Ciney - Page 3

  • Commémoration des 76 ans de la tuerie de Sovet

    Comme chaque 4 septembre depuis 76 ans, une commémoration s'est déroulée devant le monument aux morts pour commémorer la tuerie de Sovet. Après l'office religieux, le public, masqué, moins nombreux que d'habitude (absence de toute publicité) a assisté au dépôt des gerbes en présence des autorités communales et des représentants des associations patriotiques.

    20200904_200545.jpg

  • Comment relancer et repenser son business post Covid-19, un débat organisé par le Club Entreprises Ciney-Hamois

    Ce premier jeudi de septembre marquait deux retours depuis la crise liée au Covid-19, le premier, la réouverture de Ciney Expo pour un événement et le second, le retour d’une soirée organisée par le Club Entreprises Ciney-Hamois. Alors que la vie retrouve petit à petit son cours normal, nombreuses sont les entreprises à se questionner sur leurs activités professionnelles. Pour tenter d’apporter des éléments de réponse à ces questions, le Club Entreprises Ciney-Hamois a organisé un débat animé par Diederick Legrain, en présentiel au Ciney Expo ou à distance via la page Facebook du Club.  

    DSC_0384.jpg

    Autour de la table, trois spécialistes (Olivier de Wasseige, administrateur délégué et directeur général de l’UWE et d’origine cinacienne, Philippe Defeyt, économiste et co-fondateur de l'Institut pour un Développement Durable et Jacques Wieczorek vice-Président Consulting chez CGI en Belgique) ont échangé leurs constats et réflexions sur la situation marquante vécue ces dernières semaines par chacun et sur l’avenir des PME. La soirée a tenté de répondre de manière plus précise encore à la question : «Comment relancer/repenser son business post Covid-1 » Afin de respecter les mesures de distanciation, une bonne quarantaine de personnes étaient présentes à l’étage de Ciney Expo dont des édiles communaux de Ciney et Hamois.

    DSC_0382.jpgA la question « êtes-vous optimistes au sujet du post-Covid ? » les 3 experts étaient unanimes : non. Parmi les raisons invoquées, citons que beaucoup de camions roulent à perte, suite au moratoire sur la faillite, ceux qui étaient au bord ne l’ont pas été et on assistera à une effet boule à retardement, on assistera à un grand nombre de procédures de réorganisations judiciaires, on doit s’attendre à un automne difficile et à une moyenne de diminution du chiffre d’affaires de 10% en 2021 ! Pour Jacques Wieczorek, les sociétés devront répondre à la crise et rebondir après celle-ci en ayant de nouveaux clients, faire du cash et surtout, se réinventer !

    Si la moitié des entreprises wallonnes ont récupéré leur chiffre d’affaire, beaucoup de PME ont compris que des gens de secteurs différents sont parvenus à créer des choses ensemble, des entreprises embauchent et on peut constater que grâce au réseautage, elles ont pu se réinventer : on assiste donc à des comportements prometteurs !

    Pour Olivier de Wasseige, les bonnes questions à se poser pour la relance sont : « qu’est-ce que je peux faire pour sauver mon entreprise, sauver mon emploi, les entreprises ayant une responsabilité sociétale. Pour résumer, talent et solidarité sont nécessaires ! Sauver la boîte, sauver la trésorerie en créant de la dette et travail sur la solvabilité de l’entreprise. Créer des entreprises à un euro a été commise, il faut des fonds propres ! » Parmi les solutions que le directeur général de l’UWE apporte, épinglons : avoir une stratégie claire, choisir ses clients, regarder ses concurrents, faire du maillage avec d’autres entreprises, avoir une agilité opérationnelle en maîtrisant l’organisation de son entreprise et son approvisionnement technologique.

    Pour Philippe Defeyt, il est important d’avoir des produits réutilisables (comme les masques à traiter en entreprise au lieu de disposer de masques jetables) et de mieux traiter les jeunes entrepreneurs. En évoquant l’économie circulaire, pour l’économiste, « il est important de partager ses équipements, de réseauter et de partager de manière transversale, bien distinguer le low et le high tech et il est possible d’innover même en pleine campagne ! il est intéressant de mélanger compétence humaine et technologique comme dans le secteur des soutiens à domicile. Si on relocalise certaines productions, il faut rester compétitif et cela ne peut se faire qu’au niveau européen. Le citoyen doit aussi accepter des relocalisations car il est de plus en plus de s’implanter en zone rurale. L’adage, pas dans mon jardin restant de mise ! »

    Pour quelqu’un qui veut se lancer dans le monde de l’entreprise, Jacques Wieczorek suggère qu’il suive les 9 points du Business Model Canvas, facile à trouver sur Internet.

    L’importance du télétravail est intervenue tout naturellement dans les débats et, dorénavant, que l’on soit au sein de l’entreprise ou en télétravail, on est présent, le rapport au télétravail n’étant pas qu’une contrainte technologique ! Le télétravail permet également de mieux organiser l’équilibre entre travail et vie familiale et sociale ! Il faut savoir que près de 87% des entreprises en Wallonie prolongeront leur politique de télétravail bien que certaines ont pu constater que la bande passante n’était pas toujours suffisante et qu’il faille être attentif à la sécurité des outils collaboratifs !

    Parmi les conseils que donne Olivier de Wasseige à chaque entreprise en terme de leadership, notons : « à quel pourcentage mon entreprise sera à l’arrêt en cas de problème, quel est mon degré de dépendance de mes fournisseurs, de quel niveau de stock ai-je besoin, quelle est ma dépendance par rapport à mes clients. » En comparant la Wallonie où l’on fabrique plus de produits intermédiaires par rapport à la Flandre où les produits finis sont davantage créés, il insiste sur le niveau de recherche et d’innovation nécessaire.

    Boris Roland, président du Club Entreprises Ciney-Hamois, a conclu la soirée par 4 mots à retenir : talent, innovation, solidarité et technologie, le club pouvant servir d’accélérateur pour les indépendants de la région !

  • 4 générations de Focant à Braibant

    A Braibant, la famille Focant aurait dû se réunir au courant du mois de mai, afin de fêter 4 générations au sein de la famille. Hélas, le Covid-19 est passé par là et il a fallu attendre le déconfinement pour organiser une petite fête récemment !

    Sur la photo, on retrouve l’arrière grand- père Zéphir Focant né le 8 septembre 1930 (nouvelle petite fête en perspective pour fêter ses 90 ans !), Jules Focant, le grand-père, né le 24 septembre 1958, Denis Focant le papa né le 22 mai 1991 et enfin Achille Focant né le 09 mai 2020.

  • Lancement de la deuxième édition du budget participatif de Ciney

    Forte d’une première expérience, la Ville de Ciney a décidé de relancer un budget participatif pour cette année 2020. A nouveau, elle souhaite offrir à ses citoyens et associations la possibilité d’exprimer ses besoins et envies et met à disposition une partie du budget communal pour concrétiser ces initiatives. En 2019, 4 projets ont été retenus et sont en phase de concrétisation :

    - la pose d’une passerelle au-dessus de l’Ywoigne sur un parcours de balade à Chevetogne

    - l’installation de photos anciennes dans Ciney

    - la mise en place de composteurs collectifs à Ciney

    - la création d’une zone « verte » à Haid.

    Des citoyens, citoyennes, collectifs ou asbl peuvent soumettre un projet pour rendre notre commune plus conviviale et agréable. Une somme de 50 000 euros est ainsi disponible pour soutenir des projets participatifs et collaboratifs.

    Un budget participatif pour qui ?

    Tout citoyen de plus de 18 ans (démontrant d’un lien avec notre commune : domicile, lieu de travail, lieu de loisirs, etc.) a la possibilité de proposer une idée. Les associations de fait et les associations reconnues (ASBL) peuvent également soumettre un projet.

    Le budget participatif porte sur le territoire de l’entité de Ciney, sur le domaine public propre de la commune. La réalisation concrète des idées proposées se situera donc exclusivement dans le périmètre géographique de la commune.

    Quels critères de recevabilité pour les projets ?

    • Afin d’être jugés recevables, les projets proposés devront :
    • - être introduits sur la plateforme prévue à cet effet avant la fin de la date limite de dépôt des dossiers : news?lang=fr
    • - relever des compétences communales
    • - rencontrer l’intérêt général
    • - respecter la localisation
    • - apporter une plus-value au territoire
    • - correspondre à une dépense d’investissement touchant le cadre de vie (sont donc exclus les projets événementiels et les projets correspondant à une dépense de fonctionnement)
    • - être suffisamment précis pour pouvoir faire l’objet d’une étude de faisabilité. Chaque projet proposé ne doit donc pas être une simple suggestion ou idée
    • - chaque projet proposé devra être le plus détaillé possible lors de sa soumission. Si besoin, le porteur de projet sera contacté pour préciser le lieu, le budget estimé, les équipements imaginés ainsi que toute autre information jugée nécessaire pour évaluer juridiquement, techniquement et financièrement l’idée soumise
    • - avoir un coût inférieur à l’enveloppe mise à disposition par la Ville pour le budget participatif
    • - être cohérents et compatibles avec les réalisations en cours sur le territoire communal
    • - être autant que possible transversal (et pas exclusivement sectoriel)

    4 étapes simples et claires programmées

    Le budget participatif se déroule en 4 phases permettant d’arriver au choix du ou des projets qui seront concrétisés :

    1 - Collecte des projets du 1er septembre au 15 octobre 2020 : toutes les idées et projets peuvent être déposées sur la plateforme.

    2 – Analyse et sélection des projets par le Comité de sélection : un Comité composé de citoyens, de membres du Conseil communal et de l’administration sélectionne les projets à soumettre au vote, du 15 octobre au 22 novembre 2020.

    3 – Vote des projets : les citoyens votent pour leurs projets préférés sur la plateforme ou par bulletin de vote en format papier (disponible dans les Meugleries du mois de novembre), du 22 novembre au 31 décembre 2020.

    4 – Réalisation des projets : les projets ayant obtenu le plus de votes et rentrant dans l’enveloppe mise à disposition par la commune seront financés par le budget participatif et réalisés par la Ville de Ciney ou par les porteurs de projet.

  • Avant-première à Ciney avec la Mauvaise herbe de Gaêtan Leboutte ce vendredi 4 septembre

    Dans le cadre de ses soirées CineyCinema, le Centre Culturel de Ciney organise, ce vendredi 4 septembre une soirée exceptionnelle autour du nouveau documentaire de Gaëtan Leboutte, « La mauvaise herbe « 


    Résumé  du film documentaire d’une durée de 54’:

    Tandis que Merlin s’efforce à rendre son potager magnifique, Élie cultive son esprit critique et forge son engagement politique. Au sein de l’Alter Ecole – lieu de pédagogie alternative en pleine campagne Wallonne – ces deux adolescents vivent une année charnière, la dernière de l'enseignement secondaire. En prise avec leur désir d'autonomie et les exigences scolaires, ils s'éveillent au monde, comme des jeunes de leur âge et de leur génération.    

    En pratique

    Deux projections sont prévues au théâtre communal de Ciney ce vendredi 4 septembre à 19h30 et à 21h30.

    Réservations obligatoires au 083 21 65 65

  • Avis défavorable de la ville de Ciney au sujet de la nouvelle gare de Ciney

    Communiqué de presse de la ville de Ciney reçu il y a quelques minutes:

    En date du 5 août, l'Administration de l'urbanisme

    • a transmis au Collège une demande de démolition de la gare existante et d'aménagement d'une nouvelle gare, d'un abri vélos et du parvis, demande déposée par la S.A. SNCB et
    • a sollicité l'avis du Collège avant le 4 septembre.

     

    Le dépôt du dossier a été précédé, le 28 mai, d'une rencontre entre le Collège, les groupes ACTION et ECOLO ainsi que les représentants de la SNCB au cours de laquelle le Collège et les groupes ACTION et ECOLO ont formulé de nombreuses questions et émis autant de remarques, lesquelles n'ont reçu aucun écho de la part de la SNCB.

     

    En effet, compte tenu de l'importance du projet pour l'avenir d'un des quartiers les plus sensibles de la ville, le Collège avait souhaité mettre autour de la table l'ensemble des groupes du Conseil communal.

     

    Par ailleurs, cette rencontre du 28 mai s'était conclue sur la nécessité de tenir une réunion conjointe avec les services du Fonctionnaire délégué, Infrabel, la SNCB, le TEC, le SPW-MI Direction Ciney et la Commune, afin de fixer les lignes directrices d'un masterplan cohérent pour l'ensemble du site ferroviaire et du bas de la ville AVANT TOUTE INTRODUCTION DE PERMIS.

     

    En vain !

     

    Ce lundi 31 août, le Collège a émis un avis défavorable à la demande de permis introduite par le SNCB et a émis le souhait que cette demande soit suspendue, le temps de procéder à la réunion convenue entre les parties concernées et intéressées par le projet et son insertion dans le contexte environnant.

     

    Les éléments principaux sur lesquels se fonde l'avis défavorable du Collège sont les suivants :

    DSC_0078 copie.jpg

    • LES DIMENSIONS DE LA SALLE DES PAS PERDUS ET DE LA GARE SONT DERISOIRES

      L'espace prévu par le projet est de 36 m² pour la salle des pas perdus, en ce compris l'espace devant le comptoir, alors que la salle des pas perdus actuelle couvre une superficie de 140 m².  Aujourd'hui, cette salle d'attente est régulièrement bondée car l'horaire des trains en direction de Bruxelles et en direction du Luxembourg se juxtaposent, à quelques minutes près.
      Dans ce contexte, le Collège rappelle que dans le projet de SDT, Ciney est renseigné comme la 6e commune wallonne en termes de densité scolaire et que de nombreux étudiants du secondaire et du supérieur utilisent le train.
      Par ailleurs, il est manifeste que les dimensions de la nouvelle salle d'attente ne rencontrent pas les impératifs liés à la croissance de la population de Ciney, forte et régulière, alors même que 3 ZACC sont mises en œuvre au travers de RUE et devraient prochainement être urbanisées.


    • IL CONVIENT DE VALIDER LA PERTINENCE DU PARMENT PROPOSE ET, AU MINIMUM, VEGETALISER CERTAINES SECTIONS

      Le Collège n'a pas reçu d'échantillon ou d'exemple de bâtiment présentant un bardage en métal déployé identique à la future gare.  Le bardage prévu s'étend sur la rambarde de gauche, sur l'abri vélo, sur le bâtiment de la gare et encore sur la rambarde de droite, ce qui représenterait un développement linéaire de plus de 100 mètres, avec seulement deux ouvertures (fenêtre de 60 cm et fenêtre de 2,4 m) sur le bâtiment de la gare et qu'il est donc indispensable de soigner ce visuel, compte tenu de la crainte du Collège que cela ne donne un effet « blockhaus ».
      Le Collège estime qu'à tout le moins, certaines sections de ces 100 mètres pourraient utilement proposer un parement végétalisé ancré sur le métal déployé.


    • IL CONVIENDRAIT D'ETENDRE L'ESPLANADE AU MINIMUM JUSQU'A LIMITE DE VOIRIE PUBLIQUE, ET CE SUR TOUTE LA LARGEUR DU PROJET, EN CE COMPRIS L'ESPACE POTENTIELLEMENT LIBERE PAR LES DEUX QUAIS DE DEBARQUEMENT DES TEC SITUES EN FACE DE LA GARE

      La demande de permis prévoit l'aménagement de l'esplanade au droit de l'ancienne gare.  S'il verdurise un peu l'espace, c'est aménagement ne s'intègre pas avec l'espace public existant rue Emile Vandervelde et les aménagement Infrabel du passage sous-voies.
      Il semble pertinent que cette nouvelle esplanade se prolonge au minimum jusqu'en limite de voirie publique.  En effet, la conservation d'un revêtement différent (ancien trottoir le long de la gare existante) ne permet pas une bonne lecture du projet et son intégration dans l'espace public environnant.  Une lecture simple et fluide de l'espace est nécessaire.
      La jonction avec la devanture du passage sous-voies devrait également être assurée puisqu'en effet, le projet s'arrête net et laisse présager une coupure dans l'espace public.

      DSC_0080 copie.jpg



    • UNE AMELIORATION DE L'ESPLANADE AVEC UN DISPOSITIF AQUATIQUE (JETS D'EAU DANS LE SOL) OU CULTUREL (OEUVRE D'ART) EST ATTENDUE


    • IL CONVIENDRAIT DE PRESENTER UNE VUE DU PROJET DANS LE CONTEXTE BATI ET LES GABARITS EXISTANTS, PROUVANT SON ADEQUATION

    En face du site de la gare, un projet d'immeuble est en passe d'être octroyé (sur avis favorable conditionnel du Fonctionnaire délégué) alors même que cet immeuble présente un gabarit R+5, ce qui rend flagrante la disproportion des deux projets.


    • AFIN D'EVITER LE DEPOT D'UNE SECONDE DEMANDE DE PERMIS, IL EST SOUHAITABLE DE PREVOIR LES DIFFERENTES ENSEIGNES DANS LA PRESENTE DEMANDE.


    • IL CONVIENDRAIT DE DISPOSER D'UN ESPACE VELOS EVOLUTIF.

    Il serait en effet intéressant de prévoir un abri vélos évolutif dans le temps, susceptible de permettre une évolution du ratio des espaces vélos traditionnels/vélos électriques.

     

    Dans son avis, le Collège fait enfin remarquer qu'au moment où la Région se dote d'outils prospectifs tels le schéma développement territorial, il est frustrant de constater le gouffre existant entre les objectifs exposés et les réalisation projetées.

    C'est ainsi notamment que l'analyse contextuelle visant à l'établissement du Schéma de Développement territorial stipule que « la croissance de la demande en mobilité et la complexification des chaînes de déplacement, les pressions environnementales ainsi que les coûts induits liés aux systèmes actuels de transport nécessitent : (...) l'articulation des politiques et la concertation des acteurs de la mobilité et de l'aménagement du territoire et ce aux différents niveaux de gouvernance et à chaque échelle territoriale.

    Pour terminer, le Collège rappelle aussi que dans plusieurs chapitres du schéma de développement communal adopté en date du 22 octobre 2012, la présence de la gare de Ciney constitue une excellent opportunité pour développer des activités tertiaires, en appui éventuel aux fonctions régionales de Namur et qu'en conséquence, les aménagements autour de la gare devraient donc accueillir quelques surfaces de bureaux, également dans un souci d'y développer une mixité de fonctions.

     

    Face à ce projet trop modeste et loin de répondre aux attentes de la Ville et des Cinaciens de manière plus générale, le Collège communal a interpellé le Ministre en charge de la SNCB, François BELLOT et Pierre-Yves DERMAGNE, Ministre du Gouvernement wallon.

  • 76e commémoration en mode restreinte des combats du 27 août 1944 à Jannée

    DSC_0377.jpgUn an après le 75e anniversaire de la commémoration des combats du 27 août 1944 qui ont opposé à Jannée, des unités de l’Armée secrète aux troupes allemandes, la traditionnelle cérémonie a rassemblé, Covid-19 oblige, un public plus restreint (pas de chapiteau, distanciation entre les chaises, pas d’office religieux, …). Néanmoins le Collège de la ville de Ciney était présent (ainsi que Luc Fontaine, conseiller communal), quasi au complet aux côtés des représentants des associations patriotiques et des habitués de la cérémonie dont Martin Michel, en tenue d’époque, la cérémonie étant animée par Jean-Marie et Guy Degrune.

    DSC_0368.jpg

    Rappel historique

    DSC_0373.jpgLe monument de Jannée commémore les combats du 27 août 1944 qui ont opposé des unités de l’Armée secrète aux troupes allemandes. Depuis le début du mois de juin 1944, le Groupe A de l’Armée Secrète multiplie les actions dans tout le Condroz : destructions d’infrastructure et de matériel ferroviaires (notamment à Spontin), sabotages, neutralisation des moyens de communication, ... Le 27 août 1944, à 8h du matin, 140 maquisards de l’AS retranchés dans le bois de l’Abîme à Jannée sont attaqués par 2.500 adversaires allemands renforcés par des légionnaires wallons et des SS flamands. Après un mitraillage du bois qui dure toute la matinée, les officiers allemands décident de donner l’assaut à 14h. Ils sont surpris par le vigueur de la résistance des maquisards qui tiennent leurs positions jusqu’en fin d’après-midi lorsque, profitant du brouillard, ils parviennent à quitter le bois. Cinq maquisards ont été tués, six blessés et quatre sont disparus morts en Allemagne tandis que les Allemands ont perdu 187 hommes.

    Le monument est établi sur le lieu même de l’affrontement du groupe de l’Armée secrète avec les Allemands. De facture simple, on y trouve deux inscriptions rappelant les faits qui se sont déroulés en août 1944 : « A la mémoire des morts de l’Armée Secrète / Zone 5 – Secteur 5 – Groupe A » et « Cette terre a bu leur sang. Ces pierres ont vu leur combat ». 22 plaques portent les noms de maquisards qui sont tombés lors des combats du 27 août et de la libération de la région ou exécutés par les Allemands ou morts en déportation. Lors de chaque commémoration, leurs noms sont rappelés.

    Cérémonie

    Outre le bourgmestre, Frédéric Deville, Henri Gengoux, âgé de 98 ans et vétéran de l’A.S. a déposé une gerbe de fleurs devant le monument où 22 plaques portent le nom des maquisards tombés lors des combats du 27 août et de la libération de la région ou exécutés par les Allemands ou morts en déportation. Il s’en est suivi un émouvant Chant des partisans.

    DSC_0371.jpg

    DSC_0376.jpgGuy Degrune, président de la Royale Fraternelle de l’Armée Secrète Zone 5 – Secteur 5, a rappelé les événements du 27 août 1944 et a lu un extrait d’un livre du Cercle Culturel Cinacien où après le 22 octobre 44, date de la démobilisation des groupes de résistances, on a accusé les vrais maquisards de tous les maux (c’est de leur faute, si une rafle de 42 hommes s’est déroulée au village voisin, à Pessoux, le même jour, et, où seulement 7 en sont revenus !) alors que certains, planqués durant la guerre, y rentraient à la dernière minute !

     

     

    DSC_0378.jpgGuy Derasse, vice-président de la Confédération Nationale des Prisonniers Politiques et Ayants droits de Belgique, dont le papa, perdit la vie au camp de Neuengamme comme certains des hommes de Pessoux enlevés par les Nazis, a ensuite pris la parole : « Le Covid-19 est parvenu à arrêter momentanément la plupart de nos activités mémorielles 2020. Néanmoins, certaines, comme celle de Jannée, se sont maintenues, avec un minimum de personnes pour respecter les mesures sanitaires imposées. Face à l’occupation allemande, deux voies s’ouvraient à ceux qui avaient envie d’agir : celle de la collaboration ou, celle plus périlleuse, de la résistance…. Notre jeunesse prend de plus en plus conscience du passé douloureux de ce qui s’est déroulée durant nos guerres et qu’ils sont très sensibles et respectueux à l’égard de leurs aînés qui ont tout fait pour leur permettre de vivre dans un pays où le mot liberté a tout son sens. Je félicite les jeunes de l’école des Forges de Ciney d’avoir aussi agrémenté ce lieu de Mémoire. Une soixantaine de jeunes de cette école secondaire professionnelle spécialisée devait se rendre dans le Vercors, haut-lieu de la résistance en France lors de la seconde guerre mondiale du 26 au 30 avril dernier. Le Covid-19 en a malheureusement décidé autrement ! Néanmoins, le subside que la CNPPA avait décidé d’accorder pour ce déplacement est naturellement maintenu et reporté ! »

    Pour voir les 19 photos que j’ai prises ce dimanche devant le monument de Jannée, il suffit de cliquer sur https://ciney.blogs.sudinfo.be/album/jannee-76e/ et pour voir le petit film, il faut se rendre sur ma page Facebook ou sur Sudinfo-Ciney-1215205548568594

  • Salon des associations et des clubs sportifs le 5 septembre de 13h à 17h30 à la salle polyvalente et au hall sportif

    Plus que jamais on ne peut que vous conseiller de venir découvrir la septième édition du Salon des Associations et des Clubs sportifs Cinaciens qui se déroulera de 13h à 17h30 le samedi 5 septembre.

    La commune de Ciney possède un tissu associatif et sportif très dense. Tous secteurs confondus, elle compte plus de 120 associations en activité sur son territoire. Toutes ont été bousculées pendant cette crise sanitaire à divers niveaux. Il semblait essentiel à la Ville de Ciney et ses partenaires sur cet événement que sont la Régie des sports et le Centre Culturel de maintenir ce rendez-vous riche en rencontres et échanges d’informations.

    Vous aurez également l'occasion de participer à différents initiations sportives (volley, arts martiaux, danse....) et activités culturelles gratuites (Maison des jeunes, Conservatoire, SLS, atelier pastel…) et accessibles à tous.

    De plus, comme chaque année, le Salon des Associations et des Clubs Sportifs permettra aux nouveaux habitants de déambuler dans la salle polyvalente suite à leur rencontre avec les édiles communaux organisée à 15h.

    En pratique

    Le salon des associations et des clubs sportifs se déroule dans la salle polyvalente (anciennement salle Cecoco) et à hall omnisports, place du Roi Baudouin à Ciney le samedi 5 septembre de 13h à 17h30. Renseignements : 083 75 01 16 – 083 21 65 65