Plus d’un millier d’anciens de Saint Jo pour fêter le 175e anniversaire de leur école

DSC_0136.jpgSi, pour la partie officielle, le public présent était plutôt composé d’anciens professeurs de l’école (mais les anciens élèves comme un ancien député président, Willy Borsus, une ancienne ministre, Catherine Fonck, des anciens devenus bourgmestres, député, … n’avaient pas manqué le rendez-vous) et d’anciens élèves qui sont arrivés, au fur et à mesure, en fonction des timings familiaux, pour la fête proprement dite, ils sont venus par centaines rejoindre le site de l’école.

DSC_0127.jpg

DSC_0118.jpgLes conditions climatiques particulièrement favorables (pas de pluie, tout avait été prévu pour s’abriter !) ont provoqué pas mal d’embouteillages entre les deux grands chapiteaux et l’espace entre Europe, Darwin et Archimède où se trouvaient des food-trucks et bars de spécialités. Petite expo photos, espaces conversations, animations musicales, témoignages d’anciens et surtout retrouvailles entre anciens des mêmes promotions étaient au programme d’une longue, très longue soirée où il ne fallait pas oublier de mettre sa petite laine pour éviter tout problème au lendemain de l’événement !

DSC_0134.jpg

Si, pour les discours officiels, j’ai épinglé quelques phrases de chacun des orateurs, par contre, pour les témoignages des parcours de Franz Delieux et de Thibault Hastir à Saint-Jo, j’ai préféré tout écrire.

DSC_0125.jpgFrance Goossens, inspectrice principale des écoles lasalliennes, a rappelé l’histoire de St Jean-Baptiste de la Salle à Reims où il créée une communauté éducative et évangélique : « les maîtres deviendront très vite des Frères des écoles chrétiennes. 3 siècles plus tard, le projet éducatif lasallien est toujours présent même si le contexte actuel est très différent. Aujourd’hui, nous pouvons toujours puiser des idées de St Jean-Baptiste pour notre enseignement. Nous ne devons pas seulement former des futurs étudiants bons et instruits mais faire du jeune un citoyen éduqué ! Nous avons obligation de toucher les cœurs ! »

DSC_0129.jpgPour Daniel Latour, président du P.O., « notre école n’a cessé de croître. De nouvelles constructions sont apparues au détriment des espaces verts. Il a fallu abattre des arbres ! Prochainement, sur le nouveau parking, des hêtres verront le jour, pour démontrer notre désir de préserver notre beau cadre. Actuellement, notre enseignement secondaire compte 1.735 élèves. »

Le pacte d’excellence, le tronc commun et toute la pédagogie développée à l’école ont également été développées par les directions des humanités techniques et générales avant que la plaque anniversaire ne soit dévoilée.

DSC_0143.jpg

Deux témoignages croisés des promotions 1958 (Franz Delieux) et 2006 (Thibault Hastir)

DSC_0132.jpgFranz : En 1946, je suis rentré en 1èreprimaire à l’Institut Saint Joseph, chez les Frères, comme on disait alors. C’était dans le bâtiment aujourd’hui disparu de la rue Courtejoie. Les soutanes et les rabats blancs des religieux côtoyaient les costumes cravates des maîtres laïcs. Nos récréations se déroulaient dans la cour et dans la plaine où se trouve actuellement le bâtiment Darwin. J’ai commencé l’école primaire chez Frère Marcel et je l’ai terminée chez le Frère Modeste. Les Frères en prenant l’habit religieux recevaient un nouveau nom commençant par M en Belgique-Sud.

 

DSC_0133.jpgThibault : Je suis, pour ma part, entré à Saint Jo accompagné de ma maman, institutrice maternelle, 45 ans plus tard, dans le courant de l’année 1991. Le bâtiment dans lequel j’ai effectué mes premiers pas à Saint-Jo était également situé rue Courtejoie mais quelques centaines de mètres plus haut qu’à l’époque de Franz. J’ai effectué ma rentrée en primaire en 1994, année du 150e. Les Frères y ayant cédé leur place à une sympathique équipe d’enseignants. Je garde notamment de très beaux souvenirs de mes passages successifs auprès du regretté Pierre Donnay, d’Annie Henry, Jannick Focant, sans oublier Jean-Pierre Mazy, notre emblématique professeur d’éducation physique de l’époque (lui-même ancien élève de l’école). Notre voyage à bord d’un train couchette en direction de la Suisse, nos verts séjours à Wellin et Chevetogne ou encore nos innombrables parties de football sur la cour de récréation restent à tout jamais gravés dans ma mémoire. Et je donnerai très cher pour faire un bond dans le passé et revivre une journée type à Saint-Jo, accompagné de tous mes camarades et profs de l’école.

DSC_0165.jpg

Franz : En 1952, je suis entré en humanités modernes, l’année même où sortait la première promotion : ils étaient 8 ! En 6emoderne, chez le Frère Marie-Théophile, nous étions 41 dans la même classe. L’année suivante, nous sommes entrés dans ce bâtiment, appelé bloc des modernes, le premier de tous les bâtiments du site actuel. Au terme des 6 années secondaires, nous étions 7 pour terminer notre parcours chez le Frère Ménandre-Luc mieux connu sous le nom de Choumaque. Sa mort, en 1988, marquera la fin des Frères à l’école. En cette année 1958, l’Institut comptait 10 classes primaires et 8 en modernes.

DSC_0158.jpg

Thibault : Après 6 merveilleuses années passées dans le primaire, c’est en 2000 que j’effectue mon entrée dans la grande école accompagné de mes camarades de primaire et rejoint par de très nombreux jeunes des villages voisins. Le 1erseptembre 2000, nous n’étions plus 41 en attente de l’appel de nos noms et prénoms afin d’intégrer une classe du bâtiment Archimède mais bien 243 ! Ce que je retiens avant toute autre chose de mes 15 années passées sur les bancs de Saint-Jo, c’est cet esprit de camaraderie, ces innombrables rencontres, ces amitiés nées sur ce site magnifique qui perdurent encore aujourd’hui. Quand on y repense, quel bonheur de se lever chaque matin et de retrouver les copains chaque jour de la semaine tout au long de l’année. Qu’est ce qu’on a pu se marrer !

DSC_0265.jpg

Franz : Après ma formation pédagogique à Malonne, encore chez les Frères, je suis venu enseigner à Saint-Joseph pendant 40 ans. J’ai connu les festivités du 100een 1951 (retardé par la guerre), du 120e, du 125eet bien sûr, du 150een 1994 et du 175eaujourd’hui. Pour celle du bicentenaire, je passe le relais à mon jeune voisin !

DSC_0227.jpg

Thibault : Sorti en 2006, non plus à 7, mais bien à 141 et après un passage, comme mon voisin, par Malonne, j’effectue mon retour à Saint-Jo en 2012, après y avoir déposé mon seul et unique CV. Saint-Jo, c’était un choix évident, tellement nostalgique de mon passage, je ne pouvais bosser qu’à Saint-Jo ! En 6 années, bien des choses avaient changé. Le bâtiment Icare, ci-dessous, était sorti de terre. M.Leveau, professeur de sciences tout au long de ma scolarité, avait remplacé M. Volvert à la tête de l’enseignement général et bien des professeurs marquants étaient partis vers de nouveaux horizons. La liste est longue, Gérard Trompette, Bernard Georges, Paulette Laffut, Jean-Marc Colinet ou encore Jacques Maljean pour ne citer qu’eux. Je n’ai malheureusement pas connu les festivités antérieures, mais, c’est avec grand plaisir que j’accepte le relais qui m’est cédé par Franz, lui aussi un pur produit Saint-Jo pour les 25 années prochaines, au moins, ….

DSC_0198.jpg

Franz : Depuis le 29 septembre 1844, 243 disciples de Saint Jean-Baptiste de la Salle sont passés par Saint-Joseph qui s’est remarquablement développée. A l’école primaire des débuts vient s’ajouter l’école moyenne en octobre 1882, une école industrielle du soir en 1901, le début en 1949 du dernier cycle des humanités modernes, de l’école technique en 1959 et de la section latine, en 1962 de l’école normale, en 1964 de l’internat. En 1971, l’enseignement dévient rénové et ouvre une large panoplie d’options. Les Frères, tout au long de ces années, ont transmis leur foi et leur savoir à des générations de jeunes de la région cinacienne. Présents à l’école jusqu’en 1988, ils furent d’abord épaulés puis remplacés au fil des années par des enseignants laïcs qui perpétuent aujourd’hui en 2019 le projet éducatif lasallien.

Toutes les photos de la matinée et de la fête (192 en tout !) sont à voir sur https://ciney.blogs.sudinfo.be/album/175-ans-st-jo/

Les commentaires sont fermés.