L’AWE a fêté ses 10 ans en présence de plus de 1.100 agriculteurs !

DSC_0002.JPGEn 2013 naissait l’AWE ou Agence Wallonne de l’Elevage, fusion d’une série de fédérations provinciales des syndicats d’élevage d’abord du Blanc Bleu, puis d’Holstein, des centres d’insémination de Linalux et de Haliba, … Son objectif a été clairement défini à sa naissance : offrir à tous les éleveurs de Wallonie un service global cohérent et performant à travers une seule structure d’éleveurs proche de sa base.

DSC_0004.JPGL’AWE est implantée sur 4 sites :

-       aux Champs Elysées à Ciney pour les services de recherche et de développement, l’informatique, la communication, l’enregistrement et le contrôle des performances viande et le centre de sélection bovine

-       à Ath qui accueille le second centre de sélection bovine

-       à Herve qui héberge les services technico-économique et l’enregistrement et le contrôle des performances pour les races laitières

-       au Tersoit à Ciney qui accueille la direction et l’administration générale ainsi que le département distribution, insémination artificielle et transfert d’embryons et les services commerciaux

DSC_0006.JPGAprès 10 ans de services, les responsables de l’AWE ont souhaité prendre le recul nécessaire pour évaluer leur mission et aussi profiter de l’occasion pour réunir lors d’une assemblée générale extraordinaire, les éleveurs, le personnel et l’ensemble des collaborateurs scientifiques, universitaires, de recherche. Plus de 1.100 personnes se sont retrouvées, en ce jour de l’arrivée du printemps dans les installations de Ciney Expo pour une soirée placée sous le signe de la décontraction. Entre les discours de la direction et de l’intervention du ministre Carlo Di Antonio, des petits films ont été diffusés où étaient interviewés des éleveurs, des scientifiques, … venant autant de Wallonie, de sa partie germanophone que de l’étranger. Chacun témoignait de l’importance de l’AWE pour son travail et le développement de son entreprise. Les petits films étaient entrecoupés de sketches improvisés par les Souffleurs au Gradin, très en verve (l’AWé César a été fortement applaudi !) qui ont détendu l’atmosphère. Après les discours, chacun a pu prolonger la soirée en dégustant des produits du terroir : viande Blanc Bleu, fromages de la Molignée, escargots de Warnant, le crochon de Falaën, …

DSC_0003.jpgDiscours de Philippe Van Eyck, président de l’AWE

Après plus de 2 ans de discussions, compromis et accords, le 1er avril 2013 a vu la naissance de notre association, de votre AWE. L’objectif de l’époque : offrir à tous les éleveurs de Wallonie un service global et performant à travers une association proche de sa base. Dix ans se sont écoulés et l’objectif a été atteint et reste toujours d’actualité.

Nous avions dit, un service performant. Alors qu’en 10 ans le nombre de détenteurs de bovins a fortement diminué, l’AWE a maintenu dans l’ensemble son volume d’activités. Cela témoigne de la qualité du travail que nous réalisons au quotidien dans vos fermes. La fluctuation des prix des matières premières et les crises successives du secteur ont illustré la fragilité de certaines exploitations et la nécessité pour nous agriculteurs de tirer le meilleur rendement possible de nos exploitations. Le secteur ne trouvera son salut que dans une professionnalisation en s’affirmant comme le partenaire fiable de vos exploitations et de leur rentabilité. Les services de l’AWE permettent à l’éleveur de tirer tout le potentiel de son élevage tout en minimisant les coûts de production.

Nous avions parlé d’une association proche de sa base. Quelle plus belle illustration de cette proximité que votre présence massive aujourd’hui. Nous sommes 1.100 tous réunis autour de notre association pour fêter ses 10 ans d’existence. Votre présence est une reconnaissance du projet d’élevage wallon porté par l’AWE. Elle a toujours été une association d’éleveurs gérés par des éleveurs. Plus que jamais nous avions la volonté d’être présents sur le terrain à vos côtés.

DSC_0013.JPGL’AWE ne pourrait être aussi efficace sans l’enthousiasme et la compétence de tous nos collaborateurs. Toutes nos enquêtes ont démontré à votre grande satisfaction quant au travail de nos agents de terrain. Mais ce travail de proximité ne serait possible sans le travail des départements dont l’activité est souvent moins visible mais néanmoins indispensable à la qualité et au professionnalisme des services proposés par nos agents. Du personnel administratif aux techniciens, des équipes commerciales aux vétérinaires inséminateurs, des ingénieurs et informaticiens aux bouviers, tous, le dis bien tous, sont animés par la même obsession : la recherche de l’excellence dans leur travail.

Toutefois, dans un monde agricole en perpétuelle évolution, rien n’est jamais acquis. L’AWE doit veiller à proposer des produits et services adaptés à ces évolutions. En regardant dans le rétroviseur, nous pouvons être fiers des avancées réalisées dans l’élevage wallon durant ces 10 ans d’existence de notre association, mais, il faut être honnête, tout n’est pas parfait ! Cependant, ce qui est certain, c’est que grâce à l’AWE la Wallonie s’est dotée d’un véritable projet d’élevage porteur pour votre région. Notre promesse pour les 10 années à venir : rester à vos côtés pour que l’élevage wallon s’offre un avenir. Et comme dit le proverbe chinois : toutes les fleurs de l’avenir sont dans les semences d’aujourd’hui.

DSC_0008.jpgDiscours de Christophe Boccart, directeur général de l’AWE

L’AWE, c’est 3 petites lettres, c’est 2 voyelles et une consonne, c’est tout d’abord le A d’associatif. Dans un contexte de mondialisation, une approche participative, une ouverture à tous, le respect et l’écoute des membres sont des valeurs singulièrement modernes et porteuses.

L’AWE, c’est un A comme Agriculture. Les bovins consomment des fourrages grossiers, valorisent les sous-produits des productions végétales pour, in fine, produire des protéines de hautes qualités. Les bovins exploitent des espaces peu propices à des productions plus exigeantes et assurent l’indispensable fertilisation des terres de culture. Le monde de l’élevage est un des moteurs essentiels de notre agriculture wallonne. Cette agriculture parfois oubliée du citoyen a une place importante dans l’économie wallonne. Génératrice d’emploi durable et non délocalisable, elle entretient également les paysages et contribue à l’attractivité de notre région dans sa dimension touristique.

DSC_0009.jpgL’AWE, c’est un A comme alimentation. Les enjeux planétaires en termes d’alimentation des populations et de respect de l’environnement sont immenses. Est-il responsable de se désinvestir de notre dépendance alimentaire à l’échelon européen voire wallon ! Poser la question, c’est bien sûr y répondre ! Au même titre que la disparition de chaque ferme est un appauvrissement collectif, la perte d’une base de données aussi complète que celle qui s’est constituée au sein de l’AWE serait hautement préjudiciable pour le futur et l’innovation dans notre région. Si la Wallonie est riche de produits de très grande qualité, de produits appréciés par les consommateurs, de produits du terroir, n’oublions pas que derrière ceux-ci se trouvent des éleveurs et que l’élevage a sa propre échelle de temps. Les productions de demain voire d’après-demain se conçoivent aujourd’hui. Le savoir-faire de nos éleveurs, la génétique de nos animaux si ils disparaissent seront difficilement remplaçables.

L’AWE, c’est un W comme Wallonie. Une région qui a fait le pari de rassembler en une seule entité la très grande majorité des structures actives alors dans le paysage bovin. Cette entité vient également en support d’autres structures liées à d’autres espèces. La volonté était il y a 10 ans de permettre l’amélioration de la qualité du cheptel wallon et par extension des productions, mais également d’assurer un encadrement technique et économique pointu des activités agricoles dans le domaine de l’élevage bovin. Un pari ambitieux, aujourd’hui réussi et envié par l’étranger. Ce socle identitaire solide constitue le meilleur garant du maintien du pouvoir de décision aux mains des éleveurs wallons, de la prise en compte de leurs spécificités et attentes loin des dictats de structures étrangères peu concernées par les réalités de l’agriculture wallonne.

DSC_0014.JPGL’AWE, c’est un W comme Wissenschaften. Exprimer l’importance de la science en allemand, c’est souligner l’ancrage de l’AWE en région germanophone où plus d’un tiers de nos activités laitières sont déployées. Deuxième sésame de notre existence, la science développée en collaboration avec des nombreuses structures wallonnes de recherche (trop nombreuses pour être citées) permet d’offrir une place remarquée au niveau internationale. Elles se nomment analyse spectrale du lait, modèle prédictif de contrôle laitier, sélection génomique, technologie de l’information, technologie de la congélation, …

L’AWE, c’est un W comme 2 V enlacés. Le V de la vulgarisation des avancées des projets universitaires et des centres de recherche au travers de commissions techniques, réunions d’éleveurs ou CETA, … Le V de vitrine : au travers des écoles de jeunes éleveurs, de participations à des concours ou shows (dont le dernier en date est la confrontation Holstein européenne à Fribourg) mais aussi de l’accueil de plusieurs milliers de visiteurs, l’AWE trouve l’occasion de valoriser le travail réalisé par nos membres mais aussi de rapprocher l’élevage du grand public.

DSC_0010.jpgDiscours de Carlo Di Antonio, ministre régional de l’agriculture

L’AWE est un outil pour donner plus de durabilité à notre élevage. Son défi de demain est de mettre à la disposition des éleveurs les outils pour que le marché de la viande en Wallonie puisse contribuer au futur de la planète. J’ai écouté vos attentes dans le cadre du futur code wallon de l’agriculture et de l’horticulture. 3.000 rencontres ont pu se faire ! Comment relever les défis alimentaires, énergétiques, sociaux de nos espaces ruraux ? Quelles sont les priorités à dégager ? Une nouvelle convention cadre doit se faire entre la Région et l’AWE pour que vous puissiez continuer à soutenir l’élevage wallon. Les thèmes récurrents qui ont été abordés lors de mes rencontres sont les suivants : autonomie politique, autonomie énergétique des exploitations, diminutions des intrants, réconciliation entre producteurs et consommateurs. Le travail de l’AWE doit être mis expliqué à la population. L’agriculteur doit être à la base de la politique agricole. Il est plus que nécessaire de valoriser vos productions. Nous devons transformer en Wallonie ! Il est essentiel de donner de la valeur ajoutée à vos productions ! Une attention particulière sera placée aux races mixtes. Durant 2 jours, l’Europe a planché sur la PAC dans le cadre de l’horizon 2014-2020. Si 12 % de moyens sont perdus, les aides couplées sont conservées, une surprime existera sur les premiers hectares pour aider les plus petites exploitations et les zones défavorisées seront soutenues. L’agriculture, si elle est un métier difficile, c’est un métier passionnant !

Les commentaires sont fermés.