Vie économique - Page 5

  • La ville de Dinant achète 15.000 masques qu'elle distribuera gratuitement aux Dinantais

    Le collège communal de Dinant a pris l'initiative, dans l'optique du déconfinement futur, d'acheter 15.000 masques en tissu qu'elle distribuera gratuitement à l'ensemble de la population dinantaise. La Ville de Dinant souhaite anticiper en toute indépendance les événements futurs, tout en se conformant aux annonces et consignes qui émaneront du Conseil National de Sécurité.
    Il s'agira de masques certifiés, dits "de confort", en tissu et lavables. Ils seront accompagnés d'une notice afin que chacun sache comment et dans quelles conditions utiliser le masque et puisse l'entretenir de manière optimale. 
     
    La Ville de Dinant pourrait être livrée de ces 15.000 masques durant la première quinzaine du mois de mai mais reste attentive à toute possibilité permettant d'obtenir ce type de masques plus rapidement encore.

     

  • Réouverture des jardineries et pépinières pas de précipitation et renseignez-vous

    Voici un communiqué de presse de la filière horticole ornementale. Bonne lecture !

    La filière horticole ornementale (pépiniéristes, horticulteurs et jardineries) est soulagée de pouvoir à nouveau accueillir ses clients à partir de ce samedi 18 avril. Le beau temps et le confinement incitent à travailler au jardin. Mais il ne faut pas se précipiter pour les plantes annuelles car des gelées sont encore possibles. De plus, il faut bien se renseigner avant de se mettre en route car certains commerces ouvrent plus tard ou pratiquent l’enlèvement sans contact.

    Les professionnels de l’horticulture se préparent à recevoir leurs clients dans les meilleures conditions de sécurité et avec une extrême prudence. Les espaces de vente doivent être adaptés pour respecter au mieux les règles sanitaires. Tous ne seront pas prêts pour ce samedi 18 avril. Certains vont continuer à faire des livraisons ou de l’enlèvement sans contact. D’autres ont adapté leurs horaires d’ouverture.

    Retrouvez  tous les renseignements sur chaque point de vente avant de vous mettre en route en cliquant sur 

    viewer?mid=1N50NggHmcmHERjXE7wh-RImLKjCN0_1K&hl=fr&ll=50.20146143921627%2C4.683147200000008&z=8

    Trop tôt pour les annuelles !

     
    Les horticulteurs et pépiniéristes peuvent vous conseiller au mieux pour réussir vos plantations. En effet, le beau temps actuel est trompeur. On peut déjà s’activer au jardin mais tant qu’il y a encore un risque de gel, il est trop tôt pour garnir ses balconnières avec des annuelles (géraniums, surfinias,..). Il est préférable d’attendre la mi-mai (après les Saints de Glace). Il en va de même pour les plants de légumes dans les potagers. Il est donc important de bien se faire conseiller par des spécialistes.

  • Adaptation du réseau TEC jusqu’au 3 mai suite au Covid 19

    Nouveau comité de presse du TEC. Bonne lecture !

    Suite à la prolongation des mesures de confinement annoncées hier par les autorités fédérales, l'exploitation des lignes continuera d'être assurée sur base des horaires établis pour les périodes de vacances scolaires pour l'ensemble du réseau TEC, du 20 avril au 3 mai. 

    Des lignes renforcées

    Pour permettre au personnel soignant de rejoindre son lieu de travail, les lignes vers les hôpitaux continueront, dans la mesure du possible, d’être renforcées. Certaines lignes plus fréquentées continueront également d’être dédoublées.

    Maintien des mesures de précaution et de distanciation

    Pour garantir la santé de ses collaborateurs et de ses clients, le TEC tient à rappeler que toutes les mesures de précaution et de distanciation sociale sont toujours d’application. 

    Pour rappel, le nombre de passagers à bord est limité. Les voyageurs doivent respecter une distance minimale de 1,5 mètre entre eux et  n'occuper qu'une banquette sur deux. Par conséquent, il est demandé aux voyageurs de ne plus monter à bord des véhicules si les limites suivantes sont atteintes :

    • 5 passagers maximum pour un bus standard ;
    • 12 passagers maximum pour un bus articulé ;
    • 15 passagers maximum pour un tram. 

    Si tel est le cas, et dans la mesure du possible, les véhicules afficheront le message "Complet".

    De plus, la montée à bord des bus TEC se fait uniquement par l’arrière. Bien que la validation ne soit temporairement plus obligatoire, les voyageurs doivent posséder un titre de transport valable lors de tout déplacement nécessaire. 

    Ces différentes mesures de précaution et de distanciation prises par le TEC sont consultables sur www.infotec.be.

    Place aux métiers prioritaires

    Compte tenu de ces limitations à bord des véhicules, le TEC en appelle au comportement civique de ses clients en leur rappelant que les bus/trams sont avant tout réservés aux métiers prioritaires.

    Le TEC vous accompagne

    Toutes les informations concernant l'état du réseau TEC sont disponibles sur le site www.infotec.be et sont régulièrement mises à jour. Pour se tenir informés, les voyageurs peuvent également envoyer un message sur la page Facebook @leTECofficiel.

  • Le TEC se mobilise pour ceux qui doivent rester mobiles, merci au personnel

    Voici, en intégral, le dernier communiqué de presse du TEC, bonne lecture et à méditer aussi !

    Par le biais de sa nouvelle campagne, diffusée sur les réseaux sociaux et sur les chaines télévisées, le TEC veut remercier toutes les personnes qui exercent un métier prioritaire, tout en rappelant que le transport en commun leur est réservé en ce moment. Trop de gens ne respectent pas encore cette consigne. 

    Pour ce faire, le TEC a donné la parole aux enfants de son personnel dont les parents exercent une fonction essentielle, qu’ils soient infirmier(e)s, médecins, pharmacien(ne)s, policiers/ères, travaillant dans le secteur de l’alimentation et, bien sûr, conducteurs/trices de bus.

    La situation que nous vivons actuellement est inédite et difficile. Pourtant, au TEC, nos conductrices et conducteurs répondent présents pour véhiculer les travailleurs qui doivent impérativement rester mobiles.

    "Pour rien au monde, je ne ferais autrement que de tout simplement faire mon boulot. Et c’est avec fierté que je le fais, même si j’éprouve aussi ce sentiment de frustration de ne pas pouvoir embarquer tout le monde à bord de mon bus. Vous savez, même si mon épouse et mes filles qui sont à la maison sont stressées pour moi, elles sont fières. Je vis bien cette situation parce que la majorité des gens que je rencontre, lors de mes trajets, sont agréables. Il y a énormément de gens qui nous disent merci et si ce n’est pas par la parole, c’est un pouce levé. C’est très gratifiant."
    Francis BOGAERT, conducteur de bus du dépôt de Genson.

    "Même si j’essaie de faire abstraction de la situation actuelle très difficile, je ne vais pas cacher que j’ai toujours un peu la 'boule au ventre' lorsque je prends mon service. Je pense également beaucoup à ma compagne qui est aussi en première ligne. J’essaye de faire appliquer le mieux possible les règles de distanciation sociale auprès de la clientèle. Si certaines personnes peuvent se montrer parfois récalcitrantes, en général, ces contraintes sont assez bien respectées. Nous recevons même parfois des compliments. Cela fait évidemment chaud au cœur et nous motive à continuer le service à la population.
    Kevin DEVOS, conducteur de bus du dépôt de Salzinnes/Bauce.

    "Quand il s'agit de conduire les passagers au travail ou pour des déplacements essentiels, je trouve ça très bien, ils ont besoin de nous et c'est pour ça que nous le faisons. On se sent utile."
    Johan BARBIOT, conducteur de bus du dépôt de La Louvière.

    "En tant que conducteur en région rurale, je n’ai pas trop d’appréhension, j’essaye de relativiser. Cependant, je ne minimise pas la situation et suis inquiet, comme tout un chacun, pour ma famille.
    Antoine JACOB, conducteur de bus du dépôt de Florenville.

    "Malgré la situation difficile qu'on vit actuellement, j'ai pris la décision de venir travailler pour effectuer ma mission de chauffeur et penser aux gens qui travaillent quotidiennement (infirmier, agent de sécurité...). Je suis un peu inquiet et effrayé surtout au niveau de la contamination, mais je pense que si on prend nos précautions convenablement et qu'on respecte les mesures sanitaires comme il faut, tout ira bien."
    Abdeljlil CHAKIR, conducteur de bus du dépôt de Baulers. 

    Le personnel des services techniques est lui aussi bien présent. Des centaines de mécaniciens réparent, préparent et entretiennent les véhicules au sein de nos ateliers afin que les bus et trams puissent sortir, tous les matins, des dépôts.

    "On a quelques craintes car on se défend contre quelque chose d'invisible. On doit faire beaucoup plus attention qu'avant, changer nos gestes et habitudes car certains, banals auparavant, peuvent maintenant être dangereux. J'ai aussi plus de mal, mais ça c'est dans mon caractère, à ne pas dire bonjour (rires). Malgré cela, on ressent une certaine complicité et une solidarité entre tous ceux qui sont sur le terrain. La solidarité est plus présente que jamais. Dans ce contexte difficile, on se sent aussi 'nécessaire', nécessaire pour maintenir un service minimum indispensable à certaines personnes mais aussi pour aider le personnel soignant à se déplacer. Dans mon métier, j'ai toujours été et je reste fier de pouvoir être utile à autrui." 
    Pascal MATON, adjoint contremaître (Services techniques) au dépôt de Mons.

    Tous ces travailleurs de première ligne peuvent compter sur le soutien de leurs collègues qui continuent, seuls sur leur lieu de travail ou confinés à domicile, de tout faire pour assurer le service au citoyen. Un immense merci à eux aussi.

  • Le Collège communal de Dinant travaille à une analyse précise d'aide aux commerçants et aux indépendants

    Voici un communiqué de presse de la ville de Dinant. Bonne lecture !

    Comme partout en Belgique, les commerçants et indépendants de Dinant sont particulièrement impactés par les mesures de confinement liées à la crise du coronavirus COVID-19. C’est pourquoi le collège communal de Dinant et l’administration travaillent à une analyse précise pour apporter l’aide la plus efficace aux commerçants et indépendants.

    Lors de sa séance du 8 avril, le collège communal de la Ville de Dinant avait inscrit à son ordre du jour la question de l’aide aux commerçants et indépendants douloureusement impactés par les mesures de confinement en cours.

    En préambule, après consultation de la direction financière, le collège s’est vu confirmer que les ressources actuellement disponibles au niveau du budget communal sont relativement limitées. Les fonds de réserve sont, dès à présent, destinés à des dépenses incompressibles et leur consommation à d’autres fins risqueraient de compromettre dangereusement l’équilibre financier de la commune, à court ou moyen terme.

    Le collège a néanmoins élaboré une méthodologie volontariste et transparente en trois temps, visant à définir et dégager les mesures d’aide les plus réalistes et adéquates :

    è Etape 1 : L’administration communale est chargée d’identifier précisément l’ensemble des règlements sur les taxes et redevances qui concernent spécifiquement les indépendants dont les activités ont cessé depuis la mi-mars. Les compensations prévues par le Gouvernement wallon et éventuellement par d’autres niveaux de pouvoir seront intégrées dans l’analyse.

    è Etape 2 : Sur cette base, une réunion commune des commissions du conseil communal chargées, d’une part des questions financières, et d’autre part, des questions économiques, est convoquée, dès la levée des mesures de confinement, afin de dégager des propositions globales, précises et adaptées. Celles-ci devront permettre de soulager les pertes des commerçants tout en sauvegardant les moyens financiers nécessaires à la redynamisation du commerce et du tissu économique locaux. L’ensemble du Conseil communal sera convié à participer à la réflexion lors de cette réunion.

    è Etape 3 : Des professionnels issus des secteurs les plus touchés par les mesures de confinement seront consultés pour valider les propositions issues du pouvoir communal

    Cette méthodologie, le collège communal en est convaincu, est seule capable de permettre une aide en adéquation tant avec les situations respectives des victimes économiques de la crise qu’avec la réalité des deniers de la commune et, donc, des Dinantaises et Dinantais dans leur ensemble.

  • La chocolaterie Sigoji à Ciney sera ouverte de jeudi à samedi

    DSC_0047.jpgBonne nouvelle pour les amateurs de bon chocolat artisanal, voici le petit communiqué de la boutique Sigoji (et photo prise à 10h et quelques):

    Nous sommes prêts pour vous accueillir en toute sécurité dans notre boutique de Ciney de 10h à 18h du jeudi 9 au samedi 11 avril  pour vos derniers achats de Pâques. Merci à Mr Van crombrugge de Ciney pour la livraison express de masques; à l'entreprise Schmitz de Ciney pour l'écran de protection plexi et à l'entreprise Immhm de Rochefort pour le désinfectant.

  • Suppression de deux taxes communales à Ciney

    Suite à la crise sanitaire, le Collège communal de la Ville de Ciney a décidé, ce 6 avril, de ne pas prélever,  pour l’entièreté de l'année 2020, la taxe sur les terrasses et la taxe de séjour sur les hébergements touristiques. L’objectif du Collège est d’apporter une bouffée d’oxygène au secteur horeca et au secteur touristique contraints de stopper leurs activités depuis le 14 mars. Le montant de ces deux taxes pour l’année 2020 avait été évalué à 25.500 euros par les services financiers de la Ville (taxe terrasses: 15.000 euros - taxe séjour : 10.500 euros).
    Cette position a pu être rapidement adoptée par le Collège grâce aux pouvoirs spéciaux qui lui ont été confiés. Cette décision sera proposée pour ratification au prochain Conseil communal.
    Le Collège évaluera prochainement l’opportunité de supprimer également les taxes sur les agences de paris et sur les dancings.

  • Havelange terre d'arbres avec Les Ambassadeurs ce samedi 28 mars sur la Une

    Une idée de sortie pour plus tard, même pour les Condruziens

    Lire la suite