Vie politique - Page 17

  • Marie-Christine Carpentier remplace Christine de Pret au conseil communal de Ciney

    logo cdh(1).jpgVoici un communiqué de presse envoyé ce mercredi matin par Mutien-Marie Gilmard, président de la section de Ciney du CDH
     
    Après avoir, avec regret, acté la démission de Madame de Pret comme conseillère communale et avoir bien compris les raisons de santé qui ont motivé cette décision,
    la section cinacienne du CDH tient à lui adresser ses remerciements pour son engagement politique à Ciney au service des citoyens. Le groupe tient à souligner
    son ardeur à défendre opiniâtrement la ville et ses habitants dans les différents dossiers ou situations où elle a été amenée à s'investir.
     
    Le CDH entend bien, également, les raisons qui poussent Monsieur Rudy Dewez et Mademoiselle Amélie del Forno à ne pas souhaiter lui succéder.
    Trop soucieux de vouloir apporter le meilleur à la cause publique, ils ont conscience que leur emploi du temps lié aux obligations professionnelles pour l'un, 
    aux exigences estudiantines pour l'autre, ne leur permettrait pas de s'investir efficacement dans une fonction de conseiller.

    inconnu.jpg

     
    Madame Marie-Christine Carpentier assumera donc cette tâche avec la rigueur et l'impartialité qu'on lui connaît. Directrice d'école, elle privilégiera tout ce qui concerne les aspects sociaux de la fonction qu'elle occupera. Le CDH apprécie la cohérence de ce choix en lien avec son activité professionnelle.
    Par ailleurs, ses mandats précédents, que ce soit au CPAS ou à l'ALE (où elle siège toujours) montrent à souhait combien elle connaît la réalité sociale de la ville 
    et combien ses interventions et ses actions sont judicieuses dans le domaine.
     
    De tout cœur les membres de la section lui souhaitent bon succès au sein de l'équipe des conseillers du CDH,
    soucieuse d'un travail positif et constructif, même s'il doit parfois être critique, dans les débats du conseil communal.
  • ABSTENTIONNISME et EURO-SCEPTICISME seront évoqués ce soir sur MaTélé

    Isabelle Martiat de Matélé a choisi d'interviewer Jean-Luc Lefèvre d'Emptinne pour convaincre les euro-sceptiques d’aller voter.

    Lire la suite

  • Tous les candidats pour le 25 mai pour la circonscription de Dinant-Philippeville

    Unknown-1.jpegLe dimanche 25 mai, nous votons pour élire nos représentants à l'Europe, à la Chambre et à la Région. Voici les 3 bulletins de vote que vous recevrez dès 8h du matin jusqu'à 14h.

    D'abord pour l'élection du Parlement Wallon pour la CIRCONSCRIPTION ELECTORALE DE DINANT-PHILIPPEVILLE. ELECTION DE 4 MEMBRES DU PARLEMENT WALLON. 

    Vous pouvez aussi cliquer sur E_Y_Dinant_91034-IBZ.pdf pour le télécharger 

     

    E_Y_Dinant_91034-IBZ.jpg 

    Ensuite pour la CIRCONSCRIPTION ELECTORALE DE NAMUR 25 MAI 2014 Election de 6 représentants à la Chambre. Vous pouvez cliquer sur 14-42880-00_p-stembiljet-NAMUR_kamer.pdf  pour le télécharger

    14-42880-00_p-stembiljet-NAMUR_kamer.jpg

    Et, enfin, pour l'ELECTION DU PARLEMENT EUROPEENDU25MAI2014CIRCONSCRIPTIONELECTORALEWALLONNE. Vous pouvez cliquer sur UE_bulletin_Namur_F.pdf  pour le télécharger.

    UE_bulletin_Namur_F.jpg

     
  • Débat politique animé à Schaltin pour défendre le secteur du handicap en Région wallonne

    DSC_0001.JPGA la demande des fédérations patronales du secteur du handicap en Wallonie, la FISSAAAAJ (Fédération des Institutions et Services Spécialisés d’Aide aux Adultes er aux Jeunes) et l’UFFIPRAH (Union des Fédérations francophones d’Institutions de Protection de la Jeunesse et l’Aide aux Handicapés), une séance débat s’est déroulée ce lundi matin dans les locaux de l’Institut de Schaltin, commune de Hamois. Les 4 personnalités politiques invités étaient Jean- Marc Delizée, pour le PS, Benoît Dispa, pour le CDH,  Patrick Dupriez, pour Ecolo et Valérie Warzée- Caverenne, pour le MR.

    DSC_0003.JPG

    DSC_0002.JPGAprès une présentation de l’Institut de Schaltin par Jean-Marie Paggen, directeur de l’IMP de Schaltin, Pascal Henry, président de la FISSAAAAJ et de l’Institut de Schaltin était particulièrement content que quasi tous les services de la province de Namur représentant l’AWIPH étaient présents et rappelant que l’Institut était l’un des opérateurs économiques importants de la commune de Hamois, en étant le 2e employeur après l’administration communale : «nous proposons notre cahier des charges à ceux, qui, demain, composeront le gouvernement wallon ou seront dans l’opposition. Nous étions descendus dans la rue l’an dernier car on nous avait annoncé des réductions pour 2014 mai, finalement satisfaction de notre part car l’ensemble du budget de l’AWIPH a été préservé. Nous craignons pour 2015 et les années suivantes que nos moyens soient réduits alors que nos demandes augmentent !

    DSC_0010.JPGDaniel Thérasse, président de la FISSAAAAJ, a ensuite présenté un résumé du mémorandum présenté par la FISSAAAAJ et l’UFFIPRAH, qui représentent la quasi-totalité des services relevant de l’AWIPH et unissent leurs forces pour défendre le secteur du handicap en Région wallonne. Il faut savoir que près de 500 services sont agréées et subventionnés par l’AWIPH, pour plus de 17.000 bénéficiaires grâce à 20.000 travailleurs. A ces chiffres, il faut ajouter les services disposant d’une autorisation de prise en charge, près de 6.000 bénéficiaires étrangers et plus de 5.000 travailleurs les prenant en charge. Si la mission des 2 fédérations est d’assurer le bien-être des personnes en situation de handicap, leurs valeurs sont : l’égalité de traitement (une juste subsidiation), l’intégration des personnes (pas de définancement) et des réponses adaptées aux besoins (refinancement). Les priorités absolues de 2 fédérations sont une subvention des frais de fonctionnement à hauteur de la situation réelle, priorité peu rencontrée depuis 2000, la revalorisation des fonctions à responsabilités et la prise en compte de tous les travailleurs dans d’éventuels futurs accords sociaux y compris les emplois liés à la prise en charge de personnes handicapées étrangères. Parmi les autres demandes, épinglons la simplification administrative pour les services et les bénéficiaires, l’adaptation des différentes réglementations aux réalités des services, une place adéquate du secteur dans le futur Organisme d’Intérêt Public (en un mot, concerter, ce n’est pas seulement se rencontrer, il faut avoir des négociations entre les partis).

    DSC_0005.JPG

    DSC_0004.JPGQuestions thématiques aux mandataires politiques (chacun avait 4 minutes pour répondre aux 4 questions). Débat animé et arbitré par Pascal Henry

    1. «Quelles sont vos priorités pour le secteur du handicap ? Quelles mesures allez-vous mettre en œuvre afin de répondre aux besoins ? »

    Pour Patrick Dupriez, «l’aspect financier est important. Je demande une réflexion plus large par tous les services pour rechercher des moyens financiers. Avec la réforme de l’Etat, il faut revoir la réforme à l’emploi. »

     

    DSC_0007.jpgPour Jean- Marc Delizée, « ce mémorandum est un bon point de départ pour une réflexion. Je salue le travail d’Eliane Tillieux. Un mot clef : l’inclusion »

    Pour Valérie Warzée- Caverenne, «il faut lier la réforme de l’Etat et l’augmentation du nombre de personnes handicapés »

    Pour Benoît Dispa, «une société s’évalue aux soins qu’elle apporte aux personnes handicapées. L’assurance autonomie et une réflexion sur l’habitat font parties des mesures à prendre »

         2. « Depuis quelques années, le secteur diversifie l’offre de service. Quelle est votre vision de cette évolution ? »

    Pour Jean- Marc Delizée, «il faut trouver une meilleure utilisation des deniers publics et être créatif pour de nouveaux moyens »

    DSC_0008.jpgPour Valérie Warzée- Caverenne, «un budget d’assistance personnelle suivant les besoins à lui conférer »

    Pour Benoît Dispa, «si on réduit la fiscalité, on réduit l’aide que l’on peut apporter ! C’est un choix de société. Importance des services d’accompagnement »

     

    DSC_0006.jpgPour Patrick Dupriez, «la diversité d’accompagnement possible. Un lien avec les familles d’accompagnement et l’environnement. Investir aujourd’hui permet d’économiser demain ! »

        3. « Une certains marchandisation est en marche dans le secteur. Quelle est votre vision à ce sujet ? » On craint que demain les services soient organisés sur 2 vitesses !

    Pour Valérie Warzée- Caverenne, «la réforme fiscale est une politique à appliquer à petits pas. L’augmentation des besoins rencontrés ne peut être rencontrée ! Pas de commercialisation du secteur mais pas fermer la porte à des partenaires privés. »

    Pour Benoît Dispa, «l’AWIPH a échappé à la diminution des aides. Il faut tout faire pour fermer la porte aux risques contre toute forme de dualisation. »

    Pour Patrick Dupriez, «une politique de solidarité est à appliquer »

    Pour Jean- Marc Delizée, «nous devons choisir entre une société plus juste et solidaire ou une société où règne l’argent ! »

          4. « Quelle va être la place du secteur et des fédérations dans le cadre du transfert de compétences et de la mise en place de l’O.I.P. Quelles garanties pouvez-vous nous donner quant au maintien du budget et des emplois ? »

    DSC_0009.jpgPour Benoît Dispa, «elle suscite des inquiétudes mais c’est une opportunité de repenser nos mécanismes de gestion du secteur. Cogestion. Elle doit reposer sur un pluralisme d’acteurs. »

    Pour Patrick Dupriez, «Regret que le non-marchand ne soit pas présent dans le plan Marshall 2022. L’O.I.P. doit être créé avec les acteurs de terrain »

    Pour Jean- Marc Delizée, «pas d’inquiétude à court terme. C’est une opportunité de réfléchir à une nouvelle cohérence en fonction des nouveaux défis de notre société. »

    Pour Valérie Warzée- Caverenne, «continuons à faire ce qui se passe au sein de l’AWIPH. C’est une opportunité pour faire de nouvelles politiques. »

  • La majorité à Ciney annule le projet de village à Haid

    images.jpegVoici le communiqué de presse envoyé par Eric Dumont, le trésorier du comité des fêtes de Haid.

    « Le Comité des fêtes de Haid attend depuis trois ans, la mise en œuvre de la fiche projet n°1 du Programme Communal de Développement Rural de Ciney. Hors le projet de la construction de la maison de village semble être remis en cause et ce sans débat contradictoire. La Participation Citoyenne est bafouée. Nous avons écrit une lettre aux Conseillers dans l’opposition, que je joins à ce courriel, afin de créer le débat.  Nous sommes décidés à obtenir un dialogue avec l’opposant unique déclaré dans cette histoire. Nous ne sommes cependant pas dupes et nous savons que l’opposition est tout aussi d’un niveau politique. C’est difficile pour un citoyen de comprendre cela car il y a trois ans, tous ont applaudi des deux mains lors de la clôture d’un travail entamé huit ans auparavant par la population. » Suite à la décision du Collège, une pétition circule dans le village.

    images-1.jpegLe projet de salle, évalué à 686.000 euros était subsidié par la Région pour 493.000 euros, comme dans tout programme de développement rural.

    Réactions

    -       pour Géraldine Desille, échevine, «on s’est rendu compte que la Maison de village à Haid n’était pas une priorité pour les habitants ! » affirmation contestée par Eric Dumont. Apparemment, le Collège envisage de revendre le terrain pour un montant supérieur aux indemnités !

    -       Anne-Marie Camus et François Bouchat interrogeront le Collège à ce sujet lors du prochain conseil communal

    -       Patrick Dupriez a déposé ce jour une question écrite à Monsieur Carlo Di Antonio, en charge notamment de la ruralité. Là voici :

    Monsieur le Ministre,

    En 2012, vous avez marqué votre approbation à l'égard de la première fiche projet du Programme Communal de Développement Rural adopté par la commune de Ciney relative à la construction d'une maison de village et de l'aménagement du centre de Haid.

    Ce projet comprenant, d'une part, la création d'un lieu de rencontre (type salle de village) permettant le développement d'activités et d'animation de village, d'autre part, la réalisation d'aménagement de l'espace public dans Haid dans le but d'améliorer le cadre de vie du village.

    La convention et l'engagement budgétaire d'environ 550.000 euros que vous avez signé pour la phase 1 comprenait l'aménagement d'une grande salle polyvalente, d'un bar, d'une cuisine équipée, d'un espace sanitaire, d'un réserve, d'un espace polyvalent, d'un locale NTIC avec 3 postes de travail, et l'aménagement des abords.

    Dans le respect de cette convention, il s'agirait de mettre en oeuvre ce premier dossier approuvé lors du Conseil communal du 24 janvier 2011.

    Or, le 16 avril dernier, le Collège communal de Ciney annonçait renoncer à ce projet. Cette décision a été prise sans information ou concertation préalable, ni avec les membres de la CLDR, ni avec les habitants du village de Haid... Choqués tant par le fond que par la forme de cette décision du Collège communal d'abandonner le projet, un certains nombre de ces derniers ont lancé une pétition pour s'y opposer.

    Monsieur le Ministre, étant donné que ce projet à été retenu comme prioritaire, puisque faisant l'objet de la fiche 1 du PCDR de la Commune de Ciney, et que les dynamiques de développement rural impliquent fondamentalement la participation de citoyens, pouvez- vous me dire :

    - si vous avez été informé de la décision du Collège communal de Ciney ? - quelles sont les conséquences potentielles d'une telle décision par rapport à la poursuite du PCDR de la commune de Ciney ? - de quelle façon une commune peut-elle, le cas échéant, modifier son programme de développement rural ?

    Extrait du registre du conseil communal du 24 janvier 2011

    LE CONSEIL COMMUNAL :

    Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation;

    Vu le décret du 6 juin 1991 relatif au développement rural, prévoyant à l'article 2 l'octroi de subventions pour des actions de développement et à l'article 12 leurs modalités d'octroi par convention;

    Vu l'arrêté du Gouvernement wallon du 20 novembre 1991 portant exécution dudit décret;

    Vu la délibération du Conseil Communal du 30 mai 2005 de réaliser un Programme Communal de Développement Rural;

    Vu la délibération du Conseil Communal du 18 décembre 2006 de créer une Commission Locale de Développement Rural;

    Vu la délibération du Conseil Communal du 21 mai 2007d'arrêter la composition de la Commission Locale de Développement Rural et désignant ses membres;

    Considérant qu'il y a lieu d'envisager au plus tôt l'exécution des projets repris dans le projet de PCDR

    Vu l'approbation du PCDR par la CLDR en sa séance plénière du 10 janvier 2011;

    Considérant la volonté de la CLDR de présenter comme premier projet, celui concernant la création d'une maison de village et l'aménagement du centre de Haid;

    DECIDE :

    Art 1: de solliciter auprès du ministre compétent une première demande de convention en développement rural reprenant le projet suivant:

    Fiche 1: construction d'une maison de village et aménagement du centre de Haid.

    Ce projet consiste d'une part en la création d'un lieu de rencontre (type salle de village) pour les habitants permettant ainsi le développement d'activités de quartier et l'animation du village.  D'autre part, le projet porte sur la réalisation d'aménagement public dans Haid permettant d'améliorer le cadre de vie du village.

    Ainsi délibéré en séance les jour, mois et an que dessus.

    PAR LE CONSEIL,

    Le Secrétaire Communal,                                                                                                         Le Président,

    Marc BAURAIND                                                                                                                           Guy MILCAMPS

    Lettre adressée aux conseillers communaux

    Si vous voulez lire la lettre envoyée aux conseillers communaux, cliquez sur : Image Lettre aux Conseillers communaux - PCDR - Projet de Haid.docx

     

    Pour voir le reportage réalisé par Matélé sur le sujet, (une pétition circule dans le village de Haid : des habitants s'opposent à la décision du collège communal de Ciney qui abandonne le projet de maison du village) cliquez sur la-nouvelle-maison-de-village-de-haid-se-fera-t-elle#.U1DF-VxEoQc

  • Le gouvernement fédéral valide la construction d’un nouveau Palais de Justice à Dinant

    Illu-Palais8.jpgLa Ville de Dinant vient d’apprendre avec joie ce vendredi la décision du gouvernement fédéral de valider la construction d’un nouveau complexe destiné à accueillir la Justice et les Finances à Bouvignes-Dinant. Une décision qui met un terme à de longues années de procédure.

    Les autorités dinantaises saluent la décision du gouvernement fédéral et remercient la Régie des Bâtiments, qui n’a eu de cesse de gérer ce dossier dans des conditions difficiles, ainsi que les parlementaires régionaux qui se sont impliqués dans ce dossier.

    Illu-Palais2.jpg

    « La construction de ce nouveau complexe constitue une pièce maitresse dans le redéploiement des activités publiques présentes sur le territoire de la ville de Dinant », se réjouit le bourgmestre de Dinant Richard Fournaux. « Ces nouveaux bâtiments permettront d’améliorer considérablement les conditions de travail du personnel employé dans les services de la Justice et des Finances et également d’assurer un bien meilleur service aux citoyens de l’arrondissement Dinant-Philippeville. »

    Illu-Palais3.jpg

    Cette décision valide par conséquent le projet urbanistique réalisé par la Régie des Bâtiments et les cabinets d’architecture AUPA, CERAU et l’Atelier d’architecture de Genval. Un projet qui ajoutera une plus-value incontestable au paysage urbanistique dinantais.

    Illu-Palais7.jpg

    Suite à cette décision, les autorités dinantaises vont pouvoir entamer avec la Régie des Bâtiments les discussions concernant le bâtiment qui abrite aujourd’hui le Palais de Justice

  • Interdiction de porte-à-porte pour Arc-en-Ciel à Ciney, le cdh interpelle !

    Unknown-1.jpegLors du dernier conseil communal, le CDH (par la voix de Laurence Daffe) a interpelé les membres de la majorité au sujet de l’interdiction qu’ils ont  imposée aux mouvements de jeunesse de Ciney de pratiquer  le traditionnel porte- à- porte en vue de récolter des vivres pour l’opération Arc-en-Ciel.

    La conseillère a rappelé que cette opération existait en Belgique depuis 60ans (à Ciney depuis 36 ans), que son fonctionnement était irréprochable, et qu’une partie non négligeable de la récolte était attribuée aux enfants de l’institution cinacienne Dunes et Bruyères.  ‘Il est plus facile de leur remettre un chèque et de se faire photographier par la presse locale’ a- t-elle ajouté.

    Unknown-2.jpegElle a ensuite interrogé sur les motifs de ce refus.  Lassitude ? ‘ Une partie de la  population cinacienne est peut-être lassée par le porte-à –poret’, dit-elle, ‘ faut-il pour autant ignorer l’autre partie de la population qui attendait le passage des enfants’ ?  Sécurité ?’ Il faudrait alors interdire la démarche à d’autres, et notamment aux politiciens !!!’

    Elle a enfin fait remarquer que cette action  était un exemple de l’intergénérationnel (qu’essaie de mettre en place la majorité elle-même !), et de la citoyenneté solidaire qu’essaient de développer les éducateurs.  

    Elle a clôturé son intervention en déplorant le fait que Ciney perdait petit à petit son statut de ville accueillante. 

    Unknown.jpeg

  • 9 communes du Condroz namurois et liégeois réunies à Hamois pour évoquer les dynamiques locales des aînés

    DSC_0001.JPGCe mardi matin, à l’initiative de l’équipe Condroz de la Fondation Rurale de Wallonie, une rencontre et un échange entre communes sur les dynamiques locales envers les aînés s’est déroulée dans les locaux de l’OCTC de Hamois. Cette commune avait été choisie vu qu’elle s’est dotée depuis 2007 d’un Conseil Communal Consultatif des Aînés, dont des membres ont pu témoigner de leur expérience.

    Le vieillissement de la population va en croissant. Ce qui pose des problèmes financiers, des conséquences en terme de la mobilité er de la gestion de l’espace. Pour la FRW, les communes rurales ne sont pas outillées au niveau des services, du logement, de l’accès à des logements adaptés, à la fracture numérique des aînés, à une mobilité adaptée et à une évolution économique en expansion pour les nouveaux retraités.

    DSC_0002.JPG

    Etaient présents ce mardi matin à l’OCTC de Hamois :

    -       pour Hamois : Françoise Dawance, échevine, Michel Hubert, président du CCCA, Gilbert Cellier et André Fortemaison, membres

    -       pour Havelange : Annick Duchêne, présidente CPAS et Vinciane Baudouin, future animatrice CCCA

    -       pour Ohey : Dany Dubois, présidente CPAS et Françoise Ropson, chargée du Groupe de Travail des Aînés

    -       pour Modave : Suzanne de la Haye, présidente CCCA

    -       pour Clavier : Isabelle Garroy, animatrice CCCA

    -       pour Tinlot : Karin Borremas, chargée de la mise en place d’une commission des aînés

    -       pour Comblain-au-Pont : Frédéric Tollet

    -       pour Ferrières : Laure Palange, présidente CPAS, dynamique des aînés en construction

    -       pour Assesse : Véronique Cornette, CAIAC et Philippe Stevaux, présidente CCCA

    Expériences concrètes et constatations

    -       maison d’accueil communautaire à Assesse

    -       service d’aide au transport à Ohey

    -       maison de la mémoire à Ohey et Hamois

    -       bénévoles pour un service de santé à Havelange

    -       difficulté de parler des aînés d’une seule manière : entre 3x20, 4x20, les papys, les mamys, les jeunes retraités, …

    -       nécessité de construire des projets les plus adaptés aux aînés

    DSC_0003.JPG

          

    Balises légales d’un C.C.C.A.

    Selon le décret Furlan, il doit se préoccuper des enjeux des aînés, participation, formation, rencontres, dialogues intergénérationnels, … La composition d’un Conseil Communal Consultatif des Aînés doit obéir à des différents critères dont :

    -       55 ans au minimum

    -       10 à 15 aînés

    -       représentation équilibrée des quartiers de la ville ou des villages de la commune

    -       deux tiers du même sexe

    -       réunions au minimum de 4 fois par an

    -       commissions thématiques

    -       rapport annuel, …

    DSC_0004.JPGUn exemple, le Conseil Communal Consultatif des Aînés de Hamois

    -       créé en 2007

    -       4 commissions créées : culturelle et intergénérationnelle, nouvelles technologies, aide aux personnes et développement rural

    -       le CCCA doit être différent d’un super groupe de 3 x 20, ce n’est pas son rôle

    -       il peut servir de relais avec l’administration communale comme ce fut le cas lors de problèmes vécus par des paroissiens d’Achet pour accéder plus facilement à l’église

    Quelques pistes pêle-mêle

    -       il faut rendre confiance aux personnes âgées

    -       les aînés ne se mobilisent plus, ils ne vont pas voter, …

    -       certains aînés n’acceptent pas de se retrouver au sein d’un conseil où ils ne sentent pas assez vieux

    -       les vieux aînés disent que l’on ne fait rien pour eux, mais ne répondent pas aux courriers, aux réunions, aux conférences, aux débats

    -       il faut s’adapter à son réseau local

    -       les jeunes aînés d’aujourd’hui seront les vieux aînés de demain

    -       on ne peut pas avoir le même message pour tous les aînés

    -       les nouveaux retraités sont encore très actifs et n’ont pas besoin d’un C.C.C.A.

    -       les personnes plus âgées ne souhaitent plus sortir de chez elles, mais demandent une présence ou des visites chez elles. Il faut donc favoriser la solidarité de quartier