Réorganisation en profondeur de la garde de week-end de médecine générale à partir du 4 février 2012

7 postes médicaux de garde sont définis dans l’arrondissement de Dinant et la province de Luxembourg avec un numéro d’appel unique, le 1733 ! En ce qui concerne la garde en semaine, rien n’est modifié !

postesgardes.JPGVendredi, en la salle des échevins de la commune de Marche-en-Famenne, en présence des représentants des cercles de médecins de la province de Luxembourg et de l’arrondissement, s’est tenu une conférence de presse de présentation de la réorganisation de la garde de week-end de médecine générale.

Difficultés dans la gestion des rôles de garde :

Depuis quelques années, l’organisation de la garde en médecine générale devient problématique, particulièrement pour les cercles qui couvrent les régions rurales. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène :

1) Le vieillissement du corps médical

2) Un certain désintérêt des étudiants pour la médecine générale

3) La diminution des installations de jeunes médecins en région rurale

4) La recherche, de la part des jeunes (et moins jeunes) médecins, d’un meilleur équilibre entre activité professionnelle et vie familiale. Dans cette optique, la garde de médecine générale est de plus en plus mal vécue par les praticiens, particulièrement dans les régions peu fournies en médecins généralistes, où la répétition des gardes représente un fardeau de plus en plus difficile à supporter.

L’étude du Professeur BRIJS

Devant l’urgence de la situation, les cercles de la province de Luxembourg et de l’arrondissement de Dinant (la zone couvre 1/5 du territoire belge et seulement 370.000 habitants, toutes régions directement concernées par la désaffection de la garde en médecine générale, se sont associés afin de trouver les solutions les plus adéquates à cette problématique. Pour ce faire, ils se sont adressés au Professeur BRIJS de l’Université d’Hasselt, qui avait déjà eu l’occasion de se prêter à un exercice similaire dans le cadre de la réforme de la garde de médecine générale en province du Limbourg.`

Les constats

La diminution du nombre de médecins liée à l’âge a été objectivée. En se basant sur une participation aux gardes jusqu’à l’âge de 65 ans, on peut estimer que 36 % des médecins ne seront plus en activité dans 10 ans. Pour garantir une médecine équivalente à celle offerte aujourd’hui, il faudrait compter sur l’arrivée de près de 128 nouveaux médecins dans la région concernée, et cela uniquement pour couvrir le départ des médecins âgés. Si le problème des gardes n’est actuellement pas aussi aigu dans chaque région, l’étude démontre cependant qu’il touchera « in fine » l’ensemble des zones rurales. De plus, de nombreux experts en santé publique estiment que les besoins en médecins auront tendance à augmenter dans les années à venir, du fait du vieillissement de la population ainsi que de la croissance régulière du nombre d’habitants de notre pays. Il est donc important d’enrayer rapidement le phénomène pour garantir une médecine de proximité accessible à tous.

Les solutions à apporter doivent tenir compte des spécificités de notre région à savoir :

-   la superficie du territoire (1/5 du royaume est couvert par les 4 cercles) et les longues distances de déplacement pour les médecins

-   la densité de population inégalement répartie

-   l’offre hospitalière

-   les moyens de communication

-   la faible densité médicale, avec laquelle il faut composer afin d’éviter aux praticiens une récurrence inacceptable des gardes

Proposition de solutions

Afin de garantir, pour chaque citoyen du territoire concerné, l’accès à un médecin de garde, tout en atténuant la charge de la garde pour les médecins, il a été décidé de regrouper les généralistes de garde en Postes Médicaux de Garde (PMG). La détermination du nombre de PMG a fait l’objet de plusieurs propositions. Le nombre de 7 PMG sur l’ensemble du territoire a finalement été retenu. Il tient compte :

-   d’un service de proximité le plus optimal possible pour les patients

-   du nombre minimum de médecins généralistes nécessaire pour faire fonctionner un PMG

-   des moyens de communication entre les citoyens et le PMG

-   d’une position centralisée du PMG afin d’harmoniser les temps de parcours des patients vers le poste médical de garde. C’est ainsi que dans la configuration proposée, le temps de parcours moyen est de 14 minutes, avec un maximum de 30 minutes.

Les 4 cercles ont convenu de supprimer les frontières de leurs territoires respectifs afin répartir au mieux postes de garde et médecins.

Voici la carte des 7 Postes Médicaux de Garde (Libramont, Bastogne, Tintigny, Bièvre, Marche-en-Famenne, Arlon et Dinant

carte PMG L D.png

 

MArche.JPGNotre région est concernée par le Poste de Garde de Marche-en-Famenne (population : 73 635 habitants, superficie : 1100,18 Km² et 83 médecins). Les communes concernées sont : Marche-en-Famenne, Nassogne, Tellin, Somme-Leuze, Havelange, Durbuy, Hotton, Rendeux, Erezée, Rochefort (sauf les sections de Mont-Gauthier, Villers-sur-Lesse et Lavaux-Sainte-Anne qui dépendent du PMG de Dinant), La Roche-en-Ardenne (sauf la section de Ortho qui dépend du PMG de Libramont), Ciney  (sections de Pessoux et Haversin-Serinchamps), Hamois (sections de Achet, Mohiville et Scy) et Manhay (sections de Harre et Dochamps). Le poste de garde est situé au 6 de l'Avenue de France.

En voici la carte :

 

Le Poste de Garde de Dinant concerne 42 144 habitants, une superficie de 514,19 Km² et 63 médecins. Les communes concernées sont : Dinant, Hastière, Houyet, Yvoir, Onhaye (sauf la section de Falaën qui dépend du cercle CEGENO), Anhée (sauf les sections de Bioul, Denée et Sosoye qui dépendent du cercle CEGENO), Ciney (sauf les sections de Pessoux et Haversin-Serinchamps qui dépendent du PMG de Marche-en-Famenne), Hamois (sauf les sections de Achet, Mohiville et Scy qui dépendent du PMG de Marche-en-Famenne), Doische (les sections de Soulme et Gochenée), Rochefort (les sections de Mont-Gauthier, Villers-sur-Lesse et Lavaux-Sainte-Anne), Assesse et Profondeville (section de Lustin).

En voici la carte :

 

L’emplacement du futur Poste Médical de garde de Dinant sur le site du CHD de Dinant: à gauche, l’emplacement provisoire, en face du terrain de foot et à droite, l’emplacement définitif, une fois les travaux terminés.

 

 

Création d’une ASBL pour la coordination logistique d’un projet commun

Les 4 cercles concernés ont créé en juin 2011 une nouvelle ASBL dont l’objectif est de permettre de gérer conjointement la mise en place de ces nouveaux services. Cette ASBL est enregistrée sous le N° d’entreprise : 836 817 416. Cette ASBL unique permet de réaliser des économies au niveau du financement des PMG (coûts de fonctionnement réduits par des achats groupés et une gestion commune tant du matériel que du personnel). Elle permet également une utilisation optimale des ressources humaines. En effet, le personnel pourra être amené à travailler sur différents PMG, pour garantir leur fonctionnement permanent. Enfin, elle encourage une solidarité entre des zones géographiques autrefois indépendantes en permettant aux médecins des zones de haute densité médicale d’effectuer des gardes dans les PMG moins bien fournis en praticiens. Si cette nouvelle ASBL soutient le travail des cercles, la responsabilité de la gestion de la garde reste exclusivement aux mains de ces derniers.

Logo PMG LD.pngMode de fonctionnement d’un PMG

Plusieurs postes de garde sont actuellement en phase de test dans différents endroits du pays. Depuis janvier 2010, la région de Bastogne dispose d’un PMG qui peut être considéré comme une réussite totale. Les trente-trois médecins généralistes de Bastogne et de 7 communes avoisinantes ont centralisé les gardes du week-end dans une maison de garde. Ce dispositif donne entière satisfaction, tant à la population qu’aux autorités locales, aux partenaires médicaux et aux médecins généralistes eux-mêmes. Cette expérience réussie est notre référence pour la mise en place, l’organisation et la gestion des différents postes de garde de la province de Luxembourg et de l’arrondissement de Dinant.

Quand ?

Dans un premier temps, les PMG n’organiseront que les gardes de week-end et jours fériés. En semaine, chaque rôle de garde conservera son fonctionnement actuel.

Les PMG seront opérationnels à partir du 4 février 2012.

Ils seront ouverts : En week-end : du vendredi à 20h au lundi matin à 8h En jour férié : de la veille à 20h au lendemain matin à 8h

Fonctionnement au niveau des médecins

Le médecin effectuera des gardes de 12 heures au PMG. En fonction du nombre de patients potentiels, le PMG fonctionnera avec deux ou trois médecins en journée. Un médecin « mobile » effectuera les visites à domicile. Un véhicule sera mis à la disposition de ce dernier. La nuit, la permanence sera assurée par un seul médecin, qui prendra en charge les consultations au PMG ainsi que les visites à domicile. Un rôle de garde de « seconde ligne » et de « troisième ligne » est prévu pour chaque week-end afin de permettre le rappel de médecins supplémentaires en cas de nécessité.

Personnel

Pour aider les médecins dans leurs tâches, l’engagement de personnel est prévu dans chaque PMG. D’une part une secrétaire qui se chargera, entre autres, de la prise de rendez-vous, de la gestion des honoraires, de la coordination des déplacements à domicile. D’autre part un chauffeur qui assurera le fonctionnement du système de navette au service des patients ne disposant pas de véhicules, et qui pourra également accompagner le médecin dans les visites de nuit. C’est ainsi que L’ASBL devrait offrir l’opportunité de 35 à 40 nouveaux emplois.

Mobilité

Le projet s’inscrit sur un territoire géographique particulier, par ses dimensions, ses moyens de transport disponibles en week-end et en jours fériés, ses caractéristiques climatiques. Il est donc indispensable d’envisager le projet sous l’angle de la mobilité, pour garantir à chaque citoyen une égale accessibilité aux soins médicaux de première ligne. L’objectif est aussi de permettre aux médecins généralistes de se consacrer prioritairement à leur travail en centralisant les soins à un seul endroit, le PMG, limitant ainsi les pertes de temps en déplacements.

Deux véhicules seront disponibles dans chaque PMG :

-  Un véhicule-navette pour les patients sans moyen de locomotion, et pour lequel une participation symbolique sera demandée aux bénéficiaires.

- Un véhicule pour le médecin chargé d’effectuer les visites à domicile. Ces véhicules seront adaptés aux conditions climatiques particulières de nos régions, et seront équipés de GPS « géo-localisables » afin de coordonner au mieux leurs déplacements.

Changement de mentalité chez le patient

La mise en place et le bon fonctionnement des PMG nécessiteront une adaptation dans les habitudes des patients. En effet, afin de garantir l’efficacité et la qualité des soins, l’essentiel du travail des médecins s’effectuera au PMG. Les patients seront invités à se rendre au poste de garde, soit par leurs propres moyens, soit via la navette mise à leur disposition. Au vu de la taille des territoires couverts par chaque PMG, le médecin « mobile » n’aura la possibilité d’effectuer qu’un nombre restreint de visites à domicile, celles-ci étant réservées aux cas médicalement justifiés.

C’est ainsi que le week-end et les jours fériés, le poste médical de garde deviendra, pour le patient, le lieu de référence dans lequel il aura toujours l’assurance de trouver un médecin disponible pour répondre à sa demande de soins.

Projet parallèle : mise en place d’un numéro unique – le 1733

Afin d’améliorer encore l’efficacité de la gestion des déplacements du médecin « mobile » et de réserver ceux-ci aux cas médicalement justifiés, il est indispensable d’effectuer une sélection des priorités médicales sur base des appels des patients.

C’est dans cette optique que s’inscrit l’expérience-pilote de création d’un numéro d’appel unique pour la médecine générale dans la province de Luxembourg et l’arrondissement de Dinant. Les quatre cercles ont élaboré des protocoles de décision spécifiques à l’usage des préposés affectés à ce numéro unique. Ces protocoles ont un double objectif : effectuer un premier tri permettant de distinguer les appels relevant en fait de l’Aide Médicale Urgente et ensuite de réaliser un deuxième tri permettant de définir le caractère nécessaire du déplacement du médecin généraliste auprès de l’appelant. L’objectif de ce double tri est donc de limiter les déplacements du médecin généraliste sur des territoires aussi étendus, tout en assurant la réponse médicale la plus adaptée à la demande du malade, sans perte de temps, dans un souci constant d’amélioration des soins apportés à la population.

Ce numéro d’appel unique, traité conjointement par le préposé du numéro 100/112 dédié à l’Aide Médicale Urgente, permettra d’offrir une prise en charge complète et adéquate des problèmes de santé durant le week-end et les jours fériés.

Financement

Dans le cadre de l’accord médico-mutualiste, l’INAMI dispose d’un budget pour la mise en place de ce type de projet. Les coûts de fonctionnement et de personnel devraient être couverts dans leur entièreté par ce budget.

Le travail du médecin sera quant à lui rétribué uniquement par les honoraires perçus, qui seront dans un premier temps mutualisés et ensuite redistribués de manière équitable selon le temps consacré à la garde (indépendamment du nombre de patients rencontrés).

L’accueil des stagiaires et assistants au sein des PMG

Les PMG donneront, aux futurs jeunes médecins, une nouvelle image de la médecine générale en zone rurale, par leur organisation plus professionnelle, plus encadrée et, au final, moins contraignante des gardes du week-end. De plus, les PMG disposeront, dans la mesure du possible, de chambres supplémentaires pour accueillir les assistants-médecins dans nos régions. Nous espérons ainsi redynamiser l’offre médicale dans des régions délaissées par les jeunes praticiens.

Les commentaires sont fermés.