Exposition

  • appel aux candidats photographes et vidéastes de moins de 21 ans pour le Festival International Nature Namur

    Pour sa 26e édition, le Festival a décidé de laisser une place aux jeunes photographes en créant deux « Bourses Jeunes ». Ces dernières sont destinées aux photographes de moins de 21 ans qui ont envie d’exposer leurs photos à l’Acinapolis de Jambes pendant le Festival. L’occasion pour eux de rencontrer d’autres photographes, mais également le public et les organisateurs du Festival.

    c2d9b2a8-53f2-4e0b-a836-51b60cc3130a.jpg



    29a33c38-8e88-475b-b3f4-4a429d36b073.jpgLa 1ère étape est d'envoyer cinq des plus belles photos nature personnelles. Sur cette base, deux photographes seront sélectionnés et coachés par Michel d’Oultremont qui les aidera dans les différentes étapes de la création d’une expo. Ensuite nous imprimerons les photos et les exposerons à Namur pendant le Festival. Une fois le Festival terminé, les photos seront offertes aux photographes qui pourra en profiter pour les exposer dans d’autres lieux.

    Le Festival International Nature Namur organise quatre grands concours internationaux, films et photos, dédiés à la nature et à l'émerveillement qu'elle suscite. Les concours films se déclinent en trois catégories : films professionnels, films amateurs et films ultra-courts (max. 1 minute). Le Concours International de Photo Nature de Namur invite photographes amateurs et professionnels à provoquer des émotions avec leurs plus belles images.

    Le FINN lance également des appels à candidatures aux photographes pour exposer à l'Acinapolis ou à la Citadelle, dont une bourse jeunes à l'attention des jeunes photographes de moins de 21 ans. Deux autres appels à candidatures offrent l'opportunité aux associations d'occuper un stand au Village Nature de l'Acinapolis ou au Chapiteau Nature à la Citadelle et aux étudiants du secondaire d'être membre du jury jeunes 2020.

    Pour plus d'infos et pour s'inscrire à ce concours, il suffit de cliquer sur concours-et-appels-a-candidatures

     

  • Exposition Regards peintures et dessins de Françoise Eloy à Crupet du 22 février au 1er mars

    Affiche Françoise Eloy.jpgAu travers de ses portraits, réalisés essentiellement à la gouache et à l’encre de Chine, Françoise Eloy vous invite à vous plonger dans des regards… qu’ils soient humains ou animaux. Qu’ont-ils à nous dire? Les yeux dans les yeux, ils vous racontent leur histoire, ... Françoise Eloy est enseignante et artiste autodidacte. Curieuse de tout, elle cherche à découvrir de nouvelles techniques créatives, se diversifie et apprend sans cesse. Son plus grand plaisir est de pouvoir faire partager sa passion aux enfants et aux adultes. Pour cela, elle propose des cours et ateliers et anime également des séances d’art-thérapie. Ces dernières ont pour but de se détendre et reprendre confiance en soi à travers l’outil créatif.

    N’hésitez pas à découvrir son travail sur sa page Facebook «L’atelier de Françoise». »

    Si vous voulez voir l'affiche de l'expo sous forme pdf, cliquez sur Affiche Françoise Eloy.pdf

    En pratique

    • Du samedi 22 février au dimanche 1er mars 
    • A l’Office communal du Tourisme d’Assesse, rue Haute, 7 à Crupet
    • De 10h à 16h en semaine
    • De 12h à 16h le week-end
    • L'artiste sera présente le dimanche 23 février et le samedi 29 février de 14h à 16h
    • Entrée gratuite
    • Infos: 083/668 578 ou assessetourisme.be ou www.facebook.com/assessetourisme -http://francoiseeloy.com/

     

  • Expo du photo club de Ciney du 8 au 23 février au Centre Culturel de Ciney

    Au mois de février, c’est le rendez-vous annuel avec le Photo Club de Ciney qui a toujours plein d’histoires à partager en photos pour un salon d’ensemble de ce club amateur de la région.

    Voici qui est bien résumé par un de ses membres :

    « Échanger sur les tendances et découvertes autour de la photographie..., tendre vers un projet commun ; sans brider les individualités ..., exposer diverses personnalités lors d'un rendez-vous annuel ; carrefour des horizons..., la vie partagée des photoclubbers ! »

    Vous retrouverez aux cimaises du Centre Culturel de Ciney des photographies des affiliés, du 8 au 23 février:  Marie COLLARD, Serge DE CLIPPEL, Albert DEL FORNO, Jean-Jacques DUBOIS, Michel HUSTIN, Daniel LEONARD, Marcel MATAGNE, Christian MEYS, Axel PERWEZ, Hervé PIRLOT et Michel PIRMEZ.

    Depuis quelques années, les photographes se prêtent au jeu de présenter dans une partie   de la salle d’exposition un thème commun qu’ils déclinent chacun en fonction de leur sensibilité.

    Cette édition, plusieurs d’entre eux ont travaillé le thème « dérèglement climatique ? ». Vous aurez l’occasion de découvrir aussi sur grand écran TV un diaporama présentant un montage des clichés des photographes.

    Enfin, les membres du Photo Club seront présents les samedis et dimanches après-midi, pour vous recevoir et si vous le souhaitez, discuter de cette passion qui les anime.

    En pratique

    Exposition du Photo Club du 8 au 22 février au Centre Culturel de Ciney, place Roi Baudouin 1 à Ciney accessible du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h, le samedi de 9h30 à 12h30. En présence des membres du Photo Club les samedi et dimanche de 14h à 18h.

    Vernissage le vendredi 7 février à 19h.

    Entrée libre.

    Renseignements : 083 21 65 65 - culture@ciney.be - http://centreculturel.ciney.be

  • Expo Parures de Corps du 11 janvier au 2 février au Centre Culturel de Ciney

    Une parure est souvent définie comme « ce qui orne, embellit le corps ; un ensemble de bijoux assortis destinés à être portés en même temps ; ou encore divers éléments qui complètent une toilette tout en l’agrémentant ».

    Parures de tête ou de torse, ornements de mains, de bras ou de pieds, accessoires divers, parure à même le corps. Le champ est vaste et varié, et dépasse largement le secteur de la bijouterie !

    Le Centre Culturel de Ciney a lancé le défi en début de saison à des artistes et élèves issus d’académies, de décliner la parure du corps, au sens large du terme, en privilégiant des créations contemporaines et l’alliage de savoir-faire et d’imagination. Toutes les techniques/matières étaient bienvenues : parures en métal, papier, plexi, céramique, plastique, matériau pauvre, récup, ou encore photos, vidéo ou tout autre support présentant des parures.

    Finalement, ils sont 24 artistes et un collectif  à vous proposer leur interprétation personnelle.

    Une diversité de créations contemporaines : bijoux, accessoires, certes, mais aussi beaucoup d’autres déclinaisons vous surprendront en salle d’exposition, car le maître-mot était de s’imposer de façon inédite, très libre et ludique, d’où l’originalité des propositions !

     

    Des bijoux ... mais pas que : plusieurs artistes vous présentent des bijoux, de petite ou grande taille, du discret à l’audacieux, de l’élégant au plus créatif.

    • Nadine Braeckeleer propose des pièces déclinées sur le thème de la dualité : elles peuvent être portées de façons différentes (en bague ou en collier ; dans un sens ou dans un autre…).
    • Dominique Thomas exploite l’interaction entre le corps et le bijou, entrave éventuelle du mouvement : bijou d’épaule, bagues pour deux doigts... tout en légèreté et transparence.
    • Brigitte Raoult transpose dans ses bijoux délicatement dessinés un moment de grâce qu’elle a vécu en forêt.
    • Mirella Mazzariol, avec son collier monumental en maillechort, reliant la tête au ventre, symbolise à merveille le poids de nos problèmes…
    • Nicole Collard mêle quant à elle matériaux nobles et fantaisie dans ses colliers, ici l’argent, le titane et le plexi.

     

    et une diversité de matières :une autre approche originale de la parure (bijoux ou accessoires) est d’exploiter des matériaux totalement inhabituels. C’est le parti qu’ont pris plusieurs artistes de l’exposition.

    • Isabelle Linotte revisite les accessoires de parure en chambre à air ciselée et brodée à la main : tour de cou, petits chaussons aérés et aériens, coiffe médiévale à cornes...
    • « Tout ce qui brille n’est pas or », c’est l’idée défendue par Isabelle Azaïs, qui n’hésite pas à allier dans son collier la couverture de survie et la feuille d'or laminée.
    • Lydia Piccinini s’est basée sur un matériau brut et naturel, la ficelle de lin pour faire naître du point jersey divers accessoires en volume… et nous faire la démonstration qu’on peut créer avec très peu.
    • Toujours dans l’insertion de matériaux du quotidien, le beau travail de la céramiste-plasticienne Bettina Philippo et sa série de colliers et accessoires originaux et chargés de sens.
    • Et oui, il est aussi possible de faire un ras-de-cou avec un emballage de papier boucherie ! C’est le challenge qu’a relevé Cécile Ahn, cette spécialiste du détournement des papiers.
    • Autre approche de la récup d’objets, riche en symbolique, ce collier poétique d’Evelyne Balle, fait de plumes à écrire, pour parer l’autre de mots tendres qu’elle ne sait lui dire.

    ParuresIreneDegroot.jpg

    Parures de tête et de corps : les parures de tête, d’épaules, de bras ou de torse sont aussi à l’honneur dans cette exposition :

    • Irène de Groot et sa série de portraits photographiques « l’Homme aux parures de têtes » dont les pièces en galalithe, au-delà de toute référence ethnoculturelle, sont de véritables objets d’art.
    • Le bijoutier-dinandier Pascal Jacques et ses parures métalliques formées pour épouser parfaitement le corps. Se côtoient une collection d’armures-parures, révélant la femme guerrière allant combattre, et des ornements de têtes coiffes toutes droit tirées d’un monde fantastique
    • Des pièces en métal battu sont également proposées par Alice Pirson (coiffe, boucles d’oreille et manchette) et Eric Seidoff (bijoux de cuivre avec intégration de bois et d’autres matières).
    • Max Rodhain travaille quant à lui la tôle d’aluminium et l’acier poli représentant le rêve et les désirs de l’humain à travers une robe.

     

    Ironie et humour : l’humour est aussi au rendez-vous dans la salle d’expo avec

    • Alain Bombaert et sa paire de tongs dorées, symbole du paraître
    • Jacques Patris, qui propose au visiteur de se prendre en photo avec une couronne d’épines à la fausse goutte de sang.
    • Hugo Meert joue quant à lui avec la céramique pour créer des formes de parures très design, avec une pointe d’ironie : son bijou de pouce sous cloche, ou sa déclinaison de gants de boxe « Fuck as usual » donnent le ton !
    • Cécile Dalcq fige dans la résine la chair et les tabous du corps, avec humour noir : sa broche « Destins croisés » évoquant le sang des champs de bataille, son pin’s en forme de mamelon et un autre au nom grinçant « fin de parcours, tumeur, tu meurs ».

    ParuresHugoMeert.jpg

    Le sein de la femme en céramique: un collectif d’élèves en céramique de l’Académie de Châtelet a choisi de mettre le sein de la femme au coeur de leur installation « the woman’s breast » : 35 seins d’argile au départ similaires, parés de diverses façons (dentelle, tissu, cuir, incisions chirurgicales...) évoquent tour à tour la vie, les variations du corps, le désir, la maladie, l’usure du temps...

     

    Voiles, identité et féminité

    • Loin d’être une simple décoration ou un outil d’embellissement, la parure peut être aussi un véritable symbole identitaire. C’est la lecture qu’en a fait Françoise Canart, qui vous propose de mettre côte à côte deux voiles symboles de deux religions : l’hijab et le voile de mariée.
    • -Par ailleurs, la femme peut se voiler les cheveux de diverses façons à travers le monde et à des fins variées : châle, foulard, voilette, mantille… soulignent ici la féminité des femmes au centre de l’installation de France Paquay, dont les portraits sont projetés sur un voile en mouvement.

     

    Kinstugi, l’art de parer les cicatrices

    • La parure directement sur la peau (tatouages, scarifications, peinture corporelle) est présente dans le travail photographique de Charles Lemaire, qui transpose sur son modèle la technique du kintsugi : la parer d’or telle une porcelaine pour en souligner les cicatrices.
    • De même, Marie-Sophie Joie fait un clin d’oeil à cette technique japonaise en rehaussant d’or un dessin délicat d’une biche morte sur le bord de la route, dont les petits sont sortis du ventre… Elle amène ainsi une autre dimension du mot « parure » : les parures d'une viande sont les morceaux qui restent quand on la découpe (on la "pare").

     

    En pratique :

    Expo « Parures de corps », du samedi 11 janvier au dimanche 2 février au Centre Culturel de Ciney, place Roi Baudouin 1 à Ciney

    Le vernissage se déroule le vendredi 10 janvier à 19h, en présence d’artistes.

    L’expo est accessible du lundi au vendredi de 9h à 17h, le samedi matin de 9h30 à 12h30.  Présence d’artistes les dimanches après-midi de 14h à 17h.

    Visites guidées sur réservation uniquement. Entrée libre.

    Infos : culture@ciney.be – 083 21 65 65

    Avec Cécile AHN, Isabelle AZAIS, Evelyne BALLE, Alain BOMBAERT, Nadine BRAECKELEER, Françoise CANART, Nicole COLLARD, Cécile DALCQ, Irène de GROOT, Pascal JACQUES, Marie-Sophie JOIE, Charles LEMAIRE, Isabelle LINOTTE, Mirella MAZZARIOL, Hugo MEERT, France PAQUAY, Jacques PATRIS, Bettina PHILIPPO, Lydia PICCININI, Alice PIRSON, Brigitte RAOULT, Max RODHAIN, Eric SEIDOFF, Dominique THOMAS et un collectif d’élèves en céramique de l’Académie de Châtelet.

  • Trentième marché de Noël du Centre des métiers d'arts de la Spirale à Natoye les 14 et 15 décembre

    86 artistes et artisans de haut niveau et issus de tout le pays seront présents

    DSC_0400.jpg

    Lire la suite

  • 71ème exposition des Peintres du Condroz au Centre Culturel de Ciney du 30 novembre au 15 décembre

    Une nouvelle décennie débute pour les artistes de l'association cinacienne avec un dynamisme intact et novateur afin de toujours attiser votre curiosité

    Lire la suite

  • Vers l’Avenir, 100 ans d’information en province de Namur et à Ciney du 4 au 24 novembre au Centre Culturel

    Il y a cent ans, le 19 décembre 1918, dans l’enthousiasme qui entoure l’armistice de la Grande Guerre, paraît à Namur le premier numéro du journal « Vers l’Avenir », dont les objectifs affichés de son fondateur, l’évêque de Namur Mgr Heylen, sont de défendre l’Église catholique et la Patrie meurtrie par la guerre, soutenir la reconstruction du pays par l’union des classes sociales : « Pour que notre glorieuse Belgique, aujourd’hui meurtrie, redevienne prospère et heureuse !»

    Le modeste quotidien est devenu peu à peu une véritable institution dans la province de Namur, suivant et s’adaptant aussi à l’évolution des mentalités, de la société et de notre région.

    Organisée dans le cadre du centenaire du journal, cette exposition itinérante montre essentiellement l’évolution de ce journal régional en un siècle, pas seulement sur le plan journalistique, mais aussi politique, culturel, social, religieux, sportif… puisqu’il a pendant, cent ans, suivi la vie d’une province et de ses habitants.

    L’exposition se compose d’un tronc commun, mais aussi de déclinaisons locales.

    - une partie principale, chronologique, suit la vie du journal et l’évolution de son contenu depuis 1918 jusque nos jours.

    - une autre nous met dans l’ambiance de la fabrication du journal, avec les changements techniques (composition, photos, montage, impression), depuis le plomb jusqu’aux ordinateurs.

    - le visiteur pourra aussi découvrir 100 ans d’histoires locales, de la région de Ciney : sports, culture, fêtes, vie des villages et des quartiers, faits divers, anciennes photos cinaciennes (reproductions photos et diaporama de 100 photos).

     Visites guidées

    Des visites guidées de l'exposition sont organisées durant la quinzaine pour les élèves de 3e à 6e primaires, du cycle secondaire et les groupes d’adultes (sur réservation uniquement).

    Et pour le tout public, il sera possible de suivre gratuitement une visite guidée en compagnie de Jean-François Pacco, responsable de l’exposition, les dimanche 10 novembre, lundi 11 novembre et dimanche 24 novembre à 14h30.

    En pratique :

    Exposition « Vers l’Avenir, 100 ans d’information en province de Namur… et à Ciney » du 4 au 24 novembre en semaine de 9h à 17h, le samedi de 9h30 à 12h30 dans les locaux du Centre Culturel de Ciney, place du Roi Baudouin 1. Entrée libre.

    Vernissage le lundi 4 novembre à 19h

    Visites guidées gratuites pour le tout public par Jean-François Pacco :

    - dimanche 10 novembre à 14h30

    - lundi 11 novembre à 14h30

    - dimanche 24 novembre à 14h30

    Visite guidée sur réservation pour les groupes et infos : Centre Culturel de Ciney au 083 21 65 65 – culture@ciney.be   

  • Expo sur l'agriculture expliquée aux enfants à l'OCTC de Hamois jusqu'au 8 novembre

    DSC_0246.jpgL'expo est ouverte en semaine jusqu'au 8 novembre à l'Office de la culture, rue d'Hubinne, 25, Hamois. Infos et réservations: Office de la Culture, extrascolaire@hamois.be, 083.61.11.91.

    Heures d'ouverture:

    - lundi 28 de 9h à 12h

    - mardi 29: fermé

    DSC_0255.jpg

    DSC_0262.jpg- mercredi 30: de 9h à 14h

    - jeudi 31: de 9h à 16h

    - vendredi 1er Nov: fermé

    - lundi 4 Nov: de 9h à 16h

    - mardi 5 nov: fermé

    - mercredi 6 nov: de 9h à 18h

    - jeudi 7 nov: de 9h à 16h

    Pour voir les photos que j'ai prises ce midi et que j'ai prises au soir il suffit de cliquer https://ciney.blogs.sudinfo.be/album/expo-agriculture/