Vie sociale - Page 2

  • Première Saint Eloi pour les ouvriers communaux de Hamois à l’ancienne poste

    DSC_0082.jpgLa tradition a été une nouvelle fois respectée en ce dernier vendredi de novembre au sein du service des travaux de la commune de Hamois avec le barbecue organisé par l’amicale des cantonniers pour la Saint Eloi ou la Sainte Barbe. Valérie Caverenne, bourgmestre, Cédric Bertrand, échevin des travaux et Pierre-Henri Roland, premier échevin étaient présents à cette petite fête organisée au nouvel atelier communal situé à l’ancienne poste.

    DSC_0089.jpgSi, le déménagement s’est déroulé par étapes, afin de perturber le moins possible le quotidien des différents services, tout le monde (l’ensemble du personnel des travaux est de 27 personnes !) s’est retrouvé dans les nouveaux locaux situés à la sortie du village de Hamois, rue d’Achet, le 4 octobre. Parmi les points positifs à ce déménagement, épinglons la centrale téléphonique qui permet à chacun d’avoir sa ligne et de pouvoir communiquer entres les différents bureaux disséminés sur le site. Les agents techniques, auparavant logés dans les anciens bureaux de la police à Emptinne, ont également déménagé à l’ancienne poste.

    DSC_0081.jpgPour Cédric Bertrand, échevin des travaux depuis près d’un an, est très fier de son équipe, de leur travail qu’ils accomplissent et des personnes humainement enrichissantes avec qu’il rencontre. Avant la traditionnelle photo avec la statue de Saint Eloi, chacun a eu une pensée pour Dominique, dit Le Blanc, absent, qui a de gros problèmes de santé.

    Pour voir les 12 photos que j’ai prises ce vendredi, il suffit de cliquer sur https://ciney.blogs.sudinfo.be/album/saint-eloi-hamois-2019/

  • Représentation de Combat de Pauvre à Ciney le 3 décembre à 20h

    22528881_1131370833661250_6087244683902471050_o.jpgDepuis près de 50 ans, la mauvaise redistribution des richesses en Europe ne cesse d’accroître les inégalités. Les chiffres de la pauvreté explosent. La pièce « Combat de pauvres » de la CieArt&Tca, dresse un portrait de ces figures quotidiennes de la pauvreté du simple « clodo » à la famille monoparentale.
    Le CNCD-11.11.11 s’est associé cet automne à une série de représentations de la pièce, suivies de débat sur les inégalités et la justice fiscale.

    Depuis près de 50 ans, la mauvaise redistribution des richesses en Europe ne cesse d’accroître les inégalités. Les chiffres de la pauvreté explosent : 1,5 millions de personnes en Belgique, 9 millions en France, 13 millions en Allemagne. La précarité et l’exclusion semblent s’inscrire comme une norme sociale, sans qu’aucune mesure ne parvienne à enrayer ce fléau.

    Pour la Compagnie Art & tça, dont la démarche est d’interroger les grands enjeux sociétaux, il y a une urgence à faire entendre la réalité de la pauvreté, comprendre les choix politiques, les aberrations de notre système, les impasses et les alternatives.

    La pièce « Combat de pauvres » de la Cie Art&Tca, dresse un portrait de ces figures quotidiennes de la pauvreté du simple « clodo » à la famille monoparentale. À partir de témoignages rassemblés sur le terrain, ils inventent une forme de théâtre documentaire qui se fait porte-parole des « sans voix ». Avec poésie et humour, ils créent une matière artistique vivante, exigeante et critique de notre temps.

    SOIRÉE A CINEY LE MARDI 3 DECEMBRE

    Le CNCD-11.11.11 s’est associé cet automne à une série de représentations de la pièce, généralement suivies d’un débat sur les inégalités et la justice fiscale. A Ciney, le spectacle démarrera à 20h au théâtre communal.

    Réservations directement au Centre culturel de Ciney: 083. 21 65 65
    Pris des places: 12 € - 8€ seniors, étudiants, sans emploi

    Ces représentations sont organisées dans le cadre de la campagne pour la justice fiscale « Les multinationales doivent payer leur juste part » du CNCD-11.11.11.

     

  • Saint Eloi à Ciney ce dimanche 1er décembre de 10h à 18h

    DSC_0097.jpgSaint Eloi est le patron de tous les ouvriers métallurgistes. A l'époque où Ciney disposait d'une fonderie, des forges et d’un secteur métallurgique important, ce Saint Patron régnait sur la capitale du Condroz. Son importance était telle que, par le passé, le jour de sa fête, les banques, les écoles et les entreprises étaient fermées pour donner à toutes et tous la possibilité de fêter leur Saint Patron.

    DSC_0120.jpgDepuis de nombreuses années cette tradition s'est estompée mais la fête, elle, est restée. C'est pourquoi le comité des fêtes de Ciney a choisi, depuis des années le 1er dimanche de décembre pour mettre Saint Eloi à l'honneur et cette année, ce dimanche tombe, comme par hasard, le 1er  du mois. Tout sera ouvert, comme d’habitude, de 10h à 18h.

    DSC_0128.jpgAfin de rendre à cet événement son caractère festif exceptionnel, outre les camelots et les commerçants répartis rue du Centre et rue du Commerce, la Ville de Ciney et son Comité des Fêtes vous ont concocté un programme riche et varié qui ne pourra que vous convaincre de nous rejoindre nombreux !

     

    DSC_0150.jpgSi les camelots seront en place dès 9h, les commerçants qui ont accepté de travailler ce dimanche, le feront dès 10h jusqu’à 18h. Les rues commerçantes du centre de Ciney seront interdites à la circulation automobile. Néanmoins, il y a suffisamment de parkings ouverts au public et de rues avoisinantes où il sera possible de se garer pour passer quelques heures au cœur de la capitale du Condroz ou dans les zonings et autres centres commerciaux où bon nombre de commerces seront ouverts.  Bon nombre de commerçants accorderont en l’honneur de cette Saint Eloi des réductions plus qu’intéressantes ! Vous êtes prévenus pour la chasse aux bonnes affaires !

    DSC_0162.jpg

    DSC_0163.jpgProgramme spécifique

    -       A l'issue de la messe à la Collégiale, procession de Saint-Eloi au départ de la Collégiale à 11h15

    -       De 13h30 à 16h : présence du seul, du vrai et de l'unique SAINT-NICOLAS à l'Hôtel de Ville

    -       Dès 14h : cortège des géants de Ciney de la place des chasseurs ardennais

    -       Sans oublier les traditionnels orchestres et artistes déambulatoires tout au long de la journée

    2000506512_VILLE DE CINEY.jpg

  • Le marché de Noël de la solidarité se poursuit ce samedi 16 et 17 novembre au Domaine d’Achêne

    DSC_0223.jpgLe traditionnel Marché de Noël et de la Solidarité des équipes d'Entraide et de Saint-Vincent de Paul de Ciney vient de débuter ce vendredi au domaine d'Achêne, route de Dinant, 22 à Achêne. Il se poursuit ces samedi et dimanche de 10h à 18h.

    Les bénéfices servent, comme les années précédentes, à apporter aide et un peu de bonheur à plus de cent familles de la région qui vivent dans le besoin et la précarité et qui sont soutenues par les équipes d'Entraide de Ciney.

    DSC_0229.jpgLe marché propose un large choix d'objets divers : porcelaines artisanales, vêtements de saison, vestes, pulls, chaussettes, articles de puériculture, bijoux, objets de décorations, jeux, brocante, broderies personnalisées, confitures artisanales, caramel beurre salé, vente de livres (auteurs présents comme Francis Laroche et Natalie Colas avec notamment son livre « Jacques a dit ») et mets préparés par Christine de Pret, la maîtresse de la maison.

    DSC_0209.jpg

    Pour voir une trentaine de photos que j’ai prises vendredi, il suffit de cliquer sur https://ciney.blogs.sudinfo.be/album/marche-noel-achene-2019/

     

  • Sixième donnerie cinacienne le samedi 16 novembre au Cecoco à Ciney

    donnerie.jpgLa Ville de Ciney organise sa sixième donnerie le samedi 16 novembre prochain à la salle polyvalente CECOCO.

    Le principe est simple :

    • le vendredi 15 novembre, de 15 à 19 h, on dépose des objets propres et en bon état
    • le samedi 16 novembre, de 10 à 13 h, on emporte,  gratuitement, ce qu'on veut !
     
    Pour cette édition, certains commerces cinaciens déposeront leurs stocks de marchandises invendues. Pour voir l'affiche sous forme pdf, cliquez sur donnerie.pdf
     
    Pour tout renseignement : Service environnement - 083 23 10 48 - environnement@ciney.be
     
     

    conference zero dechet.jpg

    Parallèlement à cette Donnerie, la Ville de Ciney et le Bureau économique de la Province de Namur organisent une conférence "zéro déchet" animée par Sylvye DROULANS le vendredi 15 novembre à 20 h à l'Hôtel de Ville (rue du Centre 35 à Ciney).
     
    La conférence est gratuite mais le nombre de places est limité et il convient de s'inscrire en contactant le service environnement (environnement@ciney.be - 083 23 10 48). Pour obtenir l'affiche en mode pdf cliquez sur conference zero dechet.pdf
  • Sauvons notre petit patrimoine à Hamois

    Réunions d’information en novembre dans les églises de la commune

    Lire la suite

  • Un 11 novembre perturbé par le marché de la place Monseu et le froid à Ciney

    DSC_0152.jpgDe mémoire de Cinaciens, en tout cas depuis au moins plus de 30 ans, le premier marché mensuel (deuxième lundi du mois) n’a jamais coïncidé avec la commémoration de l’Armistice devant le monument aux morts situé devant la Collégiale. Ce qui explique que beaucoup de personnes ont été fort surprises de se retrouver devant une baraque à frites ou un stand de vêtements pendant la cérémonie commémorative.

    DSC_0158.jpgC’est devant un public plus clairsemé que d’habitude (le froid de canard et les problèmes de parkings autour du marché de la place Monseu n’ayant rien arrangé !), que Frédéric Deville, donna son premier discours du 11 novembre en tant que bourgmestre :

    Le 11 novembre 1918 à 11h du matin, il y a 101 ans, dans toute la Belgique, les clairons ont retenti et les cloches de toutes les églises ont sonné. C’était l’Armistice ! 10 millions de morts, 8 millions d’invalides et des millions de victimes à travers le monde : la guerre s’était en effet exportée non seulement en Europe mais aussi partout où il y avait des colonies allemandes. En France, 1,3 million de morts, en Belgique, pas moins de 100.000 morts, 100.000 de trop ! Pourquoi aussi peu ! Parce qu’il faut se rappeler que, contrairement à la France qui était presqu’entièrement une zone de combats, la Belgique était un pays occupé par les Allemandes où relativement peu de combats se livraient, excepté dans la région de l’Yser. Comme dans le reste du pays, la ville de Ciney n’a pas été épargnée : nombreuses déportations en Allemagne, nombreuses destructions opérées par les Allemands par ceux qu’on appelait les Uhlans, manque de nourriture et de biens de première nécessité, maisons réquisitionnées et vols de bétail. Nos concitoyens se sont distingués en venant nombreux en aide aux soldats et réfugiés français qui fuyaient la France en raison des nombreuses batailles qui s’y déroulaient. De nombreux soldats belges sont faits prisonniers pendant les premiers mois du conflit, avant l’occupation et déporté en Allemagne et en Hollande. Nombreux aussi sont nos concitoyens qui participèrent à des actes de sabotage. Et, pour nos soldats, ce furent 4 longues années de terribles souffrances dans les tranchées : l’horreur, la boue, la peur, les poux et même les rats formaient leur quotidien. Pour les civils restés dans les villes et villages, la vie n’était pas moins pénible. Un ravitaillement fut rapidement organisé, la nourriture manquait, suite à l’occupation, aux réquisitions et au manque de main d’œuvre. Une soupe populaire fut organisée dans bien des communes et, surtout, les Ersatz firent leur apparition : des rutabagas au lieu de navets, la margarine à la place du beurre, de la chicorée au lieu du café, … Les prix augmentèrent, accentuant encore les pénuries et les privations. Des épidémies se déclarèrent : la diphtérie, la tuberculose et la grippe espagnole qui fit plus de 30 millions de morts dans le monde. 4 années effroyables avant que l’Armistice signé le 11 novembre 1918 marque la fin des combats et la défaite de l’Allemagne. Le chroniquer cinacien de l’époque en parle de la manière suivante : « ils s’en allaient, les Allemands maudits, et la musique du régiment fermait la marche, jouant en passant dans les villages ses airs plaintifs accompagnés par des tambours bruyants. En entendant ces adieux touchants des Bohémiens en retraite, les villages étaient en fête, les Alliés allaient bientôt paraître. Les drapeaux claquaient partout. »

    DSC_0159.jpgAu sein d’une bonne partie de la population cependant, un sentiment se propagea, celui de la nécessité d’oublier les horreurs de la guerre, … C’est ainsi que l’on parla des années folles ! En même temps, se répandait un autre sentiment, celui de se souvenir de ce qui s’était passé, de ne pas oublier. A partir de ce moment, les manifestations patriotiques se sont multipliées en l’honneur des soldats et des déportés. Et la ville de Ciney s’est inscrit dans ce mouvement. Des monuments sont érigés aux 4 coins de la commune pour honorer la mémoire de nos concitoyens morts pendant la guerre, même si certains sont inhumés dans un cimetière militaire. Gardons-nous d’oublier ! C’est le mot d’ordre de l’époque qui est toujours d’actualité.

    DSC_0161.jpg

    Je ne résiste par à l’envie de vous rappeler le message qu’Emmanuel Macron livra à la population à l’occasion du 11 novembre 2018 : « Souvenons-nous, ne retranchons rien de ce qu’il y avait de pureté, d’idéal, de principes supérieurs dans le patriotisme de nos aînés. Car le patriotisme est l’exact contraire du nationalisme, le nationalisme en est la trahison. En disant nos intérêts d’abord et qu’importent les autres, on gomme ce qu’une nation a de plus précieux, ce qui la fait vivre, ce qui la porte à être grande, ce qui est le plus important, ses valeurs morales. Ce sont ces valeurs et ces vertus qui ont soutenu ceux que nous honorons aujourd’hui, ceux qui se sont sacrifiés dans les combats où la nation et la démocratie les avaient engagés. Ce sont ces valeurs, ce sont ces vertus qui firent leur force parce qu’elles guidaient leur cœur. La leçon de la Grande Guerre ne peut être celle de la rancœur, d’un peuple contre d’autres, pas plus que celle de l’oubli du passé. Dés 1918, nos prédécesseurs ont tenté de bâtir la paix, ils ont imaginé les premières coopérations internationales, ils ont démantelé les empires, reconnu nombre de nations et redessiné nos frontières. Ils ont rêvé alors d’une Europe politique. »

    DSC_0156.jpg

    Cette Europe politique, 101 ans plus tard, nous la connaissons. Puisse-t-elle être le gage d’une paix à jamais retrouvée. Merci aux représentants des associations patriotiques pour leur participation aux porte-drapeaux pour leur fidélité et à vous tous et toutes pour votre présence et votre attention.

    Pour voir les 10 photos que j’ai prises (dans le froid) au début de la cérémonie, il suffit de cliquer sur https://ciney.blogs.sudinfo.be/album/11-nov-19-ciney/

  • Une cérémonie du 11 novembre à Hamois battue par les vents mais pas boudée par le public

    DSC_0167.jpgComme à chaque célébration de l’Armistice dans la commune de Hamois, un public particulièrement nombreux avait rejoint l’église de Hamois pour l’office religieux en l’honneur des victimes des deux guerres ou directement le monument aux morts (un certain nombre sont arrivés en retard car, cette année, la partie protocolaire, prévue à 11h30 a démarré près d’un quart d’heure avant !). Comme à chaque fois, les enfants étaient particulièrement nombreux : ils avaient à cœur de chanter la Brabançonne avant le vin d’honneur offert par la commune à la Maison des Jeunes.

    Jacques de Cartier, au nom de la Maison de la Mémoire, a souhaité la bienvenue à tout le monde lors de la cérémonie de commémoration de l'armistice du 11 novembre 18 : « Nous rendons aujourd'hui hommage aux victimes civiles et militaires de la Première guerre mondiale, mais aussi à celles de la 2e ainsi qu'aux victimes d'autres conflits. Nous avons une pensée spéciale pour tous les Belges tombés au service de la Paix depuis 1945. Pas moins de 252 militaires belges ont donné leur vie pour cette noble cause... »

    DSC_0168.jpgVoici, en intégralité, le texte prononcé par Valérie Caverenne, bourgmestre

    « L’an dernier, la cérémonie du 11 novembre, clôturait les activités patriotiques organisées, dans notre entité, pour commémorer le centenaire du premier conflit mondial. C’était également un moment particulier car notre regretté bourgmestre, Luc Jadot, proclamait son ultime discours au sein de sa commune qu’il chérissait tant. En cette année 2019, c’est le 75ème anniversaire des combats perpétrés à la fin de la guerre 1940 – 1945 qui a retenu toute notre attention. Que ce soit en Normandie, pour commémorer le débarquement du 6 juin 1944 ou encore dans notre pays, pour se rappeler que les Alliés se sont mobilisés fin de l’année 1944 pour s’opposer aux troupes ennemies durant la Bataille de l’Escaut (2/10 au 8/11) et la Bataille des Ardennes (16/12 au 18/01).

    DSC_0164.jpgNotre commune, n’ayant pas été épargnée par le deuxième conflit mondial, nous avons participé, à l’occasion de cet anniversaire, à une célébration particulière pour les 75 ans du massacre de Maibelle opéré la nuit du 19 au 20 juin 1944 à la ferme de Sur les Sarts. De même, à l’Institut de Schaltin, la rafle d’enfants juifs et d’adultes réfractaires au travail obligatoire le deux août 1944 a été commémorée le mois passé par le biais d’une reconstitution.

    Dimanche dernier, entourés des élèves de nos écoles, nous nous sommes rassemblés autour des monuments de nos 7 villages lors du Relais sacré. Tout comme aujourd’hui, 11 novembre, jour de commémoration de l’armistice, nous avons rendu hommage aux victimes civiles et militaires des guerres ayant affecté notre pays au siècle passé.

    Au travers de ces différents évènements, nous affirmons notre volonté de ne pas laisser tomber dans l’oubli ces faits marquants de l’histoire de notre pays, de nos villages et de ses habitants. C’est aussi un moyen de se souvenir de ceux et de celles qui ont sacrifié leur vie pour notre liberté.

    Votre participation nombreuse, nous encourage à perpétuer ce devoir de mémoire dans une démarche de transmission de notre histoire pour éviter qu’elle ne se répète. Dans ce cadre, je tiens à saluer d’implication essentielle des enseignants et des membres de la Maison de la Mémoire dans leur travail didactique que nous souhaitons accessible à toutes et à tous.

    Même si nous pouvons nous réjouir que la Belgique a fait un pas significatif en désignant pour la première fois une femme au poste de Premier Ministre, il ne faut pas occulter la difficulté rencontrée par nos dirigeants pour former un gouvernement fédéral au risque de rendre effectif un repli communautaire et régional souhaité par d’aucun.

    Rappelons-nous qu’il y a 30 ans, la chute du mur de Berlin était signe de la réconciliation de deux mondes. En ce jour, formulons le vœu que ces 30 bougies permettront d’éclairer tous ceux et toutes celles qui veulent construire des murs à tous niveaux : Entre pays, entre régions, entre communautés ou entre personnes de religion, d’origine, de couleur ou de genre différents.

    Que cette cérémonie, au-delà de sa tradition protocolaire puisse également nous sensibiliser à l’importance de la défense de nos valeurs démocratiques de respect, de liberté, de solidarité et de tolérance.

    Au nom du Collège et du Conseil communal, je tiens à remercier tous ceux qui ont participé à la préparation de cette commémoration et vous tous ici présents.

    Je terminerai par des mots empruntés au Maréchal de France et membre de l’Académie française, Ferdinand Foch: "Parce qu’un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir…"
    DSC_0170.jpgAprès l’appel aux morts, Alain Piette et Jacques de Cartier ont rappelé que certains sont morts pour que nous soyons libres : Tous leurs noms ne sont pas gravés sur nos monuments et il n'y a , parfois, pas de monument pour les commémorer, mais nous, nous avons le devoir de ne pas les oublier, car il n'y a rien de pire que l'oubli...l'oubli , ce second linceul des morts.

    A Achet : J... Bailly, Soldat Auguste Cellier et D......Charlier

    A Emptinne : Jean Blaise, Joseph Dave, Jules Dave, Louis Dave, Auguste Delfosse, Capitaine-commandant de gendarmerie Victor Demeure, Joséphine Famerée,

    Louis Georges, Camille Libion, Flore Ligot, Victor Maréchal, civil déporté, Joseph Michaux, Soldat Luc Mercier, Soldat René Pahaut, Louis Surlectiaux, Soldat Alfred Trompette et Maurice Willem

    A Hamois : Gilbert Baurin, Soldat Anatole Beauraing, Premier sergent Jules Demblon, Soldat Octave Dellieu, Premier sergent-major René Elisabeth, Ignace Famerée, Adelin Godart, Georges Hayot, civil déporté, Gustave Lambert, Frumence Legrand, civil déporté, Robert Marchal, Louis Massinon, Albert Richel, Léon Struvay et Camille Thys

    A Mohiville : Alexandre Adelaire, Constant Bovy, fusillé par les Allemands, Marceline Petit-Rouelle, fusillée par les Allemands, Canonnier de 2è classe Victor Thioux et Alexis Thirifays, fusillé par les Allemands

    A Natoye : Soldat Anatole Breulet, Soldat Calixte Dave, Soldat Joseph Delongueil, Arthur Eloy, civil, martyrisé par les Allemands, Soldat Jules Fastrez, Joseph Lambert, fusillé par les Allemands, François Robin, civil déporté, Soldat Georges Spoiden et René Toussaint, civil déporté

     A Schaltin : Joseph Donnay, civil déporté, Felix Delongueil, Nestor Fiasse, civil déporté, Luc Mercier, François Michaux, civil déporté, Octave Thiry  et Alfred Trompette

    A  Scy, la pierre est muette, mais nous nous souvenons de ceux  qui se sont battus et sont morts pour que nous puissions vivre libres aujourd'hui : Adelin Blaimont, Nestor Monjoie et Zénobe Fluzin

    DSC_0173.jpg

    DSC_0162.jpgPour le traditionnel dépôt de gerbe, la bourgmestre était accompagnée par le lieutenant général e.r. Jean Marie Jockin, aide de Camp honoraire du Roi et du colonel breveté d'état-major e.r. Rolland Deffrasne, au nom de l'amicale des anciens combattants et des descendants des anciens combattants. Il s’en est suivi l’exécution de la Brabançonne par des musiciens de la fanfare de Hamois, les nombreux enfants présents, qui en connaissaient les paroles, ne purent les dire au début, surpris du rythme de la musique qu’ils ne pouvaient suivre.

    Pour voir les 45 photos que j’ai prises lundi autour du monument aux morts et à la Maison des Jeunes, il suffit de cliquer sur https://ciney.blogs.sudinfo.be/album/11-nov-19-hamois/