Vie économique - Page 9

  • Visite du chantier de la zone humide du domaine provincial pour présenter les différentes phases du projet

    DSC_0963.jpgC’est en présence du député-président Jean-Marc Van Espen, de son collègue chargé de l’environnement et des travaux, Amaury Alexandre, des responsables du Domaine provincial de Chevetogne et des différents concepteurs et responsables provinciaux des travaux que s’est déroulée une visite de chantier (sous un beau soleil, heureusement !) et de présentation du chantier de la zone humide.

    DVC 1.jpgLa presse a ainsi pu prendre connaissance de l'avancement du projet et les différentes étapes et enjeux à venir. Plutôt que la pose d'une première pierre, on a pu participer davantage à une levée d’un peu de vase, comme l’a déclaré Jean-Marc Van Espen au premier moment presse dans les locaux du château.

    Philosophie du projet

    DSC_0972.jpgCe projet consiste en la restauration du fond de vallée et la reconstruction de la zone humide au confluent des ruisseaux du Mivau et du Molignat. En effet, l’intérêt que l’on porte actuellement aux aspects environnementaux et climatiques n’a pas toujours été la norme et certains aménagements réalisés dans les années 60 ont, parfois, altéré la physionomie et la diversité de nos milieux aquatiques.

    DSC_0978.jpgL’objectif de cet ambitieux projet est donc de restaurer cette nature, tant au niveau paysager qu’au niveau de la biodiversité. Anciennement, cette zone était réservée à l’espace caravaning (il accueillait sur 2,5 km entre 350 et 400 caravanes). Les 50 caravanes situées entre le chalet d’accueil et l’étang de retenue du Mivau ont été déplacées, en amont, hors de la zone inondable. Les tarmacs, affectés à l’époque à la circulation, ont été arrachés et recyclés.

    DVC (5).jpg

    Plus d’un million d’euros d’investissement !

    DSC_0965.jpgEn 2016, le Fond Européen FEADER lance un appel à projets portant sur la réhabilitation des milieux naturels endommagés. La Province de Namur remet un projet réalisé par l’équipe du Domaine qui comprend le déplacement des caravanes et la création d’une zone humide telle qu’elle existait à l’origine pour un coût estimé, pour la Province de Namur, de +/- 2 millions d’euros. Le projet sélectionné qui arrive en tête est retenu et fait l’objet d’un financement européen à 80% de la première phase de la zone humide estimée à 1.210.000€ soit un subside de 968.000€ :

    • 580.OOO € du Commissariat Général au Tourisme
    • 387.200 € du Fond FEADER.

    DSC_0984.jpg

    La deuxième phase du projet fait également l’objet de demandes de subventions régionales et les dossiers sont en cours d’instruction auprès, respectivement, du Commissariat Général au Tourisme et d’Infrasports.

    Trois phases des travaux jusqu’en 2022

    DSC_0970.jpg

    La première phase des travaux se concentre essentiellement sur :

    • Les travaux de réhabilitation des cours d’eau (reméandrage, création de zones de marnages, remise à ciel ouvert des parties de ruisseaux canalisées)
    • Les terrassements (déplacement des remblais effectués dans les années 70 et aménagement des abords) qui seraient terminés d’ici le début juillet. Les terres déplacées seront utilisées pour construire au fur et à mesure le futur Mont Fuji érigé entre le site du banc du nain géant et de l’esplanade. On peut déjà voir que des filets d’eau apparaissent déjà suite aux débuts de ces travaux !

      DSC_0969.jpg

    DVC (3).jpg

    • Le travail sur les voiries (correction de la courbe et abaissement de la voirie au niveau de l’eau
    • La création d’un sentier PMR (en complément des 5 km de promenade PMR autour des plans d’eau du Domaine).

    La deuxième phase du projet consistera en :

    • La création d’un pont et d’un sentier en caillebotis d’un km surplombant le plan d’eau et qui servira de zone d’observation privilégiée de l’écosystème environnant,
    • Un aménagement d’une zone de jeu et de psychomotricité à destination des enfants de moins de sept ans.

    DSC_0989.jpg

    La troisième et dernière phase du chantier verra le jour par :

    • La création d’une zone de pique-nique et de barbecue
    • La mise en place d’une sculpture représentant une nymphe au sein du plan d’eau. Elle devrait culminer à 8 m de hauteur et un système élèvera l’eau à son sommet pour faire à la vouivre de grands cheveux d’algues vivantes !

    DSC_0990.jpg

    Le futur pont

    DSC_0964.jpgEtienne Cellier a détaillé certains points du projet comme le pont sur lequel les véhicules passeront pour se rendre de l’entrée du domaine vers ses différents sites : tout le monde passe par cet endroit clé du domaine d’où l’on voit à gauche le début de l’étang sans le regarder ! C’est donc une volonté de modifier le paysage pour le redécouvrir ! La digue artificielle qui ferme aujourd’hui la vallée sera remplacée par un pont tout en légèreté qui décorsetera les deux ruisseaux pour leur rendre la liberté. Juste posé à une cinquantaine de cm au-dessus de la zone humide, il ralentira naturellement la circulation par la conduite prudente qu’il induira.

    DSC_0966.jpg

    DSC_0987.jpg

    A quoi vont servir les travaux ?

    DSC_0976.jpgIl faut savoir que les zones humides sont les biotopes les plus riches de nos environnements terrestres. Mais, ils sont aussi les plus exposés et les plus menacés et leurs fonctions sont nombreuses ! Détaillons les bénéfices escomptés de la mesure et des travaux réalisés de la zone humide :

    • Une fonction biologique avec un départ de la chaîne alimentaire avec des micro-organismes, des petits poissons, des batraciens, des insectes, … et la poursuite de l’installation des castors (ils ont déjà commencé à travailler dans la nouvelle zone humide), des poules d’eau, des aigrettes, ….

    DSC_0973.jpg

    • Une fonction hydrologique car la zone inondée (avant le Mivau et le Molignat ont été recouverts et canalisés) fera écran d’orage et bassin de sédimentation pour les terres charriées de l’amont
    • Une fonction touristique qui permettra de mieux mettre en contact l’homme avec la nature

    DSC_0975.jpg

    • Une fonction pédagogique et citoyenne car on se trouve à peu de distance des classes de forêts. Elle sera donc un observatoire privilégié du milieu lacustre pour les 3.000 enfants qui fréquentent ces classes

     

    • Une fonction sociale et culturelle dont notamment la future zone pique-nique et barbecue
    • Une fonction paysagère plus en adéquation avec tous les aménagements et modifications qu’ont connu le domaine

    DVC (6).jpg

  • 4 projets seront concrétisés via le Projet participatif de la ville de Ciney

    Le 12 septembre dernier, Anne Pirson, échevine de la Citoyenneté avait réuni la presse en vue de présenter le budget participatif dans son ensemble (engagement n°3 dans les 186 engagements de l’actuelle majorité) ainsi que toutes les informations qui permettront aux citoyens cinaciens (et autres, s’ils sont concernés de par leur métier ou leur implication dans une association cinacienne) de s’impliquer lors des différentes phases du projet.

    Au total, 4 projets ont été choisis parmi les 55 proposés par les citoyens (un peu plus de 400 personnes ont voté pour les différents projets). Ils rentrent dans l’enveloppe budgétaire prévue de 50.000 euros :

    • Aménagement d’un espace fleuri et de plantations mellifères au sein du village de Haid pour allier convivialité et biodiversité : Haid’ons la biodiversité et créons de la convivialité (24,5 % de voix récoltées). Budget de 10.000 euros.
    • Reconstruction du « pont de fer » sur l’Iwoigne (22,4 % de voix récoltées). Projet multiple de 5.000 euros qui permettra une nouvelle promenade en boucle à partir de Chevetogne pour réhabiliter un patrimoine disparu et améliorer la mobilité douce et le maillage intervillages.
    • Installations de composteurs collectifs (24,5 % de voix récoltées) en ville d’un budget de 20.000 euros. Cela permettra de créer du lien social tout en réduisant notre empreinte écologique.
    • Ciney autrefois et aujourd’hui (19,4 % de voix récoltées) qui fera vivre l’histoire de Ciney en imprimant d’anciennes cartes postales sur des bâches/toiles et en les exposant aux endroits équivalents aujourd’hui. Budget de 10.000 euros.
    • Le projet de lieu convivial à Ychippe qui n’a récolté que 9,3 % de voix n’a pas été retenu et ne sera pas réalisé car le solde des 4 premiers projets ne permet plus de le réaliser !

  • Tout savoir sur la Give Box installée au Centre Culturel de Ciney

    BEP Environnement et votre commune vous invitent à donner une seconde vie aux objets dont vous ne vous servez plus

    Lire la suite

  • Rapport annuel communal sur l’administration et la situation des affaires de la commune de Hamois pour l’année 2019

    La population à Hamois augmente à nouveau !

    Lire la suite

  • Fermeture avant le premier trimestre 2020 de toutes les banques à Havelange

    Réaction du Collège de Havelange !

    Lire la suite

  • Grâce à Technobel le numérique au service du Domaine provincial de Chevetogne

    Chaque année, à pareille époque, Technobel agite le branle-bas de combat durant la Play- Zone. Atelier pratique pluridisciplinaire, la Play-Zone lance des défis aux étudiants demandeurs d’emploi qui fréquentent le Centre Technobel. Cette année, 4 prototypes numériques fonctionnels au service du tourisme devaient voir le jour au bout de 25 jours d’exercices !

    Une journée pour tout découvrir !

    L’année de Technobel se clôturerait ce 20 décembre par la présentation des projets réalisés durant la Play-Zone. L’occasion pour tous les partenaires du Centre de venir découvrir les prototypes créés et de challenger les étudiants sur leurs réalisations.
    Etaient également invitées à cette journée de clôture, de nombreuses entreprises en recherche de nouveaux collaborateurs. C’était l’occasion pour elles de rencontrer sur le terrain et lors de « speed meeting » des candidats formés aux nouvelles technologies et prêts à intégrer le marché de l’emploi !

    Un atelier qui décloisonne les filières de formation

    Tradition oblige, la Play-Zone s’inscrit chaque année dans un contexte particulier. Cette année, c’est le thème du tourisme qui a été retenu. L’objectif pour les participants était de proposer des prototypes fonctionnels qui aideront les équipes et visiteurs du Domaine provincial de Chevetogne. Quatre projets particuliers ont ainsi été réalisés durant la Play-Zone 2019:

    • Une application pour les visiteurs
    Celle-ci permettra des recommandations d’ itinéraires en fonction de la situation et des envies des visiteurs (enfants en bas âge, distances à parcourir, dénivelés...).

    • Une application de localisation du train dans le parc
    De nombreux visiteurs utilisent le petit train pour se rendre aux différents endroits stratégiques que propose le Domaine de Chevetogne. Cependant, il est aujourd’hui difficile pour les visiteurs de connaitre à l’avance sa position exacte. Cette application devra répondre à cette problématique afin d’optimiser l’utilisation du train.

    • Une collecte d’informations "environnementales"
    Le Domaine de Chevetogne est une véritable réserve naturelle. Les équipes du parc souhaitent peaufiner leurs connaissances de la faune et de la flore du Domaine au travers d’une solution connectée.

    • Une gestion en temps réel de la fréquentation de la piscine
    Durant l’été, la piscine en plein air du Domaine est très régulièrement prise d’assaut par les visiteurs en quête de fraicheur. Sa fréquentation y est telle que les équipes du parc rencontrent des difficultés à y contrôler les accès. Ici aussi, le numérique peut apporter des solutions.

    Après les traditionnels discours de circonstance, les participants à la journée de clôture ont pu présenter et découvrir les différents projets réalisés durant ces 25 jours de défis. « C’est aussi l’occasion pour nos participants de rencontrer les professionnels du métier et de défendre leurs nouvelles compétences devant des employeurs sur base de réalisations concrètes » explique Hervé DOCQ, directeur de Technobel. Pierre, l’un des participants de l’atelier, ajoute par ailleurs : « avoir un avis extérieur sur notre travail est très enrichissant et complète sans aucun doute notre formation » !

  • Signature du 4e programme d’actions 2020-2022 du contrat de rivière pour la Lesse au domaine provincial de Chevetogne

    DSC_0527.jpgTous les partenaires du Contrat de Rivière pour la Lesse ont décidé de renouveler leur engagement, et de signer pour une quatrième période de trois ans. Ce quatrième programme d’actions contient 615 actions, préventives ou curatives, destinées à améliorer ou maintenir la qualité de l’eau de cette belle vallée. Cette signature s’est déroulée dans le château du domaine de Chevetogne en présence des représentants des 19 communes des provinces de Namur et Luxembourg concernées (Beauraing, Bièvre, Bertrix, Ciney, Daverdisse, Dinant, Gedinne, Houyet, Libin, Libramont-Chevigny, Marche-en-Famenne, Nassogne, Paliseul, Rendeux, Rochefort, Saint-Hubert, Tellin, Tenneville et Wellin) ainsi que des administrations régionales, provinciales et communales, intercommunales, associations naturalistes, sportives, pêcheurs, entreprises, agriculteurs, riverains, tous concernés par le sous-bassin hydrographique de la Lesse.

    DSC_0534.jpg

    DSC_0508.jpgAvant la partie protocolaire, les discours et les signatures, l’équipe du Domaine provincial de Chevetogne a présenté plusieurs sites emblématiques : la future zone humide touristique de médiatisation, la zone humide du castor, l’Himalayan Glade, sentier panoramique, le pont Palladien et l’échelle à poissons. Les conditions climatiques particulièrement avantageuses ont permis à chacun de découvrir le Domaine, presqu’à pied sec et sous une très belle lumière automnale.

    Jean-Marc Gaspard, échevin du patrimoine de la commune de Ciney a d’abord rappelé l’historique du château et le rachat du domaine par la province de Namur en 1969 et qu’un contrat de rivière regroupait tous les usagers de l’eau avec pour objectif d’améliorer la qualité des ressources en eau dans le sous-bassin hydrographique de la Lesse, par une gestion concertée, chacun dans le cadre de ses responsabilités.

    DSC_0529.jpgIl a ensuite évoqué le cas de sa commune : Ciney a le privilège de compter et d’être partenaire de 2 contrats de rivière, la Haute Meuse et la Lesse, la crête de Pessoux-Leignon séparant les 2 bassins. Il a aussi mis en évidence quelques actions entreprises : la sensibilisation actives des camps de jeunes au respect des bonnes pratiques environnementales, les campagnes de destruction de la berce du Caucase et la participation de l’école de Chevetogne au projet saumons en classe. Concernant le nouveau protocole d’accord, Ciney va insister sur la communication concernant la protection des cours d’eau et les plantes invasives et poursuivre l’opération Communes et Rivières propres avec Be Wapp.

    DSC_0531.jpgAugustin Smaus a rappelé que les contrats de rivière existaient depuis 30 ans et que celui de la Lesse a été créé en 2006 : les 14 contrats de rivière couvrent 91% du territoire wallon. Il a mis en évidence l’action des citoyens concernant la thématique des déchets dans et autour des rivières qui permettent une augmentation significative de la qualité des eaux.

     

    DSC_0532.jpgPour Bruno Belvaux, directeur du Domaine de Chevetogne: « c’est normal que l’on vous accueille ici, vous êtes ici chez vous, c’est votre argent ! Tout le monde est là pour faire de son mieux. Merci à Vinciane et à Angélique. Aujourd’hui, il fait beau, au lieu de dire on reviendra au domaine lorsqu’il fera encore beau, ne dites, pas, s’il pleut, merde, car, heureusement qu’il puisse pleuvoir ici, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il y ait du brouillard, vous découvrirez le domaine sous un aspect nouveau et intéressant !»

    DSC_0535.jpgAvant la signature de chacun, Jean-Pol Lejeune, échevin à Rochefort et président de l’ASBL « Contrat de rivière de la Lesse » depuis le 15 septembre 2017 a rappelé les grandes lignes de son existence, que 60 % des actions sont réalisées ou sont en cours et que pas moins de 40 associations locales sont actives sur le sous-bassin de la Lesse (1.930 km de cours d’eau !). Pour le nouveau contrat, 615 actions ont été inscrites dont une partie concerne la sensibilisation de toutes et tous !

    DSC_0505.jpg

    Quels sont les engagements pris par les partenaires du Contrat de rivière ?

    • Chaque partenaire soussigné s’engage à participer à l’échelon local, en fonction de ses possibilités humaines, techniques et financières, à la préservation des ressources en eau par une gestion intégrée, globale et concertée à l’échelle du sous-bassin hydrographique.
    • Chaque partenaire soussigné s’engage à tout mettre en œuvre, dans les limites de ses compétences et de ses responsabilités, pour réaliser les actions qu’il a approuvées et de prévoir les budgets nécessaires dans les délais fixés.
    • Chaque partenaire soussigné s’engage à privilégier les solutions concertées, à partager ses compétences, à participer dans la mesure du possible à la mise à jour de l’inventaire, aux réunions de travail, et à diffuser largement les actions d’information et de sensibilisation.
    • Le Contrat de rivière reste ouvert à toutes nouvelles propositions d’actions qui contribueraient à la réalisation de ses objectifs.

    DSC_0526.jpg

    Quelques exemples d’actions sur le terrain :

    • Sensibiliser les riverains à ne pas déposer des déchets organiques sur les berges
    • Organiser la lutte contre l’invasion de certaines plantes exotiques
    • Remédier à certains obstacles à la circulation des poissons
    • Élever des œufs de saumons atlantiques dans un aquarium dans une école primaire
    • Organiser les Journées Wallonnes de l’Eau
    • Collaborer à Be Wapp
    • Remettre en valeur des éléments de patrimoine lié à l’eau
    • Restaurer des passerelles
    • Réaliser des indices biotiques pour évaluer la qualité biologique de l’eau
    • Inventorier les mulettes épaisses
    • Placer des plaquettes « Ici commence la mer » à côté des avaloirs
    • Faire clôturer les ruisseaux dans les prairies pâturées
    • Sensibilisation via des animations dans les écoles/plaines de jeux et lors de manifestations

    Pour voir 34 photos prises lors de la balade à pied dans le domaine et lors de la partie officielle, il suffit de cliquer sur https://ciney.blogs.sudinfo.be/album/contrat-riviere-lesse/

  • Appel aux bénévoles intéressés par une formation sur les techniques de restauration d’une maçonnerie de pierre sèche à Crupet

    Le but sera de restaurer le mur de l'ancien presbytère de Crupet ! La formation est gratuite !

    Lire la suite