Hamois - Page 6

  • Balades intergénérationnelles à Schaltin de mars à juin

    Voici un communiqué de presse de mon ancienne élève, Sophie Bouchat de l'asbl Flâneries:

    3192929529.2.jpg

    De mars à juin, le 4e mercredi du mois de 14h à 17h, l'asbl Flâneries propose une balade « transmission des savoirs » aux enfants âgés de 7 à 12 ans, à leurs grand-parents et aux aînés.

    Venez parcourir Schaltin et échanger, avec la jeune génération, vos connaissances respectives sur la vie du village. Une thématique différente sera abordée lors de chaque balade.

    Balades non accessibles au PMR, maximum 6 km. Activité gratuite. Nombre de places limitées ! Inscription préalable indispensable au 0498/79 51 47 ou sopbouchat@gmail.com 

  • Plus de 600 marcheurs à Hamois pour soutenir l’Inner Wheel

    Pour ceux qui ne connaissent par l'Inner Wheel, il s’agit d’un service club de dames de la famille du Rotary. Le club est né, en 1985, d'une amitié de deux épouses de Rotariens, du Rotary de Marche et du Rotary de Ciney. Le club Inner Wheel Marche-Ciney est un cas unique dans les annales du District, à cheval entre deux provinces, celles de Namur et Luxembourg.

    DSC_0041.jpg

    Actuellement, le service club est présidé par Anne Pelgrims de Wasseige (elle se déclare petite par la taille, mais, grande par le cœur !) et est composée de 13 dames, très dynamiques, qui ne souhaitent qu’une chose, que la relève arrive !

    Parmi les activités qui permettent au service club de soutenir toute une série d’actions qui seront précisées par la suite, l’organisation d’une marche ADEPS au départ de la plaine d’Hubinne depuis plus de 10 ans est très importante (merci à Anne-Françoise qui était présidente à l’époque !) et, suivant la météo, elle peut enregistrer la présence de 600 à plus de 1.200 marcheurs dans ce beau Condroz ! Notons l’aide bénévole de membres de Culs de Jatte du Mauge pour le fléchage et les parcours.

    DSC_0044.jpg

    DSC_0043.jpgUne des actions les plus remarquables de l'Inner Wheel, est l’opération don de chaussures neuves, en collaboration avec une marque de chaussures (des invendus sont récupérés) : en 2019, plus de 600 paires de chaussures ont été offertes aux plus démunis via les CPAS de Marche, Ciney et des environs. Le service club soutient également la ligue Alzheimer avec l’organisation de rencontres mensuelles dans les locaux du Centre Culturel de Ciney et la recherche contre la sclérose en plaques.

    Cette année, le club fêtera ses 35 ans d'existence avec le souci d'accueil aux nouveaux membres (et rajeunir les cadres comme dans beaucoup d’associations) et le respect des anciennes qui grâce elles, ont fait que le club est ce qu'il est aujourd'hui. Paula, Anne, Annie et Huguette seront certainement mises à l’honneur à l’occasion de cette fête, puisqu’elles étaient présentes déjà en 1985 !

  • Lancement de la BIP boîte d’information personnelle dans la commune de Hamois pour les plus de 65 ans

    A mettre au frigo, elle contient les informations médicales utiles pour les services d'urgence !

    DSC_0007.jpg

    Lire la suite

  • Programme du mois de mars de la Spirale de Natoye

    Mardi 3 mars à 18h30 : Atelier de désintoxication du langage

    Les manipulations du langage : un sujet, deux soirées  Ce 3 mars de 18h30 à 21h30 : atelier de désintoxication du langage (cfr agenda mars)
    Vous dites « défavorisés » pour parler des pauvres ? Pour parler de la contribution à la sécurité sociale, vous utilisez le mot « charges » plutôt que « cotisations » ? Quand vous entendez « grève », vous pensez « prise d’otage » ? Pas de doute, vous présentez les symptômes d’une intoxication du langage (et de l’imaginaire) par la langue de bois et la novlangue chère à Orwell. Mais rassurez-vous, ça se soigne ! Grâce à un atelier dont vous êtes à la fois le sujet et l’objet, fait d’exercices ludiques (au résultat parfois jouissif), vous allez apprendre à débusquer par vous-même les manipulations de langage qui foisonnent dans les médias, la pub, les déclarations politiques et le monde du travail soumis aux nouvelles formes de management. C’est promis, vous ne verrez pas les trois heures passer et vous repartirez chez vous avec la conviction de ne pas être venue pour rien parce que, désormais, vous pourrez damer le pion aux communicants de tout poil ! Attention, pour des raisons de dynamique d’atelier, il faudra qu’on soit au moins quinze. N’hésitez donc pas à rameuter du monde.

    Une vidéo de France 3 sur le sujet : https://www.youtube.com/watch?v=MMb3Hw9NtBc

    http://laspirale.be/cine-debat/

    Entrée 3 euros - Possibilité de croque-monsieur sur réservation (3 euros)

    Réservations : 083/690790 –
    contact@laspirale.be

    Du 7 au 8 mars : stage d’initiation au vitrail Tiffany
    Avec Bernadette Bihin, artisane du vitrail
    Dates : 7 et 8 mars de 9h à 16h
    Initiation à la découpe du verre et assemblage à la méthode Tiffany
    Prix : 130 euros + 25 euros de matériel
    Infos et réservation : 083/690790 –
    contact@laspirale.be
    http://laspirale.be/initiation-au-vitrail-tiffany-2/

    Le 7 et 14 mars : stage d’initiation au tricot
    avec Martine Patte
    Dates : samedi 7 et 14 mars de 14 à 17h
    Prix : 65 euros
    Infos et réservation : 083/690790 –
    contact@laspirale.be
    http://laspirale.be/initiation-au-tricot/

    Le 7 et 14 mars : stage d’initiation au crochet
    avec Hélène Dupirreux
    Dates : samedi 7 et 14 mars de 14 à 17h
    Prix : 65 euros
    Infos et réservation : 083/690790 –
    contact@laspirale.be
    http://laspirale.be/initiation-au-crochet/

    Au Relais du Monde, samedi 7 mars de 10 à 19h et dimanche 8 mars de 8h à 12h - Gratuit
    Pour la Journée internationale des droits des femmes, le Centre « Relais du Monde » met les femmes à l’honneur
    RDV sous la tente à l’Espace Rencontre pour diverses activités dédiées
    uniquement aux femmes :
    Journée du samedi : atelier sur les questions de genre, création d’affiches, histoires racontées par/et des résidentes, atelier beauté, soirée festive
    Matinée du dimanche : petit déjeuner, création textile et histoires de femmes racontées par/et des résidentes
    facebook/accueilcroixrougedenatoye

    Le samedi 7 mars : soirée « Boite à chansons à 19h30
    Les mouvements de jeunesse, une chorale, des réunions de famille, la voiture ou la salle de bains, sous la douche… chacun connaît des moments où il aime chanter…
    Et si nous mettions toute cette belle énergie en commun, un peu dans l’esprit « feu de camp » mais bien au chaud à l’intérieur 
    Apportez  vos instruments*, votre bonne humeur et voyons ce que nous pouvons faire ensemble !! Nous vous préparons quelques chansonniers et les textes seront projetés sur écran.
    Pas de scène, pas de micro, pas de spot sur l’un ou l’autre mais le plaisir de chanter ensemble. Pas de compositions ou de raretés mais des chansons connues d’un plus grand nombre !
    http://laspirale.be/boite-a-chansons/
    Entrée libre – Bar ouvert
    Pour une organisation conviviale de cet événement, veuillez nous avertir de votre venue.  083/690790 –
    contact@laspirale.be

    Mercredi 11 mars de 13h30 à 15h : Atelier Tandem
    Pour qui : un enfant entre 4 et 7 ans accompagné d’un parent, grand-parent, membre de la famille – Max 14 personnes (7 duos)
    Quand : un mercredi par mois, de 13h30 à 15h.
    Au début, il y a une histoire… Puis, vient un atelier créatif où adulte et enfant se retrouvent pour explorer une activité artistique
    Au travers de son atelier « Tandem », La Spirale vous invite à vivre un moment complice entre petits et grands.
    Au programme : un moment précieux autour de la curiosité et d’une création artistique !
    11 mars : gravure
    Prix: 9 euros pour le duo par séance
    Sur inscription : 083/690790 –
    contact@laspirale.be
    http://laspirale.be/atelier-tandem-enfant-et-adulte/

    studio1.jpgVendredi 13 mars à 20h : Piano bar avec concert de JOFROI
    JOFROI – HABITER LA TERRE
     
    JOFROI est un citoyen engagé, depuis toujours, préoccupé socialement et écologiquement. C’est aussi un jongleur de mots, un vrai bonheur d’écriture et de mélodies… Habiter la terre est fait de questionnements, de petits bonheurs quotidiens, de tendresse et de coups de gueule aussi, mais surtout d’espérance.
    JOFROI construit une œuvre pleine de sagesse, sans concession, jamais désespérée. Il réconcilie la légèreté avec la profondeur, avec les questions essentielles, existentielles, autant par sa belle proximité avec la nature, tel un Giono de la chanson, que par l’individu considéré comme un alter ego fraternel. Et son nouveau répertoire a la rondeur de la terre, le bleu de l’espérance, l’équilibre d’un chant du monde.
    JOFROI est en route depuis ses vingt ans. Il marche toujours, il ne s’arrête jamais : ses chansons se font échos d’un citoyen attentif qui ne perd aucun mot pour s’assurer la force des couleurs du monde.
    http://laspirale.be/jofroi/
    Ouverture des portes à 19h – Concert à 20h
    Entrée adultes : 10 € - Etudiant : 5 €
    Réservation : 083/690790 – contact@laspirale.be
    Possibilité d’un repas (apéritif et zakouskis– plat – dessert) au prix de 15 euros
    Sur réservation : 083/690790 – Arrivée entre 18h30 et 18h45
    En ce mois de mars, découverte du Maroc

    DSC_0148.jpgDimanche 15 mars de 10 à 13h : REPAIR CAFE du Haut Bocq – Gratuit
    http://laspirale.be/activites-evenements/repair-cafe/

    Vendredi 20 mars à 20h :
    atelier photos avec Luc Viatour
    Soirée de rencontre pour améliorer vos photos, mieux connaître son appareil, …
    Prix : 6 euros (1 boisson offerte)

    Samedi 21 mars à partir de 16h30 : SCULPTURES DE FEU
    Ce samedi 21 mars, les artistes et artisans de La Spirale vous invitent à  leur désormais traditionnel RDV « Sculptures de feu ». Bien plus qu’un grand feu, les artisans créent des sculptures monumentales auxquelles ils mettront le feu.  Cette année, 30ème anniversaire oblige, il sera encore plus beau et plus grand que jamais.
    Rythmé par un grand spectacle de feu assuré par la compagnie Pyronix et  par la fanfare « Les Taupes qui boivent du lait », petits et grands en auront plein les yeux.
    Au Programme
    Dès 16h, des ateliers créatifs seront proposés (vannerie, création de photophores, médaillons spiralés en bois, …).
    A 20h, illumination de tout le site de La Spirale et allumage du feu par la compagnie Pyronix
    Vers 22h, ambiance fanfare sous les chapiteaux avec la fanfare « Les Taupes qui boivent du lait »
    Entrée gratuite - Bar à bières spéciales – Petite restauration
    http://laspirale.be/activites-evenements/sculptures-de-feu/

    Lundi 23 mars de 18 à 22h  : soirée CUISINE DU MONDE - Prix : 13€/séance
    Tous les mois, un nouveau pays à découvrir au travers de son art culinaire et d’un moment de partage avec les demandeurs d’asile du Centre le « Relais du Monde » à Natoye. – Découverte ce mois de l’Afghanistan
    Sur réservation 083/690790 –
    contact@laspirale.be - http://laspirale.be/cuisine-du-monde/

    A partir du 28 mars jusqu’au dimanche 22 novembre : Exposition des œuvres de 57 artistes et artisans wallons

    Du 28 mars au 22 novembre, au fil des salles d’exposition et d’un superbe jardin, retrouvez les oeuvres d’une cinquantaine d’artistes et artisans d’art, membres du Centre des Métiers d’Art  La Spirale situé à Natoye (commune de Hamois) dans la Vallée des Saveurs. 

    Tous ces artisans et artistes ouvrent aussi leur atelier durant toute l’année pour vous parler de leur passion, vous faire découvrir toutes les étapes de la création d’une pièce unique, de la conception à la réalisation, vous montrer leurs divers matériaux et différents outils, …
    Sur le site du Centre des Métiers d’Art, démonstration de techniques artisanales deux dimanches par mois (d’avril à novembre). N’hésitez pas à consulter l’agenda pour le programme.

    Le Centre propose aussi une exposition didactique présentant le travail du bois, du verre, du textile, du bronze, de la terre afin de tout savoir sur les techniques de mise en oeuvre.

    Enfin, son vaste espace extérieur avec ses deux mares découverte, son potager et ses sculptures monumentales est un endroit rêvé pour les touristes afin de se poser pour faire une halte pic-nic ou comme point de départ d’une des promenades balisées.

    http://laspirale.be/artistes-artisans/expositions-permanentes/

    Ouverture
    du mercredi au vendredi de 13h à 17h et le samedi de 13h à 18h
    le dimanche et jour férié de 10h à 12h et de 13h à 18h

    En juillet et en août, 7 jours sur 7, du lundi au samedi de 13h à 18h
    le dimanche et jour férié de 10h à 12h et de 13h à 18h

    Prix d’entrée
    3 euros (au-dessus de 16 ans) – 12 euros le pass fidélité

  • Atelier de désintoxication du langage à la Spirale à Natoye le 3 mars

    Vous dites "défavorisés" pour parler des pauvres ? Pour parler de la contribution à la sécurité sociale, vous utilisez le mot "charges" plutôt que "cotisations" (ce qui permet au passage de plus facilement raboter votre salaire) ? Au mot "grève", vous répondez "prise d'otage" ? Pas de doute, vous présentez les symptômes d'une intoxication du langage (et de l'imaginaire) par la langue de bois. Rassurez-vous, ça se soigne ! Il suffit de quelques exercices (drôles, parce qu'on peut découvrir en s'amusant !) et conseils pour maîtriser les principes de base de l'auto-défense intellectuelle et être ainsi mieux armé contre les communicants de tout poil qui nous enfument au quotidien en manipulant le vocabulaire.

    Le CIEP de la province de Namur et La Spirale vous invitent à participer à un atelier de désintoxication du langage le mardi 3 mars dès 18h30 (jusqu'à 21h30) dans les locaux de La Spirale, chaussée de Namur 22 à Natoye. Pas besoin d'avoir fait un doctorat en linguistique appliquée pour comprendre, c'est vraiment un atelier accessible et utile à tous et toutes. Voici un lien pour vous aider à vous rendre compte de ce que c’est : https://www.youtube.com/watch?v=MMb3Hw9NtBc. Ca dure trois heures, mais on s’amuse tellement qu’on ne voit pas le temps passer. La participation est fixée à 3 euros. Pour des questions d’organisation, merci de vous inscrire à l’adresse jean-francois.rasschaert@lilon.be

  • appel aux candidats photographes et vidéastes de moins de 21 ans pour le Festival International Nature Namur

    Pour sa 26e édition, le Festival a décidé de laisser une place aux jeunes photographes en créant deux « Bourses Jeunes ». Ces dernières sont destinées aux photographes de moins de 21 ans qui ont envie d’exposer leurs photos à l’Acinapolis de Jambes pendant le Festival. L’occasion pour eux de rencontrer d’autres photographes, mais également le public et les organisateurs du Festival.

    c2d9b2a8-53f2-4e0b-a836-51b60cc3130a.jpg



    29a33c38-8e88-475b-b3f4-4a429d36b073.jpgLa 1ère étape est d'envoyer cinq des plus belles photos nature personnelles. Sur cette base, deux photographes seront sélectionnés et coachés par Michel d’Oultremont qui les aidera dans les différentes étapes de la création d’une expo. Ensuite nous imprimerons les photos et les exposerons à Namur pendant le Festival. Une fois le Festival terminé, les photos seront offertes aux photographes qui pourra en profiter pour les exposer dans d’autres lieux.

    Le Festival International Nature Namur organise quatre grands concours internationaux, films et photos, dédiés à la nature et à l'émerveillement qu'elle suscite. Les concours films se déclinent en trois catégories : films professionnels, films amateurs et films ultra-courts (max. 1 minute). Le Concours International de Photo Nature de Namur invite photographes amateurs et professionnels à provoquer des émotions avec leurs plus belles images.

    Le FINN lance également des appels à candidatures aux photographes pour exposer à l'Acinapolis ou à la Citadelle, dont une bourse jeunes à l'attention des jeunes photographes de moins de 21 ans. Deux autres appels à candidatures offrent l'opportunité aux associations d'occuper un stand au Village Nature de l'Acinapolis ou au Chapiteau Nature à la Citadelle et aux étudiants du secondaire d'être membre du jury jeunes 2020.

    Pour plus d'infos et pour s'inscrire à ce concours, il suffit de cliquer sur concours-et-appels-a-candidatures

     

  • Succès pour la 4e édition de la journée du bien-être à Natoye

    DSC_0161.jpgPour la 4e fois consécutive, la Régie Communale Automnale des Sports (ou R.C.A.) de la commune de Hamois a organisé une journée bien-être. Bien avant le coup d’envoi officiel, un public important avait déjà rejoint le Centre Sportif de Natoye pour pouvoir participer activement aux premiers ateliers. Tout se déroulait de 10h à 16h.

    DSC_0146.jpgArrivant à 10h pile, je ne pensais pas être le n°7 pour m’inscrire au Repair Café du Haut Bocq qui avait quitté, pour la bonne occasion, son lieu mensuel d’atelier participatif de réparation (grâce au savoir-faire de techniciens bénévoles) de la Spirale à Natoye pour le Centre Sportif situé à deux pas : ateliers couture, informatique, plantes, réparation électro, vannerie et vélo étaient à la disposition du public.

    DSC_0154.jpg

     

    DSC_0194.jpgC’est en présence de membres du Collège et du conseil communal de Hamois, de Christophe Gilon, bourgmestre de la commune voisine d’Ohey accompagné de la directrice du hall omnisports communal que Pierre-Henri Roland, premier échevin de la commune de Hamois a pris la parole :

    « Le travail, c’est la santé ! disaient nos aïeux ! Force est de constater que ce dicton n’est peut-être plus tout à fait vrai.

    DSC_0192.jpg

    En effet, notre société axée sur le culte de la performance, de la compétition et de la perfection, engendre notamment un phénomène de stress qui s’infiltre insidieusement et crée des ravages souvent sous-estimés.

    Qui n’a pas ressenti des troubles du sommeil, de l’anxiété, des tensions musculaires, de l’irritabilité passagère, malaises reconnus scientifiquement comme les maux du siècle causés par le stress ?

    Ce phénomène social décrit par de nombreux professionnels de la médecine mérite notre réflexion et la plus grande attention car il peut affecter notre comportement au bureau, à la maison et dans nos relations avec les autres.

    En modeste réponse à cette problématique de la santé qui concerne aussi les enfants, le Collège communal a pris la décision d’investir dans la pratique sportive dans son ensemble et principalement de développer autant que possible le sport pour tous.

    A titre d’exemple, je citerai notamment la modernisation des vestiaires de l’ancien hall à Natoye.

    La Journée du Bien-Etre relève de la même politique ambitieuse qui vise l’épanouissement tant spirituel que physique de la population.

    Dans ce cadre, je tiens à remercier le personnel et les administrateurs de la Régie Communale autonome des Sports pour leur implication remarquable.

    DSC_0180.jpgPour rappel, la Régie des Sports gère une partie des infrastructures communales et développe des activités sportives pour tous les âges dès l’âge de 2.5 ans, des entraînements de Parkour pour les enfants et les ados, du fitness, du jogging pour les adultes et des exercices physiques adaptées aux seniors.

    Grâce à leur travail proactif, ce ne sont pas moins de 40 exposants qui ont rejoint le Centre Sportif de Natoye, ce qui, j’aime à le répéter, est réellement exceptionnel pour une modeste commune rurale comme la nôtre !

    DSC_0160.jpgLors de cette édition, outre les traditionnels sports de ballon, vous pourrez appréhender de nombreuses disciplines axées tantôt sur le sport doux, l’esthétique ou les médecines alternatives.

    Impossible pour moi de vous les décrire toutes, tant elles sont variées, mais chacun pourra bénéficier de conseils alimentaires, d’éveil des consciences ou de réflexologie plantaire, du contrôle de ses énergies, de massages bienfaisants etc …

    En outre et nous le savons tous : notre bien-être passe aussi par notre estomac. Dans cet esprit, nous avons estimé qu’une journée consacrée au bien-être, c’est aussi un moment où il est essentiel de consommer local en donnant la priorité aux circuits courts.

    DSC_0170.jpgAinsi différents partenaires proposent à la vente, à boire ou à manger des produits sains et bios.

    N’hésitez pas à aller à leur rencontre pour découvrir le mode de fabrication, souvent artisanal, de ces aliments.

    Enfin, la journée permet de mieux faire connaître au grand public différents organismes qui oeuvrent aussi au niveau local et sur le thème du mieux-être.

    DSC_0175.jpgJe citerai l’Office National de l’Enfance, l’asbl Conseils Coordinations Services Jeunes ou encore la Province de Namur.

    Par ailleurs, je profite de ce moment pour informer les dirigeants des clubs sportifs présents aujourd’hui de la réforme du mécanisme de subventionnement des infrastructures sportives en Wallonie mises en place récemment par le Ministre Crucke.

    La Région Wallonne estimant que le système actuel ne permet plus de répondre, de manière optimale, aux besoins en infrastructures sportives de la Wallonie, a mis en place une nouvelle procédure d’octroi des subventions.

    Vous comprendrez que je ne peux pas décrire ici les nouveaux critères de recevabilité des dossiers. Je reste évidemment à votre entière disposition pour en discuter. »

    DSC_0188.jpg

    Pour la partie apéritive, on servait bien évidemment les bières de la Brasserie du Condroz (et oui, tout le monde ne la connaît pas encore !), accompagnées par de la charcuterie et des fromages locaux.

    Pour voir 57 photos que j’ai prises en matinée, il suffit de cliquer sur https://ciney.blogs.sudinfo.be/album/journee-bien-etre-2020/

  • Tout savoir sur le plan stratégique 2020 2022 de l'AIEC

    Les lignes directrices de ce plan, présentées fin de l'année dernière, sont établies pour atteindre certains objectifs généraux à plus ou moins long terme.

    • Remplacement du parc des canalisations à raison de 1%/an, soit +/- 5 km/an ;
    • Entretien et remplacement de l’hydraulique du réseau (vannes, pompes, chlorations, …) ;
    • Entretien et rénovation des multiples bâtiments du réseau ;
    • Optimalisation de la gestion et de l’exploitation du réseau à distance ;
    • Mise à jour de la cartographie et adaptation à l’utilisation sur le terrain ;
    • Facturation et créances ;
    • Gestion des zones de protection des prises d’eau.

    Ces actions sont réalisées afin de garantir une fourniture d’eau en quantité et en qualité, de travailler de manière performante, et de distribuer l’eau au meilleur prix !

    Ce document texte présente les lignes directrices de la politique de l’AIEC pour les prochaines années. Un document composé de tableaux financiers annuels complète et précise certains points de ce plan stratégique.

    • Remplacement du parc des canalisations (objectif 1%/an, soit +/- 5 km/an)

    Afin de garantir un bon fonctionnement du réseau en limitant les pertes (fuites d’eau) et le travail de terrain associé, l’AIEC a mis en place une politique de remplacement systématique d’anciennes canalisations. Les canalisations ciblées prioritairement sont des tronçons connus pour leurs faiblesses et leur vétusté. Rentrent aussi en ligne de compte les déplacements de canalisations sur privé.

    A l’heure d’aujourd’hui les canalisations listées ci-dessous sont remplacées prioritairement. 

    • Les canalisations en acier (l’ensemble de ces canalisations seront remplacées à court terme - les villages de Maffe, Méan, Bonsin, Bassines, Gros-chêne sont presqu’entièrement constituées de ce type de canalisations – Bonsin et Méan sont presque terminés de ce point de vue).
    • Les canalisations en polyéthylène de diamètre trop faible ou posées sans protection (Conneux, Gemenne p.ex).
    • Les canalisations pouvant présenter un risque majeur d’approvisionnement en cas de rupture (traversées souterraines d’autoroute, traversées de rivières sous les ponts, …).
    • Les canalisations présentant des risques de dommages lors de chantiers de réfections de voiries (fonte grise p.ex.). 
    • Entretien et remplacement de l’hydraulique du réseau (vannes, pompes, chlorations, …)

    La gestion de la désinfection du réseau est garante d’une eau saine. C’est ainsi que l’ensemble des points de transit de l’eau sera équipé de dosages automatiques de chlore, il reste XX points d’eau à équiper : X, X, ...

    Le suivi de cette chloration sera fait en temps réel avec alarmes de dysfonctionnements.

    Certaines pompes connaissent des dysfonctionnements liés à leur usure normale. En fonction de leur ancienneté et de leur état elles sont soit réparées soit remplacées. L’AIEC avait investi et investi toujours dans des pompes de qualité. Lorsque leur âge ou leur rendement ne justifie plus leur réparation, souvent très coûteuse, nous procédons à l’achat de pompes neuves et performantes.

    Enfin, la capacité du château d’eau de Gros chêne (40 m³ à seulement 10 mètres de haut) pose problème : il n’a qu’une autonomie de moins d’une heure et ne permet pas de faire face à des déséquilibres entre production et distribution (sécheresse, surconsommations, accidents, …). De plus le faible temps de transit ne permet pas une chloration stable. Vu son âge avancé, 69 ans, il faut envisager de le remplacer. Une étude doit être menée afin de le remplacer par des réservoirs enterrés munis de surpresseurs conséquents ou par un château d’eau plus important (750 m³ à 30 mètres de haut). Le coût d’un tel ouvrage serait compris entre 1 et 2 millions d’euros.

    • Entretien des divers bâtiments du réseau

    Des travaux d’envergure sont initiés chaque année afin d’entretenir les 82 ouvrages du réseau (châssis, toitures, maçonneries, étanchéité, …). Un marché de réfection de maçonneries devra encore être lancé ainsi qu’un important chantier de réfection d’étanchéité de réservoirs (cuves).

    Outre ces travaux importants sous-traités, l’AIEC réalise l’entretien courant de ces bâtiments.

    Des clôtures doivent encore être installées autour des bâtiments. Un nouveau marché de pose de clôtures sera relancé.

    Après la réfection de la salle nouvellement acquise auprès de la commune, l’AIEC a prévu de rénover les vestiaires ainsi que le hall (grange) de stockage attenant. Un cahier des charges en vue de choisir un architecte sera présenté fin 2019 afin de réaliser ces travaux en 2020.

    Le petit bâtiment dédié à devenir un atelier d’électromécanique sera rénové par nos soins.

    A la suite de ces travaux l’ensemble de la cour devra être refait et des loges à matériaux seront aussi créées (2021).

    Un autre marché sera aussi lancé afin de protéger nos stockages d’eau (réservoirs enterrés, puits captages) contre de potentiels actes de malveillance (ventilations, regards, alarmes, …) 

    • Optimalisation de la gestion et de l’exploitation du réseau à distance

    La totalité des stations actives de l’AIEC sont maintenant connectées au siège de l’exploitation. Le suivi des différents ouvrages et des consommations peut donc s’opérer depuis un ordinateur central.

    Un logiciel adapté à l’AIEC et fait « sur mesure » permet depuis 2018 de suivre le réseau depuis des appareils distants du siège (ordinateurs, tablettes, smartphones). Le grand avantage de cet outil est qu’il permet aussi de gérer le réseau et de modifier à distance les paramètres d’exploitation des différents sites (fonctionnement des pompes, niveaux d’eau, …). Il permet également de suivre les différents taux de désinfectant (chlore) à différents points du réseau, les points de chloration sont en train d’être connectés à notre système informatique. Les électromécaniciens travaillent à implémenter sur le terrain d’autres stations de relevés et de mesures connectées.

    Les compteurs divisionnaires (villages, quartiers) seront remplacés par des débitmètres connectés. Leurs données (débits de nuit, débit instantané, …) pourront être accessible à tout moment depuis notre siège. Ceci nous permettra de mieux détecter les fuites et les tronçons concernés.

    • Personnel - organisation

    En matière de personnel, certains employés entrevoient déjà leur retraite méritée. Dans les cinq prochaines années les contremaîtres (Marc Marée 2024, Marc David 2024), un électromécanicien (sur deux) (Didier Kinard 2023), un technico-administratif (Christian Beghuin 2024) et la comptable (Claudine Burette 2023) se pensionneront. L’équipe devra leur trouver un successeur dans les délais les plus adaptés à leur remplacement.

    • Mise à jour de la cartographie

    Une formation nous a permis de mieux exploiter les logiciels de cartographie. Nous utilisons le logiciel libre QGis. Avant la pension des deux contremaitres et réglementairement pour 2024, la cartographie devra être optimale. Nous dessinons cette cartographie en 2D statique. Dans le futur elle pourra évoluer vers une représentation dynamique en temps réel… Du temps devra être dégagé pour cette tâche.

    Afin de peaufiner cette réalisation un GPS de précision devra âtre acquis.

    • Sécurité des données : Directives NIS et RGPD

    La mise en conformité du fonctionnement doit être adapté. Après avoir échappé aux certifications ISO, il semble désormais que les nouvelles impositions administratives nous obligent à y arriver. En effet, la réglementation générale sur la protection des données personnelles (RGPD) ainsi que la nouvelle imposition sur la protection des données informatiques (directive européenne N.I.S.) vont sans doute nous forcer à être accrédités ISO 9001 (fonctionnement) et ISO 27001 (sécurité informatique). Ce travail de taille demandera du temps au personnel administratif qui n’en dispose actuellement pas.

    • Compteurs abonnés

    Les compteurs intelligents font doucement leur apparition sur le marché. Leur coût est toujours assez élevé, +/- 100 €/pc et 5-10 €/an pour la connexion à distance. L’AIEC suit de près cette technologie qui nous permettrait de relever instantanément les index ou l’historique des consommations journalières de l’ensemble du réseau ou d’une partie de celui-ci pour une période donnée et de voir les anomalies (surconsommations, fuites, retours d’eau, compteur à sec, …). Ce système permettrait de facturer trimestriellement la consommation réelle des abonnés.

    D’autres types de compteurs intelligents font aussi leur apparition : les compteurs à prépaiement ou compteurs à budget. L’AIEC ne reçoit pas encore de demandes des usagers en ce sens mais ces appareillages pourraient soulager des personnes en difficultés de paiements, voire de permettre à certaines personnes d’apurer leurs dettes. Ce sont des compteurs équipés d’une vanne automatique et reliés à un lecteur de carte qui lorsque le solde devient insuffisant réduisent le débit au minimum et forcent ainsi l’usager à recharger sa carte (CPAS, AIEC, commune, …).

    • Réalisation et facturation des raccordements : terrassements et/ou sous-traitance

    En dehors du remplacement de canalisations qui s’est renforcé et se maintient, l’entretien du réseau a été délaissé ces dernières années : remplacement de vannes, de BI, de compteurs, … L’accent est mis sur cet aspect à présent mais le temps de travail reste le même. C’est la raison pour laquelle de nombreux raccordements sont sous-traités depuis près de 1 an.

    De plus les règlements et autorisations pour les terrassements en terrain public (voiries, accotements, …) se sont compliqués : Powalco, police, Clim, SPW, … Enfin, les mentalités s’individualisent et les personnes pour qui nous travaillons (abonnés) sont de plus en plus critiques et difficiles.

    Pour ces raisons, l’AIEC envisage de ne plus travailler dans le domaine privé, voire même public.

    Si cette disposition est déjà d’actualité dans d’autres sociétés de distribution, le rôle de « service public » s’en trouverait atteint. Sur base de cette réflexion et du coût de la sous-traitance il pourrait également être envisageable de recruter une équipe de terrassiers fontainiers et d’investir dans du nouveau matériel.

    En termes de devis et de facturation de la réalisation des raccordements l’AIEC réalise des devis au cas par cas ; c’est ainsi que nos prix peuvent varier du simple (raccordement en cave sans ouvrir la voirie) au triple (raccordement en traversée de voirie régionale). Un prix forfaitaire pour les raccordements des logements unifamiliaux pourrait être utilisé afin de mettre tous les habitants sur un même pied d’égalité. 

    • Réduction de l’impact environnemental et production d’énergie

    Les placements et les garanties des banques ne sont pas satisfaisants. Afin garantir l’argent placé en banque, des investissements pourraient être réalisés.

    Des pistes de réflexions avaient été lancées : achat d’immeubles (terrains, appartements, …), investissements énergétiques, remplacement d’infrastructures du réseau, … Ces deux dernières sont en phase de développement.

    L’autonomisation énergétique de l’AIEC permettrait d’investir de l’argent à court terme pour une rentabilité à long terme. Des sites de production d’énergie pourraient être implantés sur notre territoire, éolien et solaire principalement.

    En parallèle, une étude de réduction de la consommation énergétique doit être menée : isolation, performances moteurs, gestion des chauffages, récupération de chaleur, …

    En termes de réduction des émissions de gaz à effets de serre des énergies alternatives pourraient être implémentées : gaz naturel CNG, véhicules électriques, géothermie de l’eau souterraine, …

    Une étude de l’ULg débutera en ce sens dès que l’état des lieux des ouvrages de l’AIEC sera fait.

    • Sécurisation du réseau : garantir une fourniture d’eau en quantité et en qualité

    La sécurisation du réseau doit devenir une priorité : le manque d’eau se fait ressentir un peu plus chaque année et nos réservoirs ne sont pas assez sécurisés contre des actes de malveillance (cf. point 3).

    L’année 2019 a à nouveau été sensible en termes de volumes d’eau disponibles. En effet, une surconsommation constante a été constatée durant les épisodes très chauds de mai à août 2018, alors que la recharge hivernale est restée trop faible. Il semble de plus en plus important de se prémunir contre ce genre d’inconvénient climatique récurrent.

    Bien avant ces sécheresses, il paraissait important de trouver des points d’eau afin d’assurer un approvisionnement conséquent pour les zones de Noiseux et les zonings de Baillonville. Il s’agit de renforcer l’alimentation en eau du château d’eau de Gros-Chêne. Une prospection a été menée aux alentours de Mirlipinpin et de Gros-Chêne. Concluante en novembre 2018, elle l’était beaucoup moins en juillet 2019.

    Si un point de forage a été désigné (sourcier) à Moressée, celui-ci ne sera pas utilisé pour renforcer le réseau mais bien pour remplacer la source de ce village dont la protection n’est pas envisageable vu sa situation.

    Par contre un point d’eau a été mis en évidence par un sourcier en septembre 2019 alors que les nappes atteignent des niveaux historiquement bas. Ce point d’eau est annoncé à une profondeur de +/- 100 mètres pour un débit de +/- 25 m³/h à proximité de notre captage de Buzin (+/- 50 mètres). Avant d’envisager le forage un bureau d’hydrogéologues sera consulter pour tenter de confirmer cette nouvelle ressource.

    D’autres prospections pourraient également être initiées au niveau de la Calestienne en vue de s’autonomiser sur la zone de Hotton.

    • Entretien du parc informatique

    Le parc informatique a été renouvelé en 2019, nous attendions que les travaux de connexion du village de Scy à un internet rapide (fibres optiques) soient réalisés. Le serveur a été remplacé en 2017. Mis à part le renforcement de la sécurité informatique, nous n’envisageons pas d’investissements dans ce domaine.

     

    • Gestion des zones de protection des prises d’eau

    L’étude des zones de protection de toutes les ressources en eau de l’AIEC se termine. Il faut maintenant s’atteler à mettre en œuvre les plans d’actions établis.

    Divers permis d’environnement (anciennement permis d’exploiter) doivent être rédigés ou actualisés, puis être approuvés. La rédaction de ces documents demande beaucoup d’énergie. De plus des parcelles devront être acquises ; en effet l’AIEC doit être propriétaire des parcelles situées dans un rayon de 10 mètres autour des captages.

    • Mise à disposition de la nouvelle salle de réunion

    La nouvelle salle de réunion, ancienne salle du village à l’abandon, a été acquise auprès de la commune avec la condition de la mettre à disposition des habitants du village pour un prix modique.

    A ce jour nous ne l’avons pas encore louée car il manque certaines garanties ainsi que certaines installations. Des clôtures doivent encore être installées afin d’empêcher l’accès des visiteurs au reste de la cour. Un contrat d’assurance doit être construit. La gestion du matériel de l’AIEC doit être sécurisée (vidéoprojecteur, sono, vaisselle, etc.).

    La salle devrait pouvoir être louée en 2020 !

    • Et enfin distribuer l’eau au meilleur prix !

    Le prix actuel est de 2,15 €/m³ depuis 2012. Le moins cher de Wallonie…