Construction d’un parc éolien de 5 machines à Biron : avis défavorable du Collège cinacien

Lors de sa réunion de ce lundi 7 décembre, le Collège des Bourgmestre et Echevins a rendu un avis défavorable relatif à la demande de permis unique introduite par la SA Electrabel. Pour rappel, l’enquête publique a été réalisée du 22 octobre au 23 novembre 2020.

Il en résulte 73 réclamations et une pétition de 331 signataires.

Voici les  divers motifs sur lesquels le Collège des Bourgmestre et Echevins fonde son avis défavorable :

  • L’avis défavorable rendu le 20 octobre 2020 par la CCATM et ce, à une très large majorité ;
  • La grande pression subie actuellement par la Commune de Ciney en matière d’éolien aussi bien sur son territoire que le proche territoire des Communes avoisinantes ;
  • La DPR prévoit l’adaptation de la PAX Eolienca pour un déploiement concerté des éoliennes sur terre à l’échelle régionale.  A ce jour, ce contrat n’est pas rempli.  A cela s’ajoute l’avis rendu d’initiative de CESE Wallonie qui réclame l’adoption d’un outil de planification spatiale ;
  • La Commune dispose déjà sur son territoire de 2 sites construits (8 + 6 éoliennes) et d’un site partiellement autorisé (3) en voie de complétude (2) et d’une éolienne isolée (Domaine de Chevetogne) ;
  • Attendu dès lors que les paysages de la Ville sont déjà à saturation et que si cette colonisation continue, la vocation touristique de la Commune est irrémédiablement compromise ;
  • Le projet s’implante de manière perpendiculaire par rapport au site existant pour s’allier à l’axe routier, ce qui accroît des nuisances paysagères, un phénomène de saturation et une confusion de l’appréhension du paysage.  Au surplus, l’antenne n° 1 n’est pas mise dans le même axe et ce, pour respecter les critères de distance à l’habitat et aux zones boisées ;
  • Le projet sera visible depuis la majorité des villages et villes avoisinantes, soit Ciney, Biron, Pessoux, Mohiville, Achet, Hamois, Emptinal, Braibant, Achêne, Corbion, Ychippe et plus spécialement encore la sortie du village de Sovet d’où l’on bénéficie de la vue la plus exceptionnelle sur l’ensemble de la Ville de Ciney et de sa Collégiale. L’impact paysager serait fort depuis les endroits précités et notamment l’anéantissement de cette vue superbe sur la Collégiale de Ciney au départ de la sortie de Sovet.  Le rapport de force est dramatique, le clocher emblématique de Ciney complètement écrasé, l’éolienne n° 1 s’inscrivant exactement dans l’alignement de la Collégiale ;
  • Le projet prend place dans un contexte paysager sensible avec la présence de nombreux PIP, point de vue remarquable ;
  • L’avis du BEP, communiqué dans le cadre de l’enquête publique, est négatif, particulièrement pour l’éolienne n° 5 qui engendre trop de contraintes pour le développement de futurs parcs.  Le Collège tient à souligner à cet égard le combat mené depuis 20 ans pour obtenir l’extension du zoning de Biron d’une capacité de 50 hectares et d’importances d’investissements qui vont y être réalisés dans les années 2021 et 2022 ;
  • L’éolienne n° 4 aura une incidence très dommageable sur le centre équestre implanté à proximité ;
  • Le site choisi ne permet aucune extension du parc, ce qui va à l’encontre de la politique de regroupement des parcs préconisée par la Région Wallonne et augmente le mitage de nos paysages.  Le Collège considère particulièrement que contrairement à ce qu’invoque le demandeur, le parc de Pessoux ne constitue pas un regroupement mais une juxtaposition de projet discordant ;
  • Pour ce parc en particulier, le Collège peut conclure que :
    • l’éolienne n° 1 doit être supprimée car désaxée et trop présente dans le paysage ;
    • l’éolienne n° 4 est incompatible avec l’exploitation des écuries de Senseau et de la future habitation pour laquelle le Collège a déjà remis un avis favorable ;
    • l’éolienne n° 5 doit être supprimée car trop proche du futur zoning et entraînant de trop nombreuses contraintes pour le développement de celui-ci ;
    • pour les 5 mâts, la nécessité de bridage prouve la même adéquation de leur positionnement.

      DSC_0119 copie.jpg


      Dans ce contexte, dès lors que le cadre de référence priorise les parcs minimum 5 mâts et qu’en l’occurrence trois d’entre eux sont compromis, la suppression d’un seul d’entre eux implique que le projet ne rentre plus dans les critères.
  • Enfin, dès lors que malgré les nombreuses oppositions formulées dans le cadre de l’enquête publique et l’avis défavorable du Collège, le permis serait néanmoins octroyé, la Commune de Ciney souhaite que soit imposé au demandeur des charges d’urbanisme (à négocier avec l’autorité compétente pour octroyer le permis) d’un montant équivalent à 3 % du total de l’investissement.

 

Les commentaires sont fermés.