Ciney - Page 2

  • Le Centre Culturel de Ciney collabore au projet de la cantine famennoise

    Le Centre Culturel de Ciney a décidé de participer à la Cantine Famennoise en proposant un lieu de dépôt d’aliments ne nécessitant pas de conservation au frigo. Une caisse vous attend dorénavant au bâtiment administratif mais également à l’accueil du théâtre lors des diverses activités du Centre Culturel.

    Tout savoir sur la Cantine Famennoise de Rochefort

    La Cantine famennoise est née de la rencontre spontanée de citoyens soucieux du sort de migrants sur le territoire de la commune de Rochefort. Préoccupés par les conditions précaires voire indignes de ces hommes et ces femmes en quête de liberté et d’une vie meilleure, des citoyens se sont organisés pour apporter l’aide essentielle aux besoins de ces personnes en transit : nourriture, vêtements mais aussi réconfort et information sur leurs droits d’asile. Ainsi est née la Cantine famennoise. La Cantine rassemble des citoyens d’horizons différents des entités de la commune de Rochefort et d’ailleurs dont le trait d’union est le respect des droits humains.

    L’essentiel de ses activités se concentrent autour de l’aide humanitaire qui consiste d’abord à offrir un repas à ceux qui nous appelons désormais nos amis. Des dons de nourriture mais aussi des produits d’hygiène et des vêtements sont collectés à leur intention.

    Certains des membres de la Cantine offrent le gîte et le couvert pendant le week-end voire en semaine selon leurs disponibilités. Au fil du temps, des liens se créent et l’émotion est palpable quand leurs amis atteignent le pays de leur rêve.

    Au-delà de l’aide humanitaire, la Cantine tente aussi de sensibiliser les autorités et les citoyens à la problématique de la migration de même qu’elle apporte les informations utiles à nos amis dans leur démarche de demande d’asile. Chacun reste libre d’agir selon ses limites.

    Plus de renseignements sur ?CantineF

  • Tout savoir sur la Give Box installée au Centre Culturel de Ciney

    BEP Environnement et votre commune vous invitent à donner une seconde vie aux objets dont vous ne vous servez plus

    Lire la suite

  • Le domaine provincial de Chevetogne toujours à la recherche de bénévoles pour le Relais pour la Vie d'août

    En 2020 (août), le Domaine Provincial de Chevetogne  accueillerons le 1er relais pour la vie à Chevetogne. Il s'agira également du premier Relais pour la Vie organisé hors zone urbaine. 
    C'est un challenge que l'équipe du Domaine souhaite relever, afin de participer, aussi, à la lutte contre le cancer.
     
    Mais cette organisation requiert un comité de bénévoles, afin de tout mettre en place : finances, équipes de coureurs, réalisation technique, ...
     
    L'équipe du Domaine vient de  lancer un deuxième appel pour une séance d'information sur les rôles du Comité, et l’implication que cela requiert. Mais la diffusion est limitée à Facebook actuellement via https://www.facebook.com/events/1803262233314659/
     
    Ne pas oublier, que sans un bon Comité, le Relais pour la Vie n'aura pas lieu en 2020 au Domaine provincial !
     
     

     

  • Théâtre wallon avec la troupe de Faulx-les Tombes et Amours, tchappias èt organisse le 22 janvier

    Le premier rendez-vous dialectal du Centre Culturel de Ciney se déroulera le mercredi 22 janvier à 14h, au théâtre communal.

    L’Union Royale Culturelle de Faulx-les-Tombes y jouera la comédie « Amours, tchappias èt organisse ».   Il s’agit d’une comédie en trois actes d’après « Amours point orgues » de Marcel KERVAN, adaptée en wallon par Paul FONTINOY Jr et dans une mise en scène collégiale.

    Résumé de la comédie :

    Comme un bon vaudeville, l’histoire d’un mari infidèle, directeur autoritaire, qui pour se sortir d’affaire vis à vis de sa femme et de sa maîtresse, a besoin de l’aide de son employé.

    Un employé, qui pour rendre service à son patron va se retrouver dans une situation rocambolesque. Un organiste très envahissant amoureux de Sandra, jeune chanteuse, ayant du caractère. Et en face Christèle, femme active, confiante en son mari et Florîye Pauque, la fiancée d’Antwinne, amoureuse qui prépare son mariage.

    Distribution:

    Michel DAUSSY : Zavier

    Bernard JADOT : Antwinne

    Pierre-Yves HENNECART :Ledoux

    Valérie FONTINOY : Sandra

    Marie LIBOIS : Christèle

    Marie-Christine GUILLAUME : Florïye Pauque                                

    Renseignements pratiques :

    Centre Culturel de Ciney, place Roi Baudouin 1 à Ciney, 083 21 65 65, culture@ciney.be

    Entrée : 7€ / Prévente : 6€

  • Traditionnelle présentation des vœux au personnel communal à Ciney

    Premier discours de la nouvelle directrice générale du CPAS

    Lire la suite

  • Expo Parures de Corps du 11 janvier au 2 février au Centre Culturel de Ciney

    Une parure est souvent définie comme « ce qui orne, embellit le corps ; un ensemble de bijoux assortis destinés à être portés en même temps ; ou encore divers éléments qui complètent une toilette tout en l’agrémentant ».

    Parures de tête ou de torse, ornements de mains, de bras ou de pieds, accessoires divers, parure à même le corps. Le champ est vaste et varié, et dépasse largement le secteur de la bijouterie !

    Le Centre Culturel de Ciney a lancé le défi en début de saison à des artistes et élèves issus d’académies, de décliner la parure du corps, au sens large du terme, en privilégiant des créations contemporaines et l’alliage de savoir-faire et d’imagination. Toutes les techniques/matières étaient bienvenues : parures en métal, papier, plexi, céramique, plastique, matériau pauvre, récup, ou encore photos, vidéo ou tout autre support présentant des parures.

    Finalement, ils sont 24 artistes et un collectif  à vous proposer leur interprétation personnelle.

    Une diversité de créations contemporaines : bijoux, accessoires, certes, mais aussi beaucoup d’autres déclinaisons vous surprendront en salle d’exposition, car le maître-mot était de s’imposer de façon inédite, très libre et ludique, d’où l’originalité des propositions !

     

    Des bijoux ... mais pas que : plusieurs artistes vous présentent des bijoux, de petite ou grande taille, du discret à l’audacieux, de l’élégant au plus créatif.

    • Nadine Braeckeleer propose des pièces déclinées sur le thème de la dualité : elles peuvent être portées de façons différentes (en bague ou en collier ; dans un sens ou dans un autre…).
    • Dominique Thomas exploite l’interaction entre le corps et le bijou, entrave éventuelle du mouvement : bijou d’épaule, bagues pour deux doigts... tout en légèreté et transparence.
    • Brigitte Raoult transpose dans ses bijoux délicatement dessinés un moment de grâce qu’elle a vécu en forêt.
    • Mirella Mazzariol, avec son collier monumental en maillechort, reliant la tête au ventre, symbolise à merveille le poids de nos problèmes…
    • Nicole Collard mêle quant à elle matériaux nobles et fantaisie dans ses colliers, ici l’argent, le titane et le plexi.

     

    et une diversité de matières :une autre approche originale de la parure (bijoux ou accessoires) est d’exploiter des matériaux totalement inhabituels. C’est le parti qu’ont pris plusieurs artistes de l’exposition.

    • Isabelle Linotte revisite les accessoires de parure en chambre à air ciselée et brodée à la main : tour de cou, petits chaussons aérés et aériens, coiffe médiévale à cornes...
    • « Tout ce qui brille n’est pas or », c’est l’idée défendue par Isabelle Azaïs, qui n’hésite pas à allier dans son collier la couverture de survie et la feuille d'or laminée.
    • Lydia Piccinini s’est basée sur un matériau brut et naturel, la ficelle de lin pour faire naître du point jersey divers accessoires en volume… et nous faire la démonstration qu’on peut créer avec très peu.
    • Toujours dans l’insertion de matériaux du quotidien, le beau travail de la céramiste-plasticienne Bettina Philippo et sa série de colliers et accessoires originaux et chargés de sens.
    • Et oui, il est aussi possible de faire un ras-de-cou avec un emballage de papier boucherie ! C’est le challenge qu’a relevé Cécile Ahn, cette spécialiste du détournement des papiers.
    • Autre approche de la récup d’objets, riche en symbolique, ce collier poétique d’Evelyne Balle, fait de plumes à écrire, pour parer l’autre de mots tendres qu’elle ne sait lui dire.

    ParuresIreneDegroot.jpg

    Parures de tête et de corps : les parures de tête, d’épaules, de bras ou de torse sont aussi à l’honneur dans cette exposition :

    • Irène de Groot et sa série de portraits photographiques « l’Homme aux parures de têtes » dont les pièces en galalithe, au-delà de toute référence ethnoculturelle, sont de véritables objets d’art.
    • Le bijoutier-dinandier Pascal Jacques et ses parures métalliques formées pour épouser parfaitement le corps. Se côtoient une collection d’armures-parures, révélant la femme guerrière allant combattre, et des ornements de têtes coiffes toutes droit tirées d’un monde fantastique
    • Des pièces en métal battu sont également proposées par Alice Pirson (coiffe, boucles d’oreille et manchette) et Eric Seidoff (bijoux de cuivre avec intégration de bois et d’autres matières).
    • Max Rodhain travaille quant à lui la tôle d’aluminium et l’acier poli représentant le rêve et les désirs de l’humain à travers une robe.

     

    Ironie et humour : l’humour est aussi au rendez-vous dans la salle d’expo avec

    • Alain Bombaert et sa paire de tongs dorées, symbole du paraître
    • Jacques Patris, qui propose au visiteur de se prendre en photo avec une couronne d’épines à la fausse goutte de sang.
    • Hugo Meert joue quant à lui avec la céramique pour créer des formes de parures très design, avec une pointe d’ironie : son bijou de pouce sous cloche, ou sa déclinaison de gants de boxe « Fuck as usual » donnent le ton !
    • Cécile Dalcq fige dans la résine la chair et les tabous du corps, avec humour noir : sa broche « Destins croisés » évoquant le sang des champs de bataille, son pin’s en forme de mamelon et un autre au nom grinçant « fin de parcours, tumeur, tu meurs ».

    ParuresHugoMeert.jpg

    Le sein de la femme en céramique: un collectif d’élèves en céramique de l’Académie de Châtelet a choisi de mettre le sein de la femme au coeur de leur installation « the woman’s breast » : 35 seins d’argile au départ similaires, parés de diverses façons (dentelle, tissu, cuir, incisions chirurgicales...) évoquent tour à tour la vie, les variations du corps, le désir, la maladie, l’usure du temps...

     

    Voiles, identité et féminité

    • Loin d’être une simple décoration ou un outil d’embellissement, la parure peut être aussi un véritable symbole identitaire. C’est la lecture qu’en a fait Françoise Canart, qui vous propose de mettre côte à côte deux voiles symboles de deux religions : l’hijab et le voile de mariée.
    • -Par ailleurs, la femme peut se voiler les cheveux de diverses façons à travers le monde et à des fins variées : châle, foulard, voilette, mantille… soulignent ici la féminité des femmes au centre de l’installation de France Paquay, dont les portraits sont projetés sur un voile en mouvement.

     

    Kinstugi, l’art de parer les cicatrices

    • La parure directement sur la peau (tatouages, scarifications, peinture corporelle) est présente dans le travail photographique de Charles Lemaire, qui transpose sur son modèle la technique du kintsugi : la parer d’or telle une porcelaine pour en souligner les cicatrices.
    • De même, Marie-Sophie Joie fait un clin d’oeil à cette technique japonaise en rehaussant d’or un dessin délicat d’une biche morte sur le bord de la route, dont les petits sont sortis du ventre… Elle amène ainsi une autre dimension du mot « parure » : les parures d'une viande sont les morceaux qui restent quand on la découpe (on la "pare").

     

    En pratique :

    Expo « Parures de corps », du samedi 11 janvier au dimanche 2 février au Centre Culturel de Ciney, place Roi Baudouin 1 à Ciney

    Le vernissage se déroule le vendredi 10 janvier à 19h, en présence d’artistes.

    L’expo est accessible du lundi au vendredi de 9h à 17h, le samedi matin de 9h30 à 12h30.  Présence d’artistes les dimanches après-midi de 14h à 17h.

    Visites guidées sur réservation uniquement. Entrée libre.

    Infos : culture@ciney.be – 083 21 65 65

    Avec Cécile AHN, Isabelle AZAIS, Evelyne BALLE, Alain BOMBAERT, Nadine BRAECKELEER, Françoise CANART, Nicole COLLARD, Cécile DALCQ, Irène de GROOT, Pascal JACQUES, Marie-Sophie JOIE, Charles LEMAIRE, Isabelle LINOTTE, Mirella MAZZARIOL, Hugo MEERT, France PAQUAY, Jacques PATRIS, Bettina PHILIPPO, Lydia PICCININI, Alice PIRSON, Brigitte RAOULT, Max RODHAIN, Eric SEIDOFF, Dominique THOMAS et un collectif d’élèves en céramique de l’Académie de Châtelet.

  • Merci et meilleurs voeux pour 2020

    Merci à toutes et à tous pour votre fidélité en 2019 en suivant mon blog, à vos remarques, vos corrections quand je m'embrouille ou que l'info que je relaye est inexacte, vos mercis suite aux photos que je peux parfois prendre à l'insu de votre plein gré ou aussi en parfaite connaissance de cause !

    Bonne année et surtout bonne santé !!!

    (pour info, la photo a été prise en plein travail à l'intérieur des locaux du nouveau atelier communal de Hamois, merci au photographe qui m'a pris sur le vif !!)