Environnement

  • Création d’un espace fleuri sur le site de l’ancienne salle de Haid

    Dans le cadre du Budget Participatif 2020, le Comité de Haid a rentré un projet qui a été sélectionné. Il s'agit de la création d'un espace fleuri de plantes mellifères au coin du carrefour des rue Montante et Corniche des Prés, à l’emplacement de l’ancienne salle du village de Haid. Une partie des travaux, la pose de bordures pour délimiter les 2 espaces  fleuris et la pose d’une toile anti-mauvaise herbe ont pu être réalisés par les ouvriers communaux.

    DSC_0001.jpeg

    DSC_0004.jpegLes 4 membres du comité de Haid (Jean Jacques, Éric, Natacha et Christine) se sont donc retrouvés en ce samedi avant la Noël sur le site pour planter les plantes reçues. Une autre particularité du village de Haid est qu’il existe toujours un chemin de Croix le vendredi saint. Comme une potale se trouve dans une propriété en face du site, le comité espère que le projet « Valorisation du patrimoine communal par le Cercle Historique » puisse inclure cette potale ainsi qu’une autre située non loin de là. Après cet aménagement, le comité devrait arrêter les frais.

    DSC_0003.jpegA ce sujet, on peut se souvenir que la salle a été détruite en 2012. Le projet de salle, projet n°1 du Programme Communal de Développement Rural de Ciney qui date de 2011, a été finalement annulé en avril 2014 par l’ancienne majorité de la ville de Ciney. Il était évalué à 686.000 euros et subsidié par la Région pour 493.000 euros,  On peut aussi se souvenir qu’en 2008, le site avait subi une pollution par hydrocarbure : suite à de fortes pluies, l'eau est entrée dans la citerne et en a fait sortir le mazout. Depuis rien n'a été fait pour appliquer la règlementation sur la pollution des sols, le coût pour dépolluer le site étant sans doute très élevé !

     Cinaciens, votez pour les 5 projets retenus !

    Les 5 projets du Budget Participatif 2020, retenus par les autorités communales, peuvent depuis quelques semaines être choisis par les Cinaciens. Ce sont les suivants: (votez jusqu’au 31 décembre via https://www.flui.city/ciney/news?lang=fr)

    - Chemins et Sentiers , installations de bancs sur leurs promenades

    - Valorisation du patrimoine communal par le Cercle Historique

    - Plaine de jeux aux Acacias : créer une plaine de jeux à Fays. En effet, nous pouvons remarquer qu’il y a de plus en plus d’enfants à Fays sans aucun endroit pour eux de se rencontrer, de jouer en toute sécurité. L'aménagement de ce parc se ferait selon les ressources de la commune.

    - Ludothèque 

    129939006_10226197322865922_6136641853344952191_n.jpg

    Et voici le résultat final à Haid: 

    132043371_2723356504582773_6281164441001989764_o.jpg

     

  • Construction d’un parc éolien de 5 machines à Biron : avis défavorable du Collège cinacien

    Lors de sa réunion de ce lundi 7 décembre, le Collège des Bourgmestre et Echevins a rendu un avis défavorable relatif à la demande de permis unique introduite par la SA Electrabel. Pour rappel, l’enquête publique a été réalisée du 22 octobre au 23 novembre 2020.

    Il en résulte 73 réclamations et une pétition de 331 signataires.

    Voici les  divers motifs sur lesquels le Collège des Bourgmestre et Echevins fonde son avis défavorable :

    • L’avis défavorable rendu le 20 octobre 2020 par la CCATM et ce, à une très large majorité ;
    • La grande pression subie actuellement par la Commune de Ciney en matière d’éolien aussi bien sur son territoire que le proche territoire des Communes avoisinantes ;
    • La DPR prévoit l’adaptation de la PAX Eolienca pour un déploiement concerté des éoliennes sur terre à l’échelle régionale.  A ce jour, ce contrat n’est pas rempli.  A cela s’ajoute l’avis rendu d’initiative de CESE Wallonie qui réclame l’adoption d’un outil de planification spatiale ;
    • La Commune dispose déjà sur son territoire de 2 sites construits (8 + 6 éoliennes) et d’un site partiellement autorisé (3) en voie de complétude (2) et d’une éolienne isolée (Domaine de Chevetogne) ;
    • Attendu dès lors que les paysages de la Ville sont déjà à saturation et que si cette colonisation continue, la vocation touristique de la Commune est irrémédiablement compromise ;
    • Le projet s’implante de manière perpendiculaire par rapport au site existant pour s’allier à l’axe routier, ce qui accroît des nuisances paysagères, un phénomène de saturation et une confusion de l’appréhension du paysage.  Au surplus, l’antenne n° 1 n’est pas mise dans le même axe et ce, pour respecter les critères de distance à l’habitat et aux zones boisées ;
    • Le projet sera visible depuis la majorité des villages et villes avoisinantes, soit Ciney, Biron, Pessoux, Mohiville, Achet, Hamois, Emptinal, Braibant, Achêne, Corbion, Ychippe et plus spécialement encore la sortie du village de Sovet d’où l’on bénéficie de la vue la plus exceptionnelle sur l’ensemble de la Ville de Ciney et de sa Collégiale. L’impact paysager serait fort depuis les endroits précités et notamment l’anéantissement de cette vue superbe sur la Collégiale de Ciney au départ de la sortie de Sovet.  Le rapport de force est dramatique, le clocher emblématique de Ciney complètement écrasé, l’éolienne n° 1 s’inscrivant exactement dans l’alignement de la Collégiale ;
    • Le projet prend place dans un contexte paysager sensible avec la présence de nombreux PIP, point de vue remarquable ;
    • L’avis du BEP, communiqué dans le cadre de l’enquête publique, est négatif, particulièrement pour l’éolienne n° 5 qui engendre trop de contraintes pour le développement de futurs parcs.  Le Collège tient à souligner à cet égard le combat mené depuis 20 ans pour obtenir l’extension du zoning de Biron d’une capacité de 50 hectares et d’importances d’investissements qui vont y être réalisés dans les années 2021 et 2022 ;
    • L’éolienne n° 4 aura une incidence très dommageable sur le centre équestre implanté à proximité ;
    • Le site choisi ne permet aucune extension du parc, ce qui va à l’encontre de la politique de regroupement des parcs préconisée par la Région Wallonne et augmente le mitage de nos paysages.  Le Collège considère particulièrement que contrairement à ce qu’invoque le demandeur, le parc de Pessoux ne constitue pas un regroupement mais une juxtaposition de projet discordant ;
    • Pour ce parc en particulier, le Collège peut conclure que :
      • l’éolienne n° 1 doit être supprimée car désaxée et trop présente dans le paysage ;
      • l’éolienne n° 4 est incompatible avec l’exploitation des écuries de Senseau et de la future habitation pour laquelle le Collège a déjà remis un avis favorable ;
      • l’éolienne n° 5 doit être supprimée car trop proche du futur zoning et entraînant de trop nombreuses contraintes pour le développement de celui-ci ;
      • pour les 5 mâts, la nécessité de bridage prouve la même adéquation de leur positionnement.

        DSC_0119 copie.jpg


        Dans ce contexte, dès lors que le cadre de référence priorise les parcs minimum 5 mâts et qu’en l’occurrence trois d’entre eux sont compromis, la suppression d’un seul d’entre eux implique que le projet ne rentre plus dans les critères.
    • Enfin, dès lors que malgré les nombreuses oppositions formulées dans le cadre de l’enquête publique et l’avis défavorable du Collège, le permis serait néanmoins octroyé, la Commune de Ciney souhaite que soit imposé au demandeur des charges d’urbanisme (à négocier avec l’autorité compétente pour octroyer le permis) d’un montant équivalent à 3 % du total de l’investissement.

     

  • Distribution de 700 arbres en mode drive-in dans le cadre de la journée de l’arbre à Emptinne

    La distribution d'arbres fruitiers (dans le cadre de la semaine de l'arbre) s’est déroulée cette année sous la forme d'un drive-in ce samedi 28 novembre sur la Place communale à Emptinne. Alors que le premier arbre devait être offert à 8h, la première voiture est arrivée à 7h40’ pendant l’installation des barrières qui permettaient à deux files de véhicules de se faufiler facilement. Cédric Bertrand, échevin de l’environnement était accompagné de deux membres du personnel pour la distribution des arbres.

    DSC_0079.jpeg

    Cette année, les arbres fruitiers CERTIFRUIT étaient à l’honneur. Une petite feuille explicative pour bien réussir la plantation était donnée aux personnes présentes. Il ne faut pas perdre de vue que pour donner des fruits, un arbre a besoin d’avoir à proximité un autre pommier comme pollinisateur ! Outre les pommiers basse-tige RGF, Certifruit BT, des charmes, noisetiers, hêtres, pommiers et poiriers sauvages, prunelliers, cassis, groseilliers et framboisiers étaient distribués durant toute la matinée de ce dernier samedi de novembre.

    DSC_0077.jpeg

    Interrogé, l’échevin m’a déclaré : « initialement, la journée devait se dérouler à Scy autour de la source du Bocq avec toute une série d’activités ludiques et didactiques préparées en collaboration avec le Contrat de Rivière Haute-Meuse. » De plus, comme chaque année, un arbre devait être offert aux familles des nouveau-nés de l'année, mais, le Covid est malheureusement passé par là !

    DSC_0081.jpeg

  • Expo à l'extérieur "AgriNature - Wallonie sauvage 2019" dans le jardin de l'office communal de tourisme à Crupet

    L’Office du Tourisme d’Assesse vous propose un agréable but de promenade en ces temps difficiles: venez découvrir librement et en plein air les magnifiques photographies en grand format de la catégorie «Wallonie sauvage» du concours photos AgriNature 2019, présentées l’année dernière au Festival International Nature Namur.

    Ces clichés célébrant avec poésie la beauté de la faune et de la flore de notre région sont parfaitement mis en valeur par le cadre historique du jardin de l’ancien presbytère de Crupet et ses vieilles pierres du 17e siècle. A découvrir absolument!

    En cas de présence d’autres visiteurs, merci de garder les distances de sécurité !

    Détails pratiques

    www.festivalnature.be

     

  • Avec un ha de miscanthus, un puits de carbone au cœur du zoning de Ciney-Biron

    Avec l’implantation de cultures végétales, une nouvelle voie de valorisation de friches en Wallonie !

    DSC_0013.jpeg

    Lire la suite

  • Semaine du Commerce Equitable: le début du succès pour les produits qui rémunèrent équitablement les producteurs de chez nous ?

    Selon les chiffres du baromètre 2020 du commerce équitable publié la semaine dernière par le Trade for Development Center, 73 % des belges estiment que le concept du commerce équitable ne doit pas se limiter aux producteurs du Sud1. Une bonne nouvelle pour les agriculteurs et éleveurs tout justement certifiés « Prix juste Producteur », un des labels belges qui permet d’identifier les produits qui garantissent une juste rémunération des producteurs.

    Vers une alimentation locale, équitable, durable

    La période de confinement liée au Covid a bouleversé les habitudes des citoyens, imposant un repli sur soi et offrant le temps de se questionner sur la façon de mieux manger, plus sain, plus authentique et plus local. Avec d’autres professions, la prise de conscience aussi du rôle fondamental des agriculteurs et de leur rôle nourricier. Effectivement, on a assisté durant cette période à un accroissement des ventes de 20 à 30% pour les produits locaux et bio, tandis que les produits de premières nécessités comme la farine, les œufs ont été littéralement pris d’assaut.

    Quel est l’impact du label sur le revenu des producteurs ?

    Par exemple, dans la filière de l’orge, les producteurs d’orge brassicole perçoivent à présent un revenu de 230 €/ tonne, au lieu des 170 € habituellement imposés par le marché. Soit une augmentation de prix de plus de 30% par rapport au marché mondial. En viande bovine, on sait aujourd’hui qu’il manque 1€ par kilo de poids vif, par rapport au prix du marché pour que l’on puisse parler d’un prix juste au producteur. Un autre aspect important du label est de donner aux producteurs des repères pour fixer un prix juste, mais aussi un prix minimum sous lequel il n’est pas rentable de travailler. D’où la nécessité de disposer d’un calcul de coût de production pour entrer dans la démarche et
    répondre aux critères de la charte.

    Une campagne pour plus de produits locaux équitables

    La démarche « Prix Juste Producteur » est née en 2017 d’un constat simple : les agriculteurs wallons ou belges sont loin de percevoir une juste rémunération pour leurs productions. Dans la filière bovine par exemple, le revenu du travail en 2018 est de 6 208€ (Source : SPW-ARNE DAEA). Au même titre que d’autres, cette initiative a pour but de donner des outils et des informations pour aider les producteurs à négocier dans leur relation commerciale. En choisissant la visibilité d’un label, l’ambition est aussi de se faire connaitre des consom’acteurs et de leur permettre d’identifier facilement les produits qui rémunèrent équitablement les producteurs.

    C’est pourquoi, le tout nouveau site prixjuste.be a vu le jour, avec géolocalisation des producteurs pour acheter au plus près de chez soi. Sur les réseaux sociaux, la campagne reçoit un écho favorable avec plus de 100 000 personnes touchées et de nombreuses interactions. Enfin, une pétition est lancée pour réclamer plus de produits locaux équitables au sein des grands magasins, principal canal d’approvisionnement des achats alimentaires. A ce jour, plus de 1 000 signatures, mais le compteur reste ouvert en cliquant sur 2SyfVHo.

    Quelques chiffres sur le label Prix Juste Producteur

    • En collaboration directe avec les acteurs du commerce équitable belge, comme Trade For Development Center, Belgian Fair Trade Association ou encore Enabel

    • 60 dossiers ont fait l’objet d’une certification, ce qui représente 480 producteurs concernés

    • Le chiffre d’affaires producteur annuel des dossiers certifiés est estimé à 12.470.000 € (chiffre

      producteur, les données de CA sur les ventes dans les maillons suivants n’étant pas connues)

    • 36,5 % des dossiers certifiés prix juste concernent des produits qui sont également certifiés BIO

    • Liste des producteurs/groupements/coopératives labellisés Prix Juste Producteur:

      Les verges de Wichampré
      Coq des Prés - Coprobel
      Coquettes aux Prés Porc

      Qualité Ardenne GP PORC

      Elevage Hugo Coferme
      Ferme Bio-Lacasse Montfort

      Ferme Flamend

      Ferme Louvigny

      Moulin de Statte

      Ferme la Bourrache

      Le Spamboux

      Ferme lathuraz

      Mathonet-Gabriel sa

      Arnould Sébastien

      Benoit Keller

      Boucherie Felsch

      Ferme Lehaire

      Ferme Limbort

      Ferme Stas

      HesbiCoop

      Point Ferme
      Elevage Siraux

      Domaine de Graux
      Les fruits d'Edgar
      POB - brasserie
      Ferme du Tambourin

      Les 4 fermes
      Ferme de la Waide

      Pommes de terre Feutry

      Aux délices de la Houille
      Boucherie de la ferme

      Ferme Houdemont

      Fruit at Work
      Val Dieu

      Brunehaut
      Cornu
      Leopold 7
      Pom d'Happy

      Brasserie Coop Liegeoise
      Biohérin
      Ferme des long Prés

      Marc André Henin

      Boucherie L'originelle

      Groupement des fraisiéristes wallons

      Œufs Van Parijs

      Ferme des 12 bonniers

      Brasserie Caracole

      Ferme d'Enée

      Brasserie Spits

      Coopérative de la cote rouge

     

     

     

  • Rencontre paysagère à la plaine Sapin à Bonsin le 31 octobre

    Réservations obligatoires avant le 19 octobre !

    Lire la suite

  • Journées Certifruit ce samedi 3 octobre et samedi 7 novembre de 9h à 17h

    33 pépiniéristes artisans-greffeurs et revendeurs CERTIFRUIT® ouvrent leurs portes pour partager leurs conseils de plantation et des dégustations de fruits

    Lire la suite