Conférence le 25 septembre au théâtre communal sur les prisonniers de la guerre de 40-45, les oubliés !

Dans le cadre de l’exposition « La guerre 40 -45 dans l’entit é de Ciney »

Le 28 mai 1940, après 18 jours de guerre, la Belgique capitule devant les troupes de l’Allemagne nazie. Au cours de ces combats, on estime que 12.100 militaires perdirent la vie.

225.000 soldats, sous-officiers et officiers furent déportés comme prisonniers de guerre dans de très nombreux camps en Allemagne. 64.000 d’entre eux resteront captifs durant cinq ans, 62.000 wallons et 2.000 flamands. A la fin de la guerre ils furent oubliés. Les héros étaient les vainqueurs, les alliés, les résistants, ceux qui avaient gagné la guerre et battu les troupes d’Hitler.

Les soldats prisonniers l’avaient perdue. A leur retour, même accueillis avec émotion dans leur famille, ils sont restés discrets, « …la plupart de ceux qui sont passés par ces camps se taisent, les uns dans l’amertume de leurs déceptions, les autres par modestie ou par respect pour la mémoire de ceux qui n’en sont pas revenus » (L.G. Dantine, aumônier militaire et prédicateur à la B.B.C.).

« Après cinq ans nous n’étions pas habitués à ce que l’on nous témoigne de la sympathie » (Joseph Pirlot, prisonnier de guerre Cinacien).

Pourquoi ces dizaines de milliers de jeunes gens, entrainés dans un conflit qui les dépassait, ont-ils perdu cinq années de leur jeunesse ? Armand Spineux, professeur à l'UCL, abordera cette question. Il est le fils d’un ancien prisonnier de guerre, né en 1905, mort en 1990. Avec son frère et sa sœur, ils ont mis leurs pas dans ceux de leur père au cours de sa captivité en Allemagne, allant jusqu’en Poméranie, presqu’à la frontière russe. Ils ont voulu comprendre comment les prisonniers ont vécu ces années de captivité, emplies de souffrances et de doutes. Et pourquoi de retour au pays, ils ont été « oubliés ». Ce devoir de mémoire est important, comme il est important de rappeler, à nous tous qui avons la chance de vivre en paix depuis 75 ans, les faits et les conditions qui ont préparé ce deuxième conflit mondial. « Parce que ce qui est arrivé peut recommencer, les consciences peuvent à nouveau être déviées et obscurcies : les nôtres aussi » (Primo Levi).

En pratique

La conférence se déroule le vendredi 25 septembre à 15h au théâtre communal de Ciney

Inscription obligatoire au 083 21 65 65 ou culture@ciney.beEntrée : 4€

Toutes les règles de distanciation seront respectées !

Les commentaires sont fermés.