accueillantes. L’ASBL est gérée par un Pouvoir Organisateur composé de représentants de Vie Féminine, de bénévoles ayant un intérêt pour la petite enfance et des représentants de pouvoirs politiques locaux.

     

    DSC_0114.jpg

    Un peu d’histoire (racontée par Bernadette Denemoustier, directrice de l’ASBL et présente depuis le début)

     

    DSC_0115.jpgLe service fut agréé en 1978 par l’ONE (aujourd’hui Office de la Naissance et de l’Enfance) pour une capacité de 20 gardiennes au départ. 20 ans plus tard, le service compte 90 gardiennes pour 307 enfants en accueil. Entre temps, deux maisons communales ont ouvert leurs portes en 1992 et 1993. En 1995, un service de garde d’enfants malades « l’Ourson enrhumé » voit le jour, à l’initiative des Arsouilles : en 2017, on y recense 14 puéricultrices, 1.954 dépannages dont 24 % sur Namur, 8,4 sur Gembloux, 8 sur Andenne, 6,5 sur Gesves, 6,2 sur Dinant, 996 refus, 30 % des malades entre 1 et 2 ans. Le premier duo d’accueillantes est ouvert en 2009 dans les locaux de l’école communale d’Achêne. Aujourd’hui, on en compte 25 dont 5 au domicile d’une accueillante. Si, dans un premier temps, le secteur desservi par l’ASBL concernait exclusivement l’arrondissement de Dinant/Philippeville, les communes d’Andenne, Profondeville, Assesse, Ohey et Gesves se sont ajoutées. En 2017, 156 accueillantes ont accueilli 1240 enfants pour un total de plus de 100.000 présences. 40 ans plus tard, la capacité est de 146 accueillantes pour un service qui s’étend désormais sur 26 entités dont les CPAS et les communes subventionnent complémentairement la présence des enfants. La répartition des enfants par commune en 2017 est la suivante, pour les plus importantes : Ciney, 17 %, Andenne, 13 %, Havelange, 12%, Rochefort, 11,5 % et Hamois, 9 %.

     

    DSC_0117.jpg

    Si, au départ, on parlait de gardienne encadrée, puis d’accueillante sociale encadrée, le combat en faveur d’un statut complet pour les accueillantes d’enfants aboutit enfin au 1erjuin 2018 à un projet pilote pour 7 postes de salariés attribués aux Arsouilles pour des accueillantes en fonction. Pour Laurence Lesire, présidente de l’ASBL, « il restera dont à offrir le statut et la reconnaissance à toutes les accueillantes en service ! Nous devrions avoir un véritable droit à l’accueil comme cela existe en Scandinavie, un juste financement, une réelle politique de l’enfance. Les besoins des familles évoluent, les parents travaillent à deux, les horaires s’allongent. Pour le financement, c’est l’éclatement des institutions. Nous sommes fiers d’avoir tenu bon et d’avoir toujours été au plus près des besoins des familles. »

     

    DSC_0122.jpgDes pôles de travail ont été créés sur base des besoins et des réalités de terrain : un espace pour l’étude, la recherche et l’événementiel, la communication interne et externe pour assurer une meilleure accessibilité, la logistique et la gestion du matériel de puériculture pour améliorer l’équipement des milieux d’accueil, l’éveil culturel des touts petits en milieu d’accueil dans le but d’élargir le champ des découvertes et le recrutement et la sélection des accueillantes comme professionnelles de la petite enfance.

     

    DSC_0116.jpgPendant la partie académique, deux témoignages de terrain ont été apportés. Pour la première, qui n’est plus accueillante mais qui siège bénévolement au sein de l’ASBL, «il a fallu changer sa maison pour l’accueil, les parents sont parfois encombrants et de plus en plus exigeants (locaux aseptisés, horaires, …), les formations sont importantes ». Pour une des plus anciennes accueillantes (30 ans), « et si je tombe malade, que se passera-t-il ?, à ma pension, qu’est-ce que j’aurai ? et après mon divorce, … »

    Avant le vin d’honneur et le gâteau des 40 ans, un bouquet a été remis à Isabelle Pierson, de Rochefort, pour tout ce qu’elle a fait en faveur des Arsouilles.

    DSC_0119.jpg

    Au lendemain de la partie académique qui lancer les 40 ans de l’ASBL, une conférence sur le thème de l’hyper-parentalité, destinée autant aux accueillantes qu’aux patents, est organisée au Centre Culturel de Rochefort ce lundi 10 septembre à 19h. Une grande fête familiale ouverte au plus de mille familles inscrites sera organisée le samedi 22 septembre de 13h à 18h au Domaine des Grottes de Han, privatisé pour l’occasion.