Spontin

  • Circulation sur la ligne du Bocq pendant les mois de juillet et d’août

    4605 g-Dorinne-040708.JPGEn 2017, en plus des circulations habituelles des samedis, dimanches et jours fériés, le Chemin de Fer du Bocq circulera également chaque vendredi de juillet et août.

    Cette initiative prise depuis cette année permet d'offrir la possibilité de venir passer un moment de détente et de découverte sur le Chemin de Fer du Bocq en dehors des week-ends. Les vendredis, deux départs sont proposés à partir de Spontin à 14hO5 et 16h15. La balade dure 1h40 et est commentée. Elle s'effectue à bord d'un authentique autorail de 1952.

    Outre les vendredis de juillet et août, le Chemin de Fer du Bocq est ouvert les samedis et jours fériés. Les dimanches la balade est agrémentée d'une variété dans le matériel historique utilisé: la première partie du trajet s'effectue en autorail, la seconde à bord d'un train tracté par une locomotive Diesel de 1955 et des voitures de 1935 avec sièges en bois.

    Ne manquez pas non plus le festival les 12, 13 et 15 août avec des circulations supplémentaires remorquées par des locomotives à vapeur et Diesel ainsi que de nombreuses animations en gare ! Plus d'infos par la suite.

    Plus de renseignements sur www.cfbocq.be pour les horaires complets ou au 083/48.01.01 ou 0495/61.49.56. Vous pouvez aussi cliquer sur 2017 - guide pratique - horaires et infos.pdf pour obtenir ces détails.

    Petit rappel historique

    La ligne 128 Ciney-Yvoir fut construite en étapes successives de 1898 à 1907 par les Chemins de fer de l'Etat Belge (devenus "SNCB" en 1926).  Outre le trafic voyageur, c'était essentiellement les convois de marchandises qui arpentaient cette petite ligne blottie au fond de la vallée du Bocq.  Ces trains permettaient la desserte des nombreux raccordements industriels qui jalonnaient le parcours, notamment les carrières, les fours à chaux et les cours à marchandises des gares où les agriculteurs venaient y charger leur production.

    Les trains de voyageur furent arrêtés en 1960 et remplacés par des autobus de substitution.  Les trains de marchandises quand a eux, ont continué la desserte tant bien que mal, chaque année de manière plus discrète jusqu'en 1983 où le dernier raccordé de la ligne ferma ses portes (carrière de la Rochette à Spontin). 

    A ce moment la ligne du Bocq tomba dans l'oubli, seul passait une ou deux fois par an un véhicule rail/route de l'armée belge chargée de la surveillance des installations.  En effet, avec ses consoeurs les lignes 126 et 150, la ligne 128 formait un contournement ferroviaire de Namur, nœud stratégique, en passant par Statte, Modave, Havelange, Ciney, Yvoir, Anhée, Maredsous et Tamines.  De ce fait, malgré leur suppression, ces trois lignes étaient "préservées" par l'armée belge. Depuis le début des années ‘90, l'armée décida de ne plus reprendre ces lignes à leur inventaire. 

    En 1992, le Patrimoine Ferroviaire & Tourisme se lança dans une grande aventure ; sauvegarder le patrimoine de la ligne du Bocq et en faire une ligne touristique sous l'appellation "Chemin de Fer du Bocq".

    Cette ligne touristique compte parmi les plus belles et spectaculaires lignes de chemin de fer de Belgique, de par son tracé pittoresque aux travers d’une grande variété de paysages ainsi que les nombreux viaducs et tunnels qui la compose.

    DSC_0395.JPG

     

  • En train sur la ligne du Bocq tous les week-end et jours fériés d'août

    ©Alain Defechereux - CFB.jpgLes samedis, dimanche et jours fériés d’août, Le Chemin de Fer du Bocq organise des circulations le long de la ligne du Bocq (Ciney-Spontin-Bauche). La plus puissante locomotive diesel belge, un autorail des années 1950 et un bus historique emmènent les visiteurs à la découverte la ligne ferroviaire la plus spectaculaire de Belgique de par ses nombreux ouvrages d'art et son inscription dans la vallée du Bocq. Des voitures d'accueil sont mises à disposition des visiteurs en gare de Spontin. 

    Les samedi 13 et dimanche 14 août, Le Chemin de Fer du Bocq organise une Féerie du Rail à Spontin autour d'un spectacle ferroviaire, « Attention au départ » qui emportera petits et grands dans un tourbillon de jeux circassiens (magie, acrobaties, jonglages,…) à la découverte d'Yvonne la plus vieille locomotive à vapeur de Belgique.

    Durant toute la journée, des circulations en train à vapeur, autorail et bus historique seront organisées le long de la ligne du Bocq. Considérée comme « la plus pittoresque et spectaculaire de Belgique », elle sillonne la vallée entre Ciney et Evrehailles-Bauche, nouveau terminus depuis 2015.

    La gare de Spontin, véritable centre névralgique de la Féerie du Rail, et la gare de Dorinne-Durnal proposeront également de nombreuses activités : salle de jeux, train à voie étroite, musée, vapeur vive, visite de postes de conduite, concours photos, simulateurs, et bien d'autres encore.
    Pour les amateurs de randonnées, une balade de 4km entre Purnode et Dorinne-Durnal est possible au départ du premier train de la journée.

    De vastes parkings gratuits seront disponibles en gares de Spontin et de Ciney ou des départs seront organisés en bus. Les réservations sont obligatoires.

    Le lundi 15 août quant à lui sera dédié à des circulations intensives en locomotive à vapeur et autorail le long de la ligne.

    Horaire des spectacles : 10h15, 11h45, 13h15, 14h45 et 16h15 (durée +- 25 min)

    Tarifs 0-3 ans : gratuit / 3-12 ans : 15€ / adulte : 20€

     

    ©Jean-Louis Chevalier - Le Chemin de Fer du Bocq.jpeg

    Horaires et infos sur www.cfbocq.be. Tél : 0495/61 49 56

    Féerie du Rail - CFB.jpg

     

  • L'automne et Saint-Nicolas ont rendez-vous au Chemin de Fer du Bocq

    Réservation obligatoire pour rencontrer Saint Nicolas !

    Lire la suite

  • Le patrimoine de l’entité d’Yvoir, entre Meuse et Bocq, par Jean Germain, vient de sortir de presse

    CDP88.jpgLa collection des Carnets du Patrimoine est consacrée à des monuments majeurs ou au patrimoine de petites communes de Wallonie offrant au lecteur un panorama complet et agréable des lieux présentés. Le 88e carnet est consacré au patrimoine de l’entité d’Yvoir. Il a été écrit par Jean Germain. Né à Spontin et résidant à Ciney depuis de longues années, c’est un spécialiste de l’étude des dialectes en Wallonie, ancien directeur de la bibliothèque générale et de sciences humaines de l’UCL de 1971 à 2009. Dans la région, il est connu pour avoir écrit plusieurs ouvrages et articles sur la toponymie et la langue écrite en Wallonie (origine des noms de familles en Wallonie, guide des gentilés, origine des noms de rues dans l’entité de Ciney, …) et d’ouvrages consacrés à l’histoire et au patrimoine de Spontin et de Crupet.

    DSC_0002.jpgCe 88e carnet a été présenté à la presse jeudi matin en la salle des mariages de la Maison communale d’Yvoir notamment en présence du bourgmestre et de la responsable des publications de l’Institut du Patrimoine wallon. Pour Jean Germain, «c’est plus facile d’écrire 600 pages comme les 2 volumes sur Spontin que 68 pages sur l’entité d’Yvoir. Dans ce carnet, j’ai voulu aller plus loin que la simple description du patrimoine classé et ai évoqué des gens, comme l’écrivain Auguste Laloux ou des monuments, comme le château d’eau de Dorinne (qui va d’ailleurs être classé). J’ai choisi comme photo de couverture l’îlot sacré de Godinne, qui m’a paru mieux représenter l’entité d’Yvoir.»

    Voici ce que l’on peut lire au dos de l’ouvrage :

    Ill. 02.jpgAu pied de la forteresse déchue de Poilvache, siège d’une puissante prévôté, sur la rive droite de la Meuse à mi-chemin entre Namur et Dinant, s’étirent trois villages mosans qui ont nom Godinne, Yvoir et Houx. La commune d’Yvoir se prolonge perpendiculairement en remontant la vallée du Bocq jusqu’à Spontin, jalonnée de localités plus rurales occupant le plateau condruzien. Une région marquée autrefois par l’existence de forges, dont il subsiste quelques vestiges mais surtout de belles demeures de maîtres de forges. Une région marquée aussi par l’exploitation de carrières de petit granit et de grès, pierres qu’on retrouve omniprésentes dans le bâti de la forteresse de Poilvache, des châteaux de Spontin et d’Evrehailles, mais aussi dans de puissantes fermes carrées et de plus modestes maisons ouvrières. Un lieu marqué aussi par le tourisme aujourd’hui, depuis les villas mosanes jusqu’aux gîtes de caractère, et une nature encore préservée. Sans oublier l’écume de bières toujours artisanales.

     

    Ill. 11.jpgEn pratique

    «Le patrimoine de l’entité d’Yvoir, entre Meuse et Bocq » est en vente dans les librairies et certains commerces des villages de l’entité d’Yvoir ainsi qu’à l’office du tourisme situé à la Maison Communale au prix de 6 €. Il est également en vente à la boutique de l’IPW, résidence du Grand Cortil, place des Célestines, 21 à Namur (083/23.07.03), à la boutique de l’Archéoforum de Liège, place Saint Lambert à Liège (04/250.93.70) ou via le site de l’IPW, www.institutdupatrimoine.be