Yvoir - Page 3

  • Le patrimoine de l’entité d’Yvoir, entre Meuse et Bocq, par Jean Germain, vient de sortir de presse

    CDP88.jpgLa collection des Carnets du Patrimoine est consacrée à des monuments majeurs ou au patrimoine de petites communes de Wallonie offrant au lecteur un panorama complet et agréable des lieux présentés. Le 88e carnet est consacré au patrimoine de l’entité d’Yvoir. Il a été écrit par Jean Germain. Né à Spontin et résidant à Ciney depuis de longues années, c’est un spécialiste de l’étude des dialectes en Wallonie, ancien directeur de la bibliothèque générale et de sciences humaines de l’UCL de 1971 à 2009. Dans la région, il est connu pour avoir écrit plusieurs ouvrages et articles sur la toponymie et la langue écrite en Wallonie (origine des noms de familles en Wallonie, guide des gentilés, origine des noms de rues dans l’entité de Ciney, …) et d’ouvrages consacrés à l’histoire et au patrimoine de Spontin et de Crupet.

    DSC_0002.jpgCe 88e carnet a été présenté à la presse jeudi matin en la salle des mariages de la Maison communale d’Yvoir notamment en présence du bourgmestre et de la responsable des publications de l’Institut du Patrimoine wallon. Pour Jean Germain, «c’est plus facile d’écrire 600 pages comme les 2 volumes sur Spontin que 68 pages sur l’entité d’Yvoir. Dans ce carnet, j’ai voulu aller plus loin que la simple description du patrimoine classé et ai évoqué des gens, comme l’écrivain Auguste Laloux ou des monuments, comme le château d’eau de Dorinne (qui va d’ailleurs être classé). J’ai choisi comme photo de couverture l’îlot sacré de Godinne, qui m’a paru mieux représenter l’entité d’Yvoir.»

    Voici ce que l’on peut lire au dos de l’ouvrage :

    Ill. 02.jpgAu pied de la forteresse déchue de Poilvache, siège d’une puissante prévôté, sur la rive droite de la Meuse à mi-chemin entre Namur et Dinant, s’étirent trois villages mosans qui ont nom Godinne, Yvoir et Houx. La commune d’Yvoir se prolonge perpendiculairement en remontant la vallée du Bocq jusqu’à Spontin, jalonnée de localités plus rurales occupant le plateau condruzien. Une région marquée autrefois par l’existence de forges, dont il subsiste quelques vestiges mais surtout de belles demeures de maîtres de forges. Une région marquée aussi par l’exploitation de carrières de petit granit et de grès, pierres qu’on retrouve omniprésentes dans le bâti de la forteresse de Poilvache, des châteaux de Spontin et d’Evrehailles, mais aussi dans de puissantes fermes carrées et de plus modestes maisons ouvrières. Un lieu marqué aussi par le tourisme aujourd’hui, depuis les villas mosanes jusqu’aux gîtes de caractère, et une nature encore préservée. Sans oublier l’écume de bières toujours artisanales.

     

    Ill. 11.jpgEn pratique

    «Le patrimoine de l’entité d’Yvoir, entre Meuse et Bocq » est en vente dans les librairies et certains commerces des villages de l’entité d’Yvoir ainsi qu’à l’office du tourisme situé à la Maison Communale au prix de 6 €. Il est également en vente à la boutique de l’IPW, résidence du Grand Cortil, place des Célestines, 21 à Namur (083/23.07.03), à la boutique de l’Archéoforum de Liège, place Saint Lambert à Liège (04/250.93.70) ou via le site de l’IPW, www.institutdupatrimoine.be