Une cérémonie du 11 novembre à Hamois battue par les vents mais pas boudée par le public

DSC_0167.jpgComme à chaque célébration de l’Armistice dans la commune de Hamois, un public particulièrement nombreux avait rejoint l’église de Hamois pour l’office religieux en l’honneur des victimes des deux guerres ou directement le monument aux morts (un certain nombre sont arrivés en retard car, cette année, la partie protocolaire, prévue à 11h30 a démarré près d’un quart d’heure avant !). Comme à chaque fois, les enfants étaient particulièrement nombreux : ils avaient à cœur de chanter la Brabançonne avant le vin d’honneur offert par la commune à la Maison des Jeunes.

Jacques de Cartier, au nom de la Maison de la Mémoire, a souhaité la bienvenue à tout le monde lors de la cérémonie de commémoration de l'armistice du 11 novembre 18 : « Nous rendons aujourd'hui hommage aux victimes civiles et militaires de la Première guerre mondiale, mais aussi à celles de la 2e ainsi qu'aux victimes d'autres conflits. Nous avons une pensée spéciale pour tous les Belges tombés au service de la Paix depuis 1945. Pas moins de 252 militaires belges ont donné leur vie pour cette noble cause... »

DSC_0168.jpgVoici, en intégralité, le texte prononcé par Valérie Caverenne, bourgmestre

« L’an dernier, la cérémonie du 11 novembre, clôturait les activités patriotiques organisées, dans notre entité, pour commémorer le centenaire du premier conflit mondial. C’était également un moment particulier car notre regretté bourgmestre, Luc Jadot, proclamait son ultime discours au sein de sa commune qu’il chérissait tant. En cette année 2019, c’est le 75ème anniversaire des combats perpétrés à la fin de la guerre 1940 – 1945 qui a retenu toute notre attention. Que ce soit en Normandie, pour commémorer le débarquement du 6 juin 1944 ou encore dans notre pays, pour se rappeler que les Alliés se sont mobilisés fin de l’année 1944 pour s’opposer aux troupes ennemies durant la Bataille de l’Escaut (2/10 au 8/11) et la Bataille des Ardennes (16/12 au 18/01).

DSC_0164.jpgNotre commune, n’ayant pas été épargnée par le deuxième conflit mondial, nous avons participé, à l’occasion de cet anniversaire, à une célébration particulière pour les 75 ans du massacre de Maibelle opéré la nuit du 19 au 20 juin 1944 à la ferme de Sur les Sarts. De même, à l’Institut de Schaltin, la rafle d’enfants juifs et d’adultes réfractaires au travail obligatoire le deux août 1944 a été commémorée le mois passé par le biais d’une reconstitution.

Dimanche dernier, entourés des élèves de nos écoles, nous nous sommes rassemblés autour des monuments de nos 7 villages lors du Relais sacré. Tout comme aujourd’hui, 11 novembre, jour de commémoration de l’armistice, nous avons rendu hommage aux victimes civiles et militaires des guerres ayant affecté notre pays au siècle passé.

Au travers de ces différents évènements, nous affirmons notre volonté de ne pas laisser tomber dans l’oubli ces faits marquants de l’histoire de notre pays, de nos villages et de ses habitants. C’est aussi un moyen de se souvenir de ceux et de celles qui ont sacrifié leur vie pour notre liberté.

Votre participation nombreuse, nous encourage à perpétuer ce devoir de mémoire dans une démarche de transmission de notre histoire pour éviter qu’elle ne se répète. Dans ce cadre, je tiens à saluer d’implication essentielle des enseignants et des membres de la Maison de la Mémoire dans leur travail didactique que nous souhaitons accessible à toutes et à tous.

Même si nous pouvons nous réjouir que la Belgique a fait un pas significatif en désignant pour la première fois une femme au poste de Premier Ministre, il ne faut pas occulter la difficulté rencontrée par nos dirigeants pour former un gouvernement fédéral au risque de rendre effectif un repli communautaire et régional souhaité par d’aucun.

Rappelons-nous qu’il y a 30 ans, la chute du mur de Berlin était signe de la réconciliation de deux mondes. En ce jour, formulons le vœu que ces 30 bougies permettront d’éclairer tous ceux et toutes celles qui veulent construire des murs à tous niveaux : Entre pays, entre régions, entre communautés ou entre personnes de religion, d’origine, de couleur ou de genre différents.

Que cette cérémonie, au-delà de sa tradition protocolaire puisse également nous sensibiliser à l’importance de la défense de nos valeurs démocratiques de respect, de liberté, de solidarité et de tolérance.

Au nom du Collège et du Conseil communal, je tiens à remercier tous ceux qui ont participé à la préparation de cette commémoration et vous tous ici présents.

Je terminerai par des mots empruntés au Maréchal de France et membre de l’Académie française, Ferdinand Foch: "Parce qu’un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir…"
DSC_0170.jpgAprès l’appel aux morts, Alain Piette et Jacques de Cartier ont rappelé que certains sont morts pour que nous soyons libres : Tous leurs noms ne sont pas gravés sur nos monuments et il n'y a , parfois, pas de monument pour les commémorer, mais nous, nous avons le devoir de ne pas les oublier, car il n'y a rien de pire que l'oubli...l'oubli , ce second linceul des morts.

A Achet : J... Bailly, Soldat Auguste Cellier et D......Charlier

A Emptinne : Jean Blaise, Joseph Dave, Jules Dave, Louis Dave, Auguste Delfosse, Capitaine-commandant de gendarmerie Victor Demeure, Joséphine Famerée,

Louis Georges, Camille Libion, Flore Ligot, Victor Maréchal, civil déporté, Joseph Michaux, Soldat Luc Mercier, Soldat René Pahaut, Louis Surlectiaux, Soldat Alfred Trompette et Maurice Willem

A Hamois : Gilbert Baurin, Soldat Anatole Beauraing, Premier sergent Jules Demblon, Soldat Octave Dellieu, Premier sergent-major René Elisabeth, Ignace Famerée, Adelin Godart, Georges Hayot, civil déporté, Gustave Lambert, Frumence Legrand, civil déporté, Robert Marchal, Louis Massinon, Albert Richel, Léon Struvay et Camille Thys

A Mohiville : Alexandre Adelaire, Constant Bovy, fusillé par les Allemands, Marceline Petit-Rouelle, fusillée par les Allemands, Canonnier de 2è classe Victor Thioux et Alexis Thirifays, fusillé par les Allemands

A Natoye : Soldat Anatole Breulet, Soldat Calixte Dave, Soldat Joseph Delongueil, Arthur Eloy, civil, martyrisé par les Allemands, Soldat Jules Fastrez, Joseph Lambert, fusillé par les Allemands, François Robin, civil déporté, Soldat Georges Spoiden et René Toussaint, civil déporté

 A Schaltin : Joseph Donnay, civil déporté, Felix Delongueil, Nestor Fiasse, civil déporté, Luc Mercier, François Michaux, civil déporté, Octave Thiry  et Alfred Trompette

A  Scy, la pierre est muette, mais nous nous souvenons de ceux  qui se sont battus et sont morts pour que nous puissions vivre libres aujourd'hui : Adelin Blaimont, Nestor Monjoie et Zénobe Fluzin

DSC_0173.jpg

DSC_0162.jpgPour le traditionnel dépôt de gerbe, la bourgmestre était accompagnée par le lieutenant général e.r. Jean Marie Jockin, aide de Camp honoraire du Roi et du colonel breveté d'état-major e.r. Rolland Deffrasne, au nom de l'amicale des anciens combattants et des descendants des anciens combattants. Il s’en est suivi l’exécution de la Brabançonne par des musiciens de la fanfare de Hamois, les nombreux enfants présents, qui en connaissaient les paroles, ne purent les dire au début, surpris du rythme de la musique qu’ils ne pouvaient suivre.

Pour voir les 45 photos que j’ai prises lundi autour du monument aux morts et à la Maison des Jeunes, il suffit de cliquer sur https://ciney.blogs.sudinfo.be/album/11-nov-19-hamois/

Les commentaires sont fermés.